IdéeReçue#4 La migration africaine est majoritairement intra-africaine

En 2004 on recensait officiellement 7,2 millions migrants africains implantés dans un des 30 pays de l’OCDE (dont 3,4 millions d’Africains subsahariens).

La migration africaine demeure une part marginale des migrations vers les pays développés. 7,2 millions pour une population totale africaine de 976 millions en 2004 (0,7 %).

Si on considère à présent la seule Afrique de l’Ouest : 16 pays et près de 300 millions d’habitants. Selon des évaluations faites à partir des recensements sur le continent noir, les migrants ressortissants de l’Afrique de l’Ouest seraient 8,7 millions en dehors de leur pays d’origine. Mais sur ces 8,7 millions, seulement 1,2 millions se sont déplacés vers un des 30 pays de l’OCDE/ soit 1 sur 7.

Ils sont par ailleurs très peu nombreux à avoir émigré sur les continents américain et asiatique. On évaluait en 2000 à 880 000 le nombre d’Africains aux Etats-Unis pour 8 millions de Mexicains ; en 2007, ils étaient 1,4 million (Us Census Bureau) et représentaient 3,7 % de l’ensemble des migrants.

On peut donc dire que 5 migrants sur 7 sont restés sur le continent africain

D’autres statistiques produites par la Banque Mondiale parvenaient au même résultat. Sur 100 personnes nées en Afrique de l’Ouest, 61 sont restées dans la sous-région pour 8 qui sont parties en Afrique Centrale, 15 en Europe, 6 en Amérique du Nord et 9 dans divers pays. Là encore 70 % des émigrés ouest-africains restent sur le continent.

La migration africaine demeure majoritairement une migration intra-africaine.

Cependant, il est vrai que les choses sont en train de changer ces dernières années.

Au départ du Sénégal, en 2013 (source DPNU, base 533 085), 50 % des migrants sont partis en Europe pour 38 % en Afrique de l’Ouest, 7, 8 % en Afrique centrale. Mais il faut aussi être conscient que tous les Etats africains ne procèdent pas au recensement régulier de tous les étrangers sur leur territoire. D’autre part, les ressortissants africains, au prétexte de la libre circulation dans la CEDEAO ont tendance à ne pas aller se faire immatriculer sur les registres consulaires.

Il n’en reste pas moins qu’il existe un fort décalage entre la visibilité de l’émigration subsaharienne dans les discours médiatiques, politiques et la réalité statistique.

 

Par S. Bredeloup, Directrice de recherche à l’IRD et co-porteuse du LMI-MOVIDA

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/07/2019

    […] les migrants internationaux ne représenteraient que 3,2% de la population mondiale. Sur ces 3,2%, 70% relèvent d’une migration intra-africaine. Il est donc loin le cliché des Africains qui envahissent l’Europe ou la France. Sur près de 9 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.