9ème séminaire mensuel MOVIDA


Séminaire mensuel MOVIDA
3 mars 2022 entre 11h et 13h (GMT+1)


1ère communication

« Les effets des politiques migratoires sur les enfants migrants vivant avec leurs parents au Maroc »
par  Marie-Laurence Flahaux
(démographe, chargée de recherche à l’IRD, LPED, Aix-Marseille Université, membre de MOVIDA) et
Nadia Khrouz
(docteure en sciences politiques, professeure assistante à l’Université Mohammed V de Rabat, associée au LPED, membre de MOVIDA)

2ème communication

« Re-penser les migrations des Dagara du Burkina Faso vers le Sud du Ghana en contexte de changement climatique »
par Marc MEDA Mouoboum
(doctorant en sociologie, Université Joseph Ki-Zerbo, Laboratoire Société, Mobilité et Environnement (LASME), membre de MOVIDA)


Résumés des communications

  1. « Les effets des politiques migratoires sur les enfants migrants vivant avec leurs parents au Maroc » : Malgré l’engagement des pays, à travers la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, à protéger et à assurer une vie digne à tous les enfants vivant sur leur territoire, les droits des enfants de migrants ne sont pas toujours respectés. Les considérations relatives à leurs droits se heurtent souvent aux politiques migratoires, et ces dernières l’emportent souvent. Cette présentation vise à présenter la recherche que nous menons sur les enfants « accompagnés » dans le contexte du Maroc. Nous nous intéressons à la façon dont les politiques migratoires affectent la vie des enfants originaires d’Afrique subsaharienne qui vivent avec leurs parents à Rabat, que ces enfants aient migré avec leurs parents au Maroc, qu’ils les y aient rejoints ou qu’ils y soient nés. Dans ce séminaire, nous présenterons les réglementations en vigueur au Maroc en ce qui concerne l’entrée et le séjour des enfants « accompagnés », et nous partagerons les premiers résultats de nos analyses qui se basent sur près de 50 entretiens qualitatifs avec des parents migrants.
  2. « Re-penser les migrations des Dagara du Burkina Faso vers le Sud du Ghana en contexte de changement climatique » : Face à l’incertitude de la production agricole exacerbée par le changement climatique, les Dagara du Sud-Ouest du Burkina Faso réadaptent leurs migrations vers le Sud du Ghana. Les modifications observées dans le mode de circulation et dans l’organisation familiale des migrations dagara nous amènent donc à re-penser ces migrations sous un autre angle d’analyse. L’une des questions abordées dans notre thèse et sur laquelle va se centrer notre communication est celle de savoir comment les chocs récurrents liés au changement climatique reconfigurent les trajectoires migratoires des Dagara vers le Sud du Ghana. Dans une démarche compréhensive, combinant approches quantitative et qualitative en mobilisant notamment des données secondaires météorologiques, des données primaires quantitatives et qualitatives à l’aide de questionnaire, de focus groups approfondis, d’entretiens individuels semi-structurés et de biographies migratoires, nous avons analysé les modifications induites par le changement climatique dans le processus migratoire des Dagara.

Le séminaire aura lieu à distance et en présence dans certains laboratoires MOVIDA (dont le LPED à Marseille ).


Lien zoom pour suivre le séminaire


Coordination


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search