Soutenance de thèse : «Vie de relations, mutations territoriales et disparités socio-économiques et spatiales au Sénégal : l’exemple du bassin arachidier »

Aliou Ndao, doctorant du réseau LMI MOVIDA, a soutenu samedi 18 février sa thèse intitulée : «Vie de relations, mutations territoriales et disparités socio-économiques et spatiales au Sénégal : l’exemple du bassin arachidier », à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Sous la direction de :

Oumar DIOP et Jérôme LOMBARD

Devant le jury composé de :

  1. Oumar DIOP, Professeur titulaire/Université Gaston Berger/Saint-Louis : Codirecteur
  2. Jérôme LOMBARD, Directeur de recherche, IRD, laboratoire PRODIG/Paris 1 : Codirecteur
  3. Mouhamadou Mawloud DIAKHATE, Professeur/Université Gaston Berger/Saint-Louis : Président
  4. Aly TANDIAN, Maître de conférences/Université Gaston Berger/Saint-Louis : Rapporteur interne
  5. Papa SAKHO, Dr d’État, chargé d’enseignements/Université Cheikh Anta Diop de Dakar : Rapporteur externe

Face à la profonde crise agricole qu’il traverse, le bassin arachidier doit aujourd’hui une grande partie de sa fécondité économique à son ouverture au monde, par laquelle dynamique globale et dynamique locale sont profondément liées. L’interpénétration socio-économique entre le rural et l’urbain, rendue possible ou favorisée par le développement de la mobilité des personnes, des biens et de l’information dans la région, sous-tend un processus de transformation ou de réorientation de l’économie des ménages, se démarquant partiellement, voire complètement (pour certains), de l’agriculture.

Cette thèse cherche à montrer que la vie de relations, dans ses diverses formes, échelles et opportunités est devenue le moteur de l’économie de la zone, constitue le fondement même du maintien des populations sur leur terroir. La diffusion du secteur non agricole, semble tantôt traduire l’apparition d’un nouveau modèle de développement, tantôt justifier la crise de l’économie agricole, dans tous les cas, elle tend à reléguer l’agriculture au second plan. Loin de traduire un progrès, cette trajectoire de l’économie de la région ne reflète pas pour autant une situation dramatique. Elle est aujourd’hui caractéristique d’une résilience des populations face à la pauvreté devenue un stress permanent dans la zone.

Ce processus de mutation s’accompagne d’une accentuation des disparités dont il constitue l’un des moteurs principaux. En effet, en fonction de la position des lieux et des spécificités de chaque zone, la mutation se produit à un rythme inégal. Les disparités économiques s’expliquent par l’accès inégal des populations aux opportunités hors du secteur agricole, mais surtout par leur niveau inégal dans l’entreprenariat et la diversification des activités économiques et sources de revenus.

Photos 



Citer ce billet
La rédaction (2017, 1 mars). Soutenance de thèse : «Vie de relations, mutations territoriales et disparités socio-économiques et spatiales au Sénégal : l’exemple du bassin arachidier ». MOVIDA. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rn6q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search