7ème séminaire mensuel de MOVIDA


Séminaire mensuel de MOVIDA
jeudi 6 janvier 2022 entre 11h et 13h (GMT+1)


1ère communication

“La diplomatie migratoire du Maroc”
par Sara Benjelloun
(Docteure en science politique et chercheure associée au Laboratoire PACTE, au LPED et au LMI MOVIDA)

2ème communication

“Vivre la révolution égyptienne à distance
Présentation du dernier ouvrage de la collection Mobilités africaines issu de sa recherche doctorale de Célia Lamblin
(Docteure en Sociologie et chercheure associée au LPED et membre du LMI MOVIDA)


Résumés des communications

  1. “La diplomatie migratoire du Maroc” : Le lancement par le Maroc en septembre 2013 de la politique nationale d’immigration et d’asile marque un changement de paradigme majeur : le Maroc se conçoit désormais en tant que pays d’immigration (et non plus de transit) et s’assume comme tel. La nouvelle politique marocaine se présente comme étant « humaniste et globale s’est proposée de régulariser, à deux reprises, la situation administrative de plusieurs dizaines de milliers d’étrangers en situation irrégulière, et de leur offrir les moyens nécessaires pour vivre dans la dignité. Par le biais de la Stratégie Nationale d’Immigration et d’Asile (SNIA), le Maroc exprime sa volonté de faire bénéficier les étrangers des mêmes droits que ceux dont jouissent les citoyens marocains. La conduite d’une telle politique interroge. Elle intrigue d’autant plus que la gestion migratoire privilégiée jusque-là consistait à lutter activement contre les migrations irrégulières. La présentation s’attachera à répondre à une interrogation simple : comment expliquer que le Maroc ait décidé d’entreprendre une politique migratoire particulièrement accueillante en 2013 ? Il s’agira notamment de relever l’existence d’une diplomatie des migrations portée par l’Etat marocain qui évolue en fonction du profil migratoire revendiqué par les autorités et des intérêts géostratégiques du Royaume.
  2. “Vivre la révolution égyptienne à distance” : Lors du processus révolutionnaire de 2011, les Égyptiens vivant en France, installés à Bordeaux, Marseille, Paris ou Toulouse, ont fait éclater les identifications qui leur étaient assignées et fait évoluer leurs projets migratoires, familiaux et professionnels. La mobilisation en soutien à la révolution égyptienne a rendu visibles des trajectoires jusqu’alors discrètes et favorisé des rapprochements inédits entre Égyptiens aux parcours différents. Leur implication à distance dans la révolution, constituée en réaction à la situation politique nationale, a souligné autre chose que l’existence de relations multiples tissées avec la société d’origine : elle a aussi mis en exergue une diversité de manières d’être et d’agir dans la société d’accueil. À partir d’une approche sociologique des migrations égyptiennes en France, cet ouvrage a pour ambition de saisir la manière dont un événement d’envergure nationale influence plus ou moins durablement les trajectoires individuelles de ceux qui n’en ont pas été directement témoins. L’auteur propose d’analyser les dynamiques migratoires au regard de quelques grands thèmes de la sociologie politique : la participation électorale à distance, l’action collective et l’engagement associatif.

Le séminaire aura lieu à distance et en présence dans certains laboratoires MOVIDA (dont à Marseille, au LPED).


Lien zoom pour suivre le séminaire

  • https://zoom.us/j/94567653577

Coordination


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search