Exposition: Mon ami n’est pas d’ici-Friche la belle de Mai

 

 


 

Huit jeunes photographes de la rive Sud de la Méditerranée interrogent le vécu et la présence, permanente ou temporaire, des personnes originaires d’Afrique Subsaharienne. À travers leurs regards, une plongée dans la vie de l’Autre, entre visibilité et invisibilité, et une réflexion sur des sociétés au croisement de cultures multiples et métissées.


« Cette exposition, à travers les regards de huit photographes originaires d’Afrique du Nord ou y vivant, nous amène à nous intéresser à cette question de l’autre, celui qui n’est pas du pays, qui ne parle pas la même langue, qui n’a pas la même couleur de peau… Ils nous parlent de la présence, dans ces pays d’Afrique souvent dite « blanche », de l’Afrique dite « noire ». Bien sûr, cette présence n’est pas récente. Cela fait des siècles qu’elle existe et que les échanges sont multiples et divers, commerciaux, migratoires, conflictuels…

Que ce soit pour nous parler d’une présence inscrite dans le long temps de l’histoire, ou dans le temps présent, réunir ces travaux photographiques n’a pas été aisé. Tout d’abord, à ma connaissance, peu de photographes d’Afrique du Nord travaillent sur ces thématiques. Alors qu’une telle exposition nécessite un travail sur le terrain, pour aller chercher et faire des rencontres directement sur les lieux concernés, cela a été rendu impossible par les contraintes sanitaires liées à la pandémie, et les conflits armés comme en Lybie. Heureusement, les ateliers effectués ces dernières années à Alger, à Alexandrie, ou encore ma participation à un jury pour l’AFAC (Arab Fund for Art and Culture) à Beyrouth m’ont été d’un grand apport pour identifier des photographes et leur faire proposition de participer à cette exposition.

Tous, à travers leur travail, ont décidé d’aller à la rencontre de celui qui n’est pas d’ici, celui que l’on ne voit pas, celui à qui l’on ne parle pas, pour témoigner de sa vie. Ils nous disent ainsi qui est cet autre, ce qu’il ressent et les raisons de sa présence à cet endroit. Qu’il soit un migrant en attente d’une possibilité de passage en Europe ou encore un migrant qui, devant l’impossibilité de continuer son voyage, a décidé de tenter de s’installer là où il est, qu’il soit venu étudier ou chercher du travail, les raisons sont multiples et bien plus diverses que ce que l’on peut imaginer.

Tous ces travaux sont des tentatives de nous faire connaître qui sont ces étrangers auxquels on ne prête aucune attention et qui, pourtant, sont des hommes et des femmes remplis d’humanité et de rêves. Ces histoires viennent questionner ce que nous tous pouvons souvent ressentir envers l’autre, notre indifférence à la différence. »


Dans le cadre de la Semaine culturelle méditerranéenne

Avec les artistes :

Salih Basheer / The Home Seekers
Hana Gamal / Fragments Of Yourselves
Nada Harib / Libya, In Transit
Lola Khalfa / Je suis venue faire mes études…
Seif Kousmate / Haratins : born to serve
Sinawi Medine / Forgotten Eritrean Refugees
Malik Nejmi / Dieu va ouvrir la mer
Abdo Shanan / Dry


Visite Flash

  • Tous les samedis à 15h, 16h et 17h, partez à la découverte de l’exposition aux côtés d’une médiatrice.
  • 30 minutes chrono pour échanger en toute simplicité sur les œuvres présentées.
    En savoir +

Pour plus d’infos :

https://www.lafriche.org/evenements/mon-ami-nest-pas-dici/

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search