16e séminaire Movida


Séminaire mensuel MOVIDA

le jeudi 2 février 2023 entre 11h et 13h (heure de France)

Le séminaire aura lieu à distance et en présence dans certains laboratoires MOVIDA (dont à Marseille, au LPED).

 


1ère communication

« Migrations et crises : quels arbitrages des familles sénégalaises à Barcelone ? »
par Marème Niang Ndiaye
(Université Cheikh Anta Diop, Sénégal)

2ième communication

« Qui bénéficie des ‘retours d’urgence’ de la Libye et du Niger ? Le cas de l’initiative conjointe UE-OIM pour la ‘protection’ et la ‘réintégration’ des migrants ? »
par Jill Alpes
(Université de Gand, Belgique)


Résumés des communications

« Migrations et crises : quels arbitrages des familles sénégalaises à Barcelone ? »

 

Cette communication s’ancre dans un débat général sur les tensions existant entre l’identité familiale et les mutations sociales et sociétales engendrées par la migration internationale. Son originalité est d’explorer la manière de « faire famille » au prisme de l’éclatement et de l’éparpillement des lieux de vie des individus d’aujourd’hui. Basée sur l’analyse des trajectoires de vie de Sénégalais résidant dans la Région Métropolitaine de Barcelone, complétée par l’exploitation de vidéos et de documents de presse, cette communication vise à mettre en relief l’effet des contextes de migration – ici de « crise » – sur les trajectoires migratoires et les recompositions des rapports de parenté, en particulier sur les liens familiaux transnationaux. Autrement dit, cette communication s’intéresse à la manière dont les familles transnationales sénégalaises réagissent aux situations contextuelles de crise, entendues à la fois comme réalités structurelles et socio-économiques, qui caractérisent les espaces migratoires.

 


Marème Niang Ndiaye est géographe. Elle a soutenu, en 2014, à l’Université de Montpellier Paul Valéry, une thèse qui porte sur les modes d’habiter des migrants sénégalais et gambiens dans la Région Métropolitaine de Barcelone. Ses recherches s’intéressent aux formes de spatialités/territorialités en contexte urbain produites par le fait migratoire et aux processus d’identification et d’appartenance des migrants africains. Elle s’intéresse également aux dynamiques familiales transnationales africaines ainsi qu’aux liens entre migration, familles et crises. De 2016 à 2019, Marème Niang Ndiaye a mené trois recherches postdoctorales successives : au Bénin (au LASDEL) sur la famille transnationale sénégalaise, au Sénégal (à URICA) sur les mobilités religieuses, et en France, sur l’habitabilité des territoires productifs (à ART-DEV). En 2022, elle a été recrutée en tant qu’enseignante-chercheuse à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, et elle dirige l’axe Migrations, mobilités, espaces et territoires du Laboratoire de Géographie Humaine (LABOGEHU) de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines.


« Qui bénéficie des ‘retours d’urgence’ de la Libye et du Niger ? Le cas de l’initiative conjointe UE-OIM pour la ‘protection’ et la ‘réintégration’ des migrants ? »

 

Les révélations de la CNN sur l’esclavage humain en Libye ont bousculé les dynamiques du sommet de l’Union européenne (UE) et de l’Union africaine (UA) qui se tenait en novembre 2017. Les gouvernements africains n’ont plus essayé de remettre en question le soutien européen problématique aux garde-côtes libyens, mais ont accepté le retour volontaire de leurs citoyens. En analysant les « retours d’urgence » de la Libye et du Niger, cette présentation tend à analyser quelles personnes, quels États et quelles institutions bénéficient de ces « retours d’urgence ». Elle répondra à cette question grâce à des entretiens réalisés entre janvier et mars 2019 avec des rapatriés, leurs familles et d’autres citoyens, ainsi qu’avec des organisations internationales et des ONGs au Mali, au Niger et au Nigeria. L’argumentation sera basée sur trois mouvements analytiques. Premièrement, la présentation disséquera la notion « d’États bénéficiaires » en examinant comment des citoyens au Nigeria, Niger et Mali vivent les conséquences des « retours d’urgence » de la Libye et du Niger. Deuxièmement, elle analysera le discours de légitimation des pratiques quotidiennes des bureaux locaux de l’OIM par rapport aux promesses et aux directives du siège de Genève. Troisièmement, elle analysera comment les organisations locales de la société civile et les agences régionales de l’Etat au Nigeria et au Mali s’approprient, ignorent ou rejettent le grand récit des retours d’urgence. Sur la base de ce matériel, cette recherche soutient que les retours d’urgence ne répondent aux préoccupations immédiates de protection des individus que lorsqu’ils sont considérés de façon isolée. Il s’agit donc de resituer ces « retours d’urgence » dans un contexte social et politique plus large.


Jill Alpes est chercheuse senior au Centre des Droits de l’Homme de l’Université de Gand (Belgique). Elle est l’auteur de “Abroad at any cost: Brokering High-risk migration and illegality in West Africa”. Anthropologue politique, ses travaux sur la gouvernance de la migration s’attachent à décentrer les débats scientifiques, notamment en valorisant des expériences et perspectives des populations en Afrique et au Moyen-Orient.


Lien Zoom


Coordination



Citer ce billet
La rédaction (2023, 23 janvier). 16e séminaire Movida. MOVIDA. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnk4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search