Retour d’expérience – Club scientifique dans un lycée de Dakar : « Voyage des objets »

Club scientifique, pourquoi, comment ?

Un club scientifique, c’est une vingtaine de lycéens souvent de classe première, scientifique ou littéraire qui regroupés autour d’un enseignant motivé, de chercheurs et doctorants disponibles décident de s’initier à la démarche scientifique.

Durant l’année scolaire 2015-16, le projet intitulé « Parcours d’objets »  invitait des jeunes d’une classe de première scientifique du lycée Birago Diop (Dakar) à comprendre les phénomènes migratoires pour rompre avec les idées reçues.

On a l’habitude de dire que ce sont les plus pauvres qui partent en migration pour des raisons économiques. C’est une idée reçue, et après de nombreux échanges avec des intervenants de tous horizons, les lycéens ont compris que pour partir, il faut un capital social (c’est-à-dire des réseaux, un carnet d’adresses) mais aussi un capital économique. On entend aussi dire que ce sont des analphabètes qui partent, or il faut aussi un important bagage culturel.

Ce projet avait un double objectif : faire en sorte que les lycéens soient mieux armés pour comprendre les dynamiques migratoires, mais également être en mesure d’approcher la démarche scientifique à laquelle on recourt en sciences sociales… Savoir bâtir un guide d’entretien, prendre contact avec un migrant de retour, savoir relancer son interlocuteur quand il devient silencieux, retranscrire son entretien et l’interpréter, échanger les résultats avec les autres…

Ce projet d’initiation à la démarche scientifique regroupait donc lycéens, enseignants,  chercheurs et doctorants.

L’idée principale était de conduire une recherche sur les objets que les migrants emportent avec eux, perdent en chemin ou rapportent de migrations. Ce qui voulait dire : non seulement s’intéresser aux parcours du migrant, mais aussi à un objet auquel il tenait et sur lequel il pouvait faire un récit, vie du migrant et vie de l’objet dans le même temps.

Voyage des objets
En quoi les objets emportés en migration ou rapportés d’un séjour à l’étranger renseignent sur la vie des migrants, sur leur quotidien ?

Accompagnés tout au long de l’année scolaire d’un chercheur de l’IRD, de quatre doctorants en sciences sociales et de leur professeur d’histoire, les élèves du club se sont initiés à la démarche scientifique.

Tout au long de l’année, visionner, commenter et analyser des films, échanger avec des migrants, mener des entretiens… a permis aux élèves, accompagnés par les chercheurs, d’aiguiser leur esprit critique. Ils se sont efforcés de rompre avec les idées reçues sur la migration et d’objectiver les résultats obtenus.

Des magnétophones ont été mis à la disposition des élèves du club pour réaliser les entretiens avec les migrants. Sur la base de ces entretiens retranscrits, ils ont rédigé des rapports d’enquête, avant de passer à l’exercice photographique : des téléphones leur ont été prêtés pour photographier les objets de la mobilité.

Par ailleurs, deux événements d’importance ont ponctués cette expérience. Il s’agit tout d’abord de l’échange entre le lycée Birago Diop et le lycée français Jean Mermoz, à l’occasion de la présentation du spectacle Travers et traversées de frontières . Deuxièmement, la venue de Thomas Samba Sarr, ancien migrant de retour au Sénégal, qui a présenté sa biographie, co-écrite avec Brigitte Bertoncello, Professeur en urbanisme. L’ouvrage, intitulé Du Sénégal à Marseille, Migration réussie d’un gentleman rasta, publié chez L’Harmattan, retrace le parcours de Thomas Sarr, entre la France et le Sénégal.

Par ailleurs, cette réflexion collective consistait aussi à transformer l’exercice scientifique en une expérience artistique avec l’appui d’un photographe. La photographie a permis de révéler sous une forme plus sensible le rôle des objets dans le voyage des hommes et des femmes.

L’exposition des photos, à la fin de l’année scolaire, a permis aux élèves de restituer leur travail et les conclusions de leurs enquêtes sous forme artistique et créative, avec beaucoup de succès !

Partenaires

Des acteurs d’horizons divers sont venus assister Sylvie Bredeloup dans l’animation du club. Tout d’abord, le professeur d’histoire, Joseph Améadan. Mais également 4 étudiants de l’UCAD : Mbosse Badiane, Paulin Tchangai, Modou Loum et Marie-Louis Ndiaye.

Enfin, Bastien Defives, photographe, a réalisé des ateliers de formation à la photographie, sur le thème « Les objets de la mobilité. »

Photos

Thomas Samba Sarr devant les lycéens de la classe de première du lycée Birago Diop


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Inkeyyy dit :

    Renouvellement du laboratoire mixte internationale MOVIDA : Mobilites, voyages, innovations et dynamiques dans les Afriques mediterraneenne et subsaharienne Renouvellement du laboratoire mixte internationale MOVIDA : Mobilites, voyages, innovations et dynamiques dans les Afriques mediterraneenne et subsaharienne

  1. 03/03/2017

    […] il a contribué à l’animation du club scientifique « Voyage des objets » au lycée français Jean Mermoz à Dakar, en […]

  2. 14/04/2017

    […] Contribution à l’animation du club scientifique sur le thème : « Voyage des objets » au lycée français Jean Mermoz, 2016 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search