De l’Europe vers les Suds : nouvelles itinérances ou migrations à rebours ? numéro 77 de la revue Autrepart

Sylvie Bredeloup (IRD/LPED Marseille)

Date de parution 02/03/2017
Editeur Presses De Sciences Po
Collection Revue Autrepart, numéro 77
Nombre de pages 200

Des ressortissants espagnols, portugais, grecs, italiens ou français ne parviennent plus à valoriser leurs compétences dans une Europe en crise où des pans entiers de l’économie sont sinistrés. Plus de 44 millions d’Européens se retrouvent aujourd’hui sans emploi dans les pays riches de l’OCDE. Les jeunes générations sont particulièrement touchées. En Espagne notamment, si un habitant sur cinq est au chômage, un jeune de moins de vingt-cinq ans sur deux l’est aussi ; en Italie, 37 % des jeunes n’ont pas non plus d’emploi. Avec une plus grande acuité peut-être, des jeunes issus de l’immigration africaine, asiatique ou latino-américaine se retrouvent sans perspective d’avenir sur ce marché européen du travail que leurs parents ou grands-parents étaient venus conquérir. Selon le Secrétariat national équatorien chargé de l’émigration, 70 % des 310 000 Équatoriens résidant dans la péninsule ibérique sont actuellement au chômage.

On peut aussi s’interroger sur les parcours à venir des descendants argentins d’immigrés italiens qui avaient fui la crise financière argentine et tenter leur chance en Europe, au seuil des années 2000. Dès lors que les pays du Sud enregistrent des taux de croissance économique constamment positifs et que certains États facilitent l’installation des travailleurs qualifiés et des retraités, quand ils ne mettent pas en place des politiques incitatives d’aide à la mobilité ou au retour, de nouveaux scénarios se dessinent, augurant d’une remise en mouvement des Européens. Ceux que la presse a renommé « nouveaux pauvres » ou « génération sacrifiée », ces milliers de jeunes Européens issus ou non de l’immigration, prennent le chemin de l’exil, cherchant un emploi en Angola, au Brésil, en Équateur, en Argentine, au Viêt Nam, au Maroc ou au Mozambique… toutes anciennes terres d’émigration. Quant aux retraités européens dont les revenus se réduisent alors que leur espérance de vie s’allonge, ils sont aussi de plus en plus nombreux à construire leur avenir au Maroc, au Brésil ou en Thaïlande. Recolonisation des Suds, retour aux sources familiales, émigration d’immigrés, mobilité à rebours ou migration itinérante entre deux continents : quel sens donner à ces mouvements migratoires d’une ampleur croissante ? Dans quelle mesure sont-ils annonciateurs d’autres recompositions et flexibilités à venir, participant d’un nouvel équilibre mondial ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.