Troisième édition des Ateliers de Movida : Hétérogénéité des figures et des parcours de migrants africains en Amérique du Sud

Le 1er mars 2017, l’IPAR, Initiative Prospective agricole et rurale, think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest et partenaire du LMI-MOVIDA au Sénégal, a accueilli dans ses locaux la troisième édition des Ateliers de MOVIDA.

Entièrement filmée, cette présentation sera bientôt disponible.

En insistant sur les profils de l’intrépide franchissant les frontières, ou bien du chômeur, du vendeur à la sauvette, ou encore du dealer voire du terroriste, les médias ont tendance à présenter les migrants à travers les seuls prismes biaisés de la victimisation, de l’héroïsation ou encore de la criminalisation. L’objectif de ces récits n’est pas tant de dépeindre une réalité bien souvent complexe que de réveiller des sentiments d’indignation, de compassion ou d’admiration du public.

En soulignant au contraire la pluralité des figures africaines en Argentine et au Brésil, cette communication s’efforcera de remettre de l’ordinaire dans le quotidien des migrants. Malgré la jeunesse de cette migration, nous verrons que, si le colporteur mouride fait l’objet de toutes les attentions en raison de sa visibilité dans l’espace public, d’autres manières de s’inscrire sur ces territoires coexistent et rappellent que le phénomène migratoire est traversé par de multiples univers sociaux et professionnels.

Ces travaux ont été présentés par Régis Minvielle, chercheur associé au LMI MOVIDA, post-doctorant à l’Université de Sao Paulo, chercheur associé au LPED, accueilli au GERM/Université Gaston Berger de Saint-Louis. Les échanges étaient animés par Sylvie Bredeloup (directrice de recherches à l’IRD/LPED), Cheikh Oumar Ba (directeur exécutif de l’IPAR) et Ibrahima Hathie (directeur de recherches à l’IPAR).

Après un petit déjeuner offert par l’équipe de l’IPAR, la présentation a débuté par la projection d’un reportage réalisé par France 24, Migration: de l’Afrique à l’Amérique ; l’idée étant de confronter les points de vue des journalistes et des chercheurs dans le prolongement d’une première séance réalisée au GERM/IGB à Saint-Louis (indiquer la date)Ce reportage illustre comment, les portes de l’Europe se refermant petit à petit, les immigrés africains choisissent une nouvelle destination : l’Argentine. Discutant cette approche journalistique du phénomène, Régis Minvielle a montré comment en tant que chercheur, il avait pu aller au-delà de ce premier aperçu de la migration africaine en Amérique latine.

En raison de contraintes budgétaires, temporelles et éditoriales, le travail de journaliste ne peut pas être aussi approfondi que celui du chercheur et peut, dans ces conditions,   déboucher parfois sur des conclusions biaisées ou incomplètes. Ici, le reportage a mis l’accent sur un seul type de profil de migrant : celui du vendeur ambulant précaire.

Or, au cours de ses enquêtes de terrain engagées sur la longue durée, Régis Minvielle a pu documenter d’autres profils et d’autres parcours de migrants, réintroduisant une épaisseur historique dans la description de cette nouvelle migration africaine en Argentine et au Brésil et remontant la piste des pionniers, marins capverdiens. Il a également resitué ces mouvements migratoires à l’aune du contexte géopolitique international, expliquant comment la fermeture des routes vers l’Europe avait conduit à des redéploiements vers d’autres Suds et plus globalement à une redistribution du jeu migratoire.

La matinée, fructueuse en échanges et en débats entre chercheurs, acteurs de la société civile (institut PANOSREMIDEV) et de nombreux doctorants, s’est achevée par un déjeuner offert par l’équipe de l’IPAR.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.