Soutenance de Camille Cassarini


L’immigration ivoirienne en Tunisie. Une géographie politique du contrôle social en mobilité

par Camille Cassarini

La soutenance se déroulera le 14 novembre 2022 à 13h, à Marseille, sur le site St Charles, dans l’amphithéâtre Charve.

Le jury

  • Hassan Boubakri,  Président du jury, Professeur de géographie à l’Université de Sousse
  • Olivier Pliez, Rapporteur, Directeur de recherche CNRS, ART-DEV, Montpellier
  • Camille Schmoll, Rapporteuse,Directrice d’Études EHESS, Géographie-cités, Paris
  • Francis Akindes, Examinateur, Professeur à l’université Alassane Ouattara, Bouaké
  • Florence Boyer, Examinatrice, Chargée de recherche à l’IRD, URMIS, Paris
  • Hubert Mazurek, Directeur de thèse, Directeur de Recherche IRD, LPED, Marseille
  • Sophie Bava, Co-encadrante, Chargée de recherche IRD, LPED, Marseille
  • Charles Grémont, Co-encadrant, Chargé de recherche  IRD, LPED, Marseille

Résumé

La Tunisie est considérée, depuis la fin des années 1990, comme un des principaux pays partenaires de l’Union européenne dans la « lutte contre l’immigration irrégulière » en Méditerranée. Ce pays a participé à la mise en œuvre de l’ensemble des outils de contrôle des migrations élaborés par les États et les organisations internationales. Pourtant, à l’instar des autres pays de la région, la Tunisie est aussi travaillée, « par le bas », par de multiples dynamiques migratoires en provenance de l’ensemble du continent africain et, particulièrement depuis les années 2000, de la Côte d’Ivoire. Ces populations sont la cible de multiples dispositifs de contrôle et d’immobilisation mis en œuvre, d’une part par l’appareil étatique tunisien, mais aussi par un ensemble d’organisations humanitaires ou développementistes. C’est dans ce contexte que cette thèse propose une nouvelle lecture des dynamiques migratoires ivoiriennes et de leurs modalités de contrôle par les organisations internationales. À partir de données récoltées en Côte d’Ivoire et en Tunisie, il est démontré que les mobilités ivoiriennes se sont construites à la faveur des changements sociopolitiques de ces deux dernières décennies, ainsi que d’une reconfiguration des imaginaires politiques de la réussite dans le pays. À travers l’étude de plusieurs « lieux-frontières », cette thèse éclaire la manière dont les organisations internationales ont participé à la construction d’un marché de la gestion migratoire en Tunisie et ont développé un ensemble de dispositifs d’immobilisation autour de ces populations. À partir de l’étude de plusieurs trajectoires de personnes engagées dans des programmes de gestion des migrations, il est montré comment l’engagement dans la promotion de l’immobilité s’est constitué en nouvelle modalité de réussite sociale et en nouvelle dimension des projets migratoires. Plus largement, la contribution théorique de cette thèse consiste à éclairer sous un nouvel angle les logiques paradoxales de la frontiérisation et la construction d’une économie de l’immobilisation en Afrique. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search