Frédérique Louveau, anthropologue

Titulaire d’un doctorat de l’EHESS en anthropologie sociale et ethnologie, avec une thèse intitulée « Sukyo Mahikari dans tous ses Etats, du Japon à l’Afrique. Etude comparative de l’implantation d’un « Nouveau Mouvement Religieux » japonais dans l’espace franco-africain (France, Sénégal, Côte-d’Ivoire, Bénin) », soutenue au Centre d’Etudes africaines avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Maître de conférences à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal (Centre d’Etude des religions de l’UFR des Civilisations, Religions, Arts et Communication ), membre du LASPAD (Laboratoire d’Analyse des Sociétés et Pouvoirs, Afrique-Diasporas)où elle est responsable du Groupe de Travail « Mobilités religieuses, Minorités et Globalisation » au sein de l’Observatoire africain du Religieux (OAR), et chercheure associée au LPED (Laboratoire Population Education Développement (IRD-AMU).

Ses recherches portent sur les mobilités religieuses. S’étant d’abord intéressée à la mobilité des pratiquants religieux passant de l’islam ou du catholicisme à un « nouveau mouvement religieux » japonais basé sur les préceptes du shinto (Sukyo Mahikari), elle a analysé les conditions de réussite de ce mouvement religieux japonais en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Bénin, Côte d’Ivoire) et en France : son implantation précède la crise économique et la crise des Etats africains et elle est favorisée par les circulations des pratiquants entre le Japon et l’Afrique en passant par l’Europe générant un « nouveau modèle de développement » concocté à partir d’un imaginaire croisant l’Afrique et l’Asie. Porté par les migrations japonaises en Europe puis les migrations européennes en Afrique, ce mouvement religieux apporte au niveau local, à sa manière, des réponses aux tensions vécues par les individus migrants dans les grandes villes d’Afrique de l’Ouest. Ces mobilités religieuses initialement sous-tendues par des enjeux de santé poussent les adeptes à s’engager dans des actions collectives d’intérêt public, notamment des actions environnementales.


Dans une nouvelle génération de travaux, elle s’intéresse à la manière dont des acteurs religieux musulmans et chrétiens s’engagent dans la gestion de l’environnement au Sénégal, notamment par le biais des ONG confessionnelles. Dans un même temps, elle s’intéresse aux mobilités religieuses en se focalisant sur les déplacements physiques des pratiquants (migrations/ circulations) et de leurs conséquences sur les configurations religieuses.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search