5ème édition de l’École de formation à la recherche du LMI MOVIDA


Migrations et circulations des idées, des savoirs et des normes en Afrique

5ème édition de l’École de formation à la recherche du LMI MOVIDA
du 28 novembre au 03 décembre 2022
Université Ibn Zohr d’Agadir (Maroc)
Organisée par l’Institut de Recherche pour le Développement


En collaboration avec

La faculté des Langues, des Arts et des Sciences humaines de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, l’Observatoire Régional des Migrations, Espaces et Société (ORMES) de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, le Center For Global Studies de l’Université International de Rabat (UIR), l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM) d’Aix-Marseille Université et la Commission Régionale des Droits de l’Homme (CRDH) du Souss-Massa


Argumentaire

Le XXIème siècle s’ouvre sur une ère de mondialisation migratoire. Toutes les régions du monde, ou presque, sont aujourd’hui concernées soit par le départ, soit par l’accueil, ou encore par le passage de populations, soit par les trois à la fois. Ce mouvement qui bouleverse les sociétés et les transforme en profondeur a connu une accélération sans précédent depuis la fin du XXème siècle. Aujourd’hui il y aurait environ 280 millions de migrant-e-s, à peine 3,6% de la population mondiale, dont 38 millions de migrant-e-s africains. Ainsi, dans un contexte où l’opinion publique est habitée par nombre d’imaginaires collectifs faits d’idées reçues et de catégorisations sommaires dont se nourrissent les populismes, il est important de préciser qu’au niveau mondial, le continent africain présente une mobilité internationale moins importante que celle des autres régions du globe et qu’à l’inverse des fantasmes qui alimentent les peurs, la majorité des Africains hors de leur pays se déplacent entre les pays de leur continent.

Néanmoins, les migrations internationales africaines continuent de susciter des craintes de plus en plus aigües, des débats de plus en plus sectaires, des politiques de plus en plus drastiques et par conséquent des contrôles de plus en plus stricts au nom de la « maîtrise des flux migratoires » depuis ce continent.

Le Laboratoire Mixte International de recherche (LMI) MOVIDA (Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne) entend contribuer au changement de regard à porter sur les migrations africaines et les migrants africains. Ce réseau de chercheur-e-s a pour objectif fondamental de s’organiser en plateforme de connaissances, de débats et d’actions afin de réfléchir collectivement à la manière de revenir sur les idées reçues relatives aux migrations africaines, tout en renforçant les capacités d’analyse et aiguisant l’esprit critique des ONG, des politiques et des migrant-e-s eux-mêmes.

Dans ce contexte et alors que plusieurs pays africains, à commencer par le Maroc, mettent en place, seuls ou accompagnés, leurs propres politiques migratoires, il est essentiel de réfléchir aux façons de lire les migrations et les mobilités non pas seulement comme un problème à « gérer » ou à « contrôler », mais également comme un des facteurs essentiels de dynamisation des sociétés et des nations. Si nous saisissons l’exemple de la mobilité des personnes, les migrant-e-s, de par leurs multiples inscriptions territoriales (entre pays de départ, de passage et d’ancrage), deviennent aussi des acteurs économiques, des médiateurs socioculturels ou religieux, des catalyseurs des contradictions des sociétés, mais encore des éléments fondamentaux dans les relations de coopération bilatérales et décentralisées entre les États.

Dans cette perspective, le LMI MOVIDA organise à l’Université Ibn Zohr d’Agadir (Maroc) la 5ème édition de son école de formation sous le thème « Migrations et circulations des idées, des savoirs et des normes en Afrique » qui aura pour objectif de réunir des étudiant-e-s, des chercheur-e-s, des enseignant-e-s chercheur-e-s et des professionnel-le-s qui abordent cette thématique afin de mieux comprendre les apports et les constructions autour des migrations intra-africaines dans les pays de passage et d’installation. Qu’ils soient étudiant-e-s, travailleurs étrangers, déplacés ou en quête d’aventures « pour chercher la vie ailleurs », toutes et tous viennent avec leurs bagages intellectuels, culturels, politiques, religieux et interrogent par leur présence les sociétés traversées. Les normes juridiques, politiques, sociales et religieuses évoluent en lien avec ces mobilités et les savoirs s’adaptent à ces nouvelles rencontres. D’autres part nous aborderons également les savoirs « qui font bouger » les filières de formation universitaires, professionnelles et religieuses qui redessinent des territoires intra-africains et parfois réactivent des réseaux traditionnels à l’heure où il est de plus en plus difficile de se déplacer vers l’Europe. Cette école de formation s’attachera en premier lieu à travailler ensemble avec les étudiant-e-s, les méthodes, les concepts et les notions qui nous permettent d’appréhender ces circulations de savoirs, d’idées et de normes qui transforment nos sociétés et parallèlement à réfléchir ensemble à des outils de transmissions de ces connaissances à destination de professionnels.

Cet événement se veut une opportunité de formation et de partage des savoirs interdisciplinaires, mais aussi un espace de co-construction de méthodologies et d’analyses sur les questions migratoires à travers l’utilisation d’outils de transmission. Sur une durée de cinq jours, du 28 novembre au 02 décembre, cette école de formation se déroulera en articulation avec des ateliers d’écritures, notamment des ateliers doctoraux et des ateliers pratiques pour la rédaction de policy-briefs.

