10e séminaire de MOVIDA


Séminaire mensuel MOVIDA
le jeudi 7 avril entre 11h et 13h (GMT+2)


1ère communication

« Les postes de contrôle juxtaposé : des dispositifs spatiaux de contrôle de circulation en question en Afrique de l’Ouest »
par Kossigari DJOLAR,
(doctorant en géographie en cotutelle entre l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Kara au Togo),

2e communication

« Les mobilisations du droit autour des migrations au Sénégal : entre confusions et interprétations, interroger la place des normes juridiques »
par Delphine PERRIN,
(chargée de recherche au LPED, IRD-AMU,
et membre de l’équipe de coordination de MOVIDA)


Résumés des communications

  1. « Les postes de contrôle juxtaposé : des dispositifs spatiaux de contrôle de circulation en question en Afrique de l’Ouest ». Depuis les années 2000, les politiques visant à fluidifier les circulations des personnes et des biens en Afrique de l’Ouest se sont réaffirmées et renforcées dans le cadre des agendas nationaux, régionaux et internationaux de facilitation. Dans ces programmes et projets, s’observe une volonté manifeste de désactiver les « effets barrières » de la frontière et d’en faire des espaces de « coutures » grâce à l’intensification des interactions socioéconomiques. Le résultat de cette volonté est la modification substantielle de la configuration spatiale des frontières avec la construction des postes de contrôle juxtaposés. Ces dispositifs spatiaux, au sens foucaldien, sont censés regrouper les différents services de contrôle des deux pays limitrophes en un seul lieu afin de faciliter les procédures et d’amoindrir les délais et les coûts afférents aux transactions. Cela pose la question de l’ancrage et de la manifestation de cette nouvelle réalité frontalière : quelles sont les manifestations de ces nouvelles réalités frontalières en Afrique de l’Ouest ? Comment sont-elles vécues et perçues par les différents acteurs ? Nous considérons ces dispositifs au sens foucaldien comme des lieux de pouvoir où s’expriment des formes d’adhésion, de résistance et de contestation de la part de nombreux acteurs ; à commencer par les fonctionnaires des États commis au contrôle en passant par les circulants et les riverains. Le but de cette communication est d’interroger cette dynamique contemporaine des espaces de mobilité en Afrique de l’Ouest à partir des pratiques et des imaginaires qui se déploient autour et au sein des postes de contrôle juxtaposés. Les résultats qui seront présentés sont issus du traitement partiel des données recueillies sur le terrain aux frontières du Togo. Nous présenterons dans un premier temps le contexte d’émergence de ces dispositifs physiques d’encadrements des circulations aux frontières. Ensuite, nous reviendrons sur les manifestations physiques de ces dispositifs dans la région ouest-africaine, pour tirer, enfin, les conséquences en termes de résistance et de contournement qui s’observent sous des formes nouvelles.
  2. « Les mobilisations du droit autour des migrations au Sénégal : entre confusions et interprétations, interroger la place des normes juridiques ». Avec sa loi « relative à la lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées », le Sénégal devançait en 2005 tous ses voisins sur des thématiques alors en essor, mais les abordait de manière extrêmement confuse, assimilant traite, trafic de migrants et migration clandestine. La confusion sémantique et juridique se confirmait par l’action de tribunaux qui condamnaient Sénégalais et étrangers tantôt pour « émigration clandestine », tantôt pour « immigration clandestine » ou d’autres formules plus originales et mal définies en droit (M. Ndiaye et N. Robin 2009). Dix-sept ans plus tard, tandis qu’entretemps des lois contre le trafic illicite de migrants et contre la traite des personnes ont émergé dans toute la région d’Afrique méditerranéenne et sahélienne, avec une grande diversité de mise en œuvre, la loi de 2005 est restée en l’état, tout aussi confuse et inutile, sauf pour son potentiel répressif. Dans un contexte de regain des velléités de départs du pays, l’affaire Doudou Faye, en décembre 2020 – qui a conduit à la condamnation pénale du père de l’adolescent mort en mer pour « mise en danger d’autrui » puis au procès rocambolesque des passeurs présumés – a confirmé à la fois la persistance d’un manque de rigueur juridique et l’émergence d’attaques, par des voies judiciaires, contre des structures sociales alimentant les migrations – deux tendances que l’on retrouve dans d’autres pays africains et européens.  Cette présentation vise à lancer des pistes de recherche et des échanges sur les mobilisations du droit autour des migrations au Sénégal, pointillés d’un projet de recherche à venir, qui tend à dépasser : 1/ l’interprétation par le mimétisme juridique, pour prendre en compte les intérêts et ambitions des divers acteurs impliqués et le cadre d’analyse « inspirations-contraintes-ambitions » ; 2/ le seul constat du droit au service des autorités (pour la restriction et la répression) pour passer au droit-outil, -ressource, appropriable et mobilisable par un ensemble d’acteurs.

Le séminaire aura lieu à distance et en présence dans certains laboratoires MOVIDA (dont le LPED à Marseille ).


Coordination

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search