IdéeReçue#2 La « crise migratoire »

Selon les Nations Unies, sur les 60 millions de déplacés comptabilisés dans le monde par le HCR en 2014, 86 % sont accueillis dans un pays en développement, et non un pays développé.

Par ailleurs, la majorité des réfugiés s’installent dans un pays frontalier du leur. Pour exemple, les Syriens (4,41 millions recensés en août 2015) se retrouvent principalement en Turquie (1,9 millions), au Liban (1, 1 million… soit 1 réfugié pour 4 habitants), en Jordanie (629 000), en Irak (249 000), et en Egypte (132 000). À titre de comparaison, ils étaient 348 000 en Europe.

Si on considère que l’Europe a reçu un peu plus d’1 million de réfugiés en 2015 (en ajoutant les Afghans, les Erythréens…), il en faudrait encore 5 fois plus pour que ceux-ci atteignent 1% de la population totale de l’Union Européenne. À supposer qu’il y ait une crise migratoire, elle n’est pas européenne. Elle est mondiale.

Pour ne pas céder à la tentation de la métaphore maritime (les vagues de migrants, le raz-de-marée migratoire…) habilement filée dans la presse, insistons sur la nécessité de parler en valeur relative et non en valeur absolue.

 

Par S. Bredeloup, Directrice de recherche à l’IRD et co-porteuse du LMI-MOVIDA



Citer ce billet
La rédaction (2016, 16 novembre). IdéeReçue#2 La « crise migratoire ». MOVIDA. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rn4d

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search