12ème séminaire de MOVIDA


Séminaire mensuel MOVIDA
le jeudi 2 juin entre 11h et 13h (heure française, GMT+2)


1ère communication

« Sous le radar : Vulnérabilité, bureaucratie et tactiques lors de la gestion pré-départ du programme de retour volontaire de l’OIM Maroc pour les femmes migrantes et leurs enfants »
par Sabina Barone
(doctorante à l’University College London, Social Research Institute, membre du LMI MOVIDA)

2e communication

Présentation de son ouvrage : « Les groupes armés au Sahel. Conflits et économie criminelle au Nord du Mali »
par Beatriz Mesa
(professeure à l’Université Gaston Berger de Saint Louis, membre du LASPAD, membre du LMI MOVIDA)

 


Résumés des communications

« Sous le radar : Vulnérabilité, bureaucratie et tactiques lors de la gestion pré-départ du programme de retour volontaire de l’OIM Maroc pour les femmes migrantes et leurs enfants »

À la croisée de divers agendas politiques, entre la promotion du développement et la lutte contre la migration irrégulière, depuis décembre 2018 le programme de retour volontaire de l’OIM s’aligne sur le Pacte Mondial pour la Migration et adopte un objectif humanitaire avec une attention déclarée aux migrant.e.s en situation de vulnérabilité (OIM 2018). Cependant, l’observation de la mise en œuvre du programme révèle la complexité de la « gestion de la vulnérabilité » dans le quotidien, la distance entre cette catégorie bureaucratique (Fassin, 2010) et la réalité des migrant.e.s, et l’implication de diverses entités institutionnelles aux logiques différentes.

Cette communication aborde une partie des résultats préliminaires d’une recherche ethnographique au Maroc pendant 19 mois (octobre 2019 – mai 2021) qui a étudié les pratiques socio-juridiques du programme de retour et aussi les usages pluriels que les migrant.e.s en font (ou voudraient en faire), au-delà de la logique de mobilité linéaire que l’OIM projette avec ses statistiques officielles. En particulier, j’examine comment certaines procédures administratives, mutuellement imbriquées, entravent le retour des femmes migrantes avec leurs enfants. En adoptant la notion de « bordering », la multiplication des frontières physiques et symboliques (Mezzadra et Neilson, 2013), je constate que les processus de « bordering » qui poussent les femmes à revenir obstruent également leur procédure de retour avec l’OIM. Les marginalités intersectionnelles des femmes restent sous le radar, insuffisamment détectées et assistées par le programme de retour. En même temps, certaines femmes migrantes trouvent de la place pour des utilisations tactiques du programme de retour, ce qui montre leur agenciarité (interstitielle) dans un environnement contraignant.

« Les groupes armés au Sahel. Conflits et économie criminelle au Nord du Mali »

Résumé et lien vers l’ouvrage : http://www.huma.uct.ac.za/event/beatriz-mesa-les-groupes-armes-du-sahel-conflits-et-economie-criminelle-au-nord-du-mali


Le séminaire aura lieu à distance et en présence dans certains laboratoires MOVIDA, dont au LPED à Marseille.


Lien Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/85849567911?pwd=VmNNMy96UDA1MVhuRWdGNXhXdkdtdz09

ID de réunion : 858 4956 7911
Code secret : 162822


Coordination


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search