Save the date: 5e séminaire mensuel de Movida

 


Séminaire mensuel de Movida 

Première communication

“Mobilités humaines et circulations marchandes sur la “route du desert “: socio-anthropologie du corridor Rosso_Nouakchott_Casablanca”

Par : Baye Masse MBAYE

Deuxième communication

Les étudiants étrangers à Khartoum, des « acteurs passerelles » ?”

Par : Khadidja Medani

Jeudi 4 novembre 2021, de 11h à 13h (GMT+2)

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/97724023476?pwd=VTI5VU82b1lHaCs2RUd2UjBYN210UT09


Résumés des communications

Communication 1: “Mobilités humaines et circulations marchandes sur la “route du desert “: socio-anthropologie du corridor Rosso_Nouakchott_Casablanca”

Du territoire-frontière de Rosso jusqu’au Maroc, voire au-delà, s’étale la route transsaharienne : lieu de mobilités et de circulations marchandes, animée par une diversité d’acteurs et posant des enjeux socioéconomiques et institutionnels considérables pour les trois pays ainsi interreliés : Sénégal, Mauritanie et Maroc. Au quotidien, une marée humaine se déferle sur cette route parsemée d’aspérités et de contraintes multiples : pécheurs, pasteurs, pèlerins, migrants, mariniers, touristes, transporteurs, routiers, femmes d’affaires, commerçants. Ces flux humains entrent en parallèle aux circulations de marchandises telles des « voitures tout-terrain », drainées depuis l’Europe avec, à bord, un bon nombre de touristes et de sportifs du Rallye désirant traverser le désert proprement dit.

Mais ces mobilités et circulations marchandes baigne dans un cadre relationnel historique entre le Sénégal et le Maroc, symbolisé par le commerce caravanier, le pèlerinage à Fès, la diffusion de l’islam à orientation confrérique au Sénégal (Qadirriyya et Tijaniyya), la colonisation française et les indépendances et une certaine« revitalisation des relations transsahariennes dans l’axe Sénégal-Mauritanie-Maroc » (Marfaing, 2003) opérée en 1990, occasionnée par une forte explosion d’échanges marchands, du tourisme, de l’émergence d’axe routiers, l’émigration clandestine de jeunes subsahariens sous l’étiquette d’« aventuriers » (Ba, Choplin, 2005), l’externalisation des frontières européennes, la traite humaine, le terrorisme djihadiste…

Nous appréhendons ces mouvements de flux dans un continuum de circulations impliquant la prise en compte de territoires traversés, de lieux de ruptures et de continuités, de lignes frontalières, de réseaux transnationaux dans une perspective de « mondialisation dans les Suds ». Par conséquent, nous cogitons sur : comment ces mobilités humaines et circulations marchandes contribuent-elles à l’émergence d’un corridor transfrontalier qui concourt à une reconfiguration territoriale mettant en connexion des espaces, des territoires et des pays ? Cela revient à se demander : Qui circule ? Qu’est-ce qui circule ? Comment ces circulations de flux humains et marchands sont organisées et de quelle manière elles font sens dans la reconfiguration territoriale de ce corridor ? Quels sont les nouveaux itinéraires empruntés par les migrants et commerçants ? Quelles sont les contraintes de circulations ?

Pour ce faire, nous visons à réaliser une ethnographie de la « route du désert » en favorisant une observation participante à effectuer dans les moyens de transport, les gares routiers, les lieux de ruptures, les marchés, les postes de contrôle, les embarcadères, les points de chute de migrants et en réalisant des récits de vie et entretiens individuels/collectifs avec les différentes catégories d’acteurs qui fourmillent le long de la « route du désert ». Sur la base de nos lectures et entretiens exploratoires, nous avons retenu quelques espaces pertinents en termes de niches migratoires et marchands pour réaliser notre observation empirique :

  • Rosso-Nouakchott-Nouadhibou : PK7, Gry-Djeol, Ksar, tiwilit, Boulenoir et Nouadhibou.
  • Nouadhibou-Casablanca : Bojador, Lemsied, El Ayounne, Tarfaya, Dakhla, Tan Tan, Agadir, Casablanca.

Communication 2: Les étudiants étrangers à Khartoum, des « acteurs passerelles » ?”

En 1990, le Centre Islamique Africain (CIA) de Khartoum, un centre d’enseignement secondaire islamique, devient l’Université Internationale d’Afrique (UIA). Cette transformation est le fruit d’un projet de coopération régionale entre le gouvernement soudanais et six autres États arabes. La nouvelle université propose l’enseignement de sciences islamiques et de sciences modernes et se démarque par sa vocation particulière d’accueil des étudiants étrangers. Au Soudan, l’inauguration de l’UIA un an après la prise de pouvoir d’Omar al-Bashir en 1989, s’inscrit dans une réforme universitaire plus générale à l’échelle du pays, qui vise à l’islamisation et l’arabisation de l’ensemble du système universitaire. L’UIA, dont l’objectif premier est la da’wa(appel islamique) est le versant prosélyte de ce projet.

30 ans plus tard, l’UIA a connu une évolution exponentielle, aussi bien du point de vue du développement académique que du nombre d’étudiants inscrits, qui atteint en 2019/2020 les 16000 étudiants. Cette évolution s’explique par les campagnes de recrutement menées par le réseau institutionnel de l’UIA et par l’État soudanais lui-même. Elle s’explique également par le rôle des anciens étudiants de l’université de retour dans leur pays d’origine, contribuent à la promotion de l’université. L’institution se repose en partie sur ce réseau d’anciens étudiants pour la orienter de jeunes candidats à la migration étudiante vers le Soudan.

Cette communication aura pour but de questionner la figure d’anciens étudiants de l’UIA comme « acteurs passerelles », questionnant leur rôle de vecteur sur les plans matériels (réseau de recrutement, associations ONG partenaires de l’UIA), et aussi immatériels, en tant qu’agent de diffusion de la vision (ou les visions) de modèle islamique prôné à l’UIA.


Coordination


Lien zoom pour suivre le séminaire

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/97724023476?pwd=VTI5VU82b1lHaCs2RUd2UjBYN210UT09

ID de réunion : 977 2402 3476

Code secret : 273905


 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search