  • Ateliers doctoraux

La 5ème édition de l’école de formation est de nouveau l’occasion pour les doctorants du LMI Movida mais aussi pour les masterants et doctorants affiliés à ses partenaires scientifiques, de se retrouver et d’échanger autour de questions méthodologiques, épistémologiques mais également plus personnelles sur leurs recherches en lien avec les questions migratoires et tout particulièrement les circulations d’idées, de savoirs et de normes. Ils seront animés en petit groupe sur plusieurs matinées par des chercheurs liés au LMI Movida et une séance de restitution sera organisée en fin de semaine.

  • Ateliers pratiques pour la rédaction de Policy-Briefs

Cet atelier propose une réflexion autour des Sciences Humaines et Sociales et de leurs contraintes ou volonté d’ouverture vers les sociétés civiles. Dans un contexte où les libertés académiques sont de plus en plus menacées et où les conditions de la recherche subissent des transformations structurelles, nous aborderons des formes d’écritures dites “ alternatives” ou “citoyennes” qui n’en sont pas moins académiques. Nous interrogerons ainsi les frontières entre sciences académiques, sciences appliquées, prospectives, monde des arts et de la culture, monde de la presse. Nous échangerons sur les manières de penser, construire et négocier des espaces pour d’autres modes de transmission des savoirs qui préservent notre liberté intellectuelle.

Les policy-briefs ou les notes d’orientation, sont un des outils de transfert de connaissances de plus en plus exploité au cours des dernières années dans le but d’éclairer ou d’influencer les décisions en matière de politiques publiques. Ainsi, le policy brief se veut une publication aisée à lire et courte : idéalement 1 à 4 pages, c’est-à-dire moins de 3 000 mots tous contenus inclus. Il argumente un message (idée, politique, méthode, solution) ayant une portée sur une question ou un problème auxquels sont confrontés des décideurs. Dans cette perspective, le policy-brief propose une analyse et des éléments de réflexion ou d’action.

Animés par des chercheurs, des professionnels, des journalistes et des acteurs associatifs travaillant sur le fait migratoire, ces ateliers proposés sur deux après-midi visent à initier une réflexion collective pour identifier les besoins urgents en matière d’appréhension des questions migratoires depuis, vers et à travers l’Afrique. Ces échanges serviront de base pour la rédaction, individuellement ou en groupe, d’un policy-brief qui sera mis en forme après l’école de formation, ensuite mis en ligne sur le blog du LMI MOVIDA et enfin transmis aux différents acteurs politiques et ONG qui interviennent sur ces questions en Afrique.


Conditions de participation

Cette école de formation est destinée à accueillir des masterants et doctorants, des chercheur-e-s, des enseignant-e-s-chercheur-e-s, des journalistes, des acteurs institutionnels ou membres d’ONGs nationales et internationales qui travaillent sur les questions migratoires, notamment depuis, vers et à travers l’Afrique. Elle devrait rassembler à l’Université Ibn Zohr d’Agadir (Maroc) une quarantaine de participants.

Les candidats sont tenus d’envoyer leur CV (une page maximum) et une lettre de candidature (motivation, intérêt pour ce genre d’exercice) à lmi.movida@gmail.com au 20 octobre 2022 au plus tard. Le courriel doit porter pour objet « Candidature école de formation MOVIDA ».


Comité d’Organisation 

  • Sophie Bava, LPED (IRD/Aix-Marseille Université), LMI-MOVIDA
  • Rachid Benbih, Université Ibn Zohr d’Agadir
  • Yasmine Bouchfar, Université Mohamed V
  • Mohamed Charef, ORMES, CRDH Souss-Massa
  • Hicham Jamid, LPED (IRD/Aix-Marseille Université), LMI-MOVIDA
  • Abdelkhaleq Jayed, Doyen de la Faculté des Langues, des Arts et des Sciences humaines, Université Ibn Zohr d’Agadir
  • Maryem Ouabi, Université Ibn Zohr d’Agadir
  • Delphine Perrin, LPED (IRD/Aix-Marseille Université), LMI-MOVIDA

Comité Scientifique

  • Mehdi Alioua, Doyen de l’Institut d’Études Politiques, Université Internationale de Rabat, LMI-MOVIDA
  • Elkbir Atouf, ORMES, Université Ibn Zohr d’Agadir
  • Sophie Bava, LPED (IRD/Aix-Marseille Université), LMI-MOVIDA
  • Lhoucine Bouyaakoubi, Université Ibn Zohr d’Agadir
  • Florence Boyer, URMIS, LMI-MOVIDA
  • Mohamed Charef, ORMES, CRDH d’Agadir
  • Farid El Asri, Directeur du Centre of Global Studies, Université Internationale de Rabat, LMI-MOVIDA
  • Hicham Jamid, LPED (IRD/Aix-Marseille Université), LMI-MOVIDA
  • Abdelkhaleq Jayed, Doyen de la Faculté des Langues, des Arts et des Sciences humaines, Université Ibn Zohr d’Agadir
  • Nadia Khrouz, Université Internationale de Rabat, LPED, LMI-MOVIDA
  • Sylvie Mazzella, (CNRS/Aix-Marseille Université/SoMuM)
  • Harouna Mounkaïla, GERMES, Université Abdou Moumouni, LMI-MOVIDA
  • Delphine Perrin, LPED (IRD/Aix-Marseille Université), LMI-MOVIDA

Téléchargement



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search