Save the Date : 3e séminaire mensuel de Movida


Séminaire mensuel de Movida

Première communication

“Un contrôle migratoire « indigène »? Le rôle des intermédiaires migrants dans la mise en œuvre des retours volontaires depuis le Maroc” 

par Anissa Maâ

Deuxième communication

“Espaces trajectoires de l’immigration ivoirienne en Tunisie”

par Camille Cassarini

Jeudi 2 septembre 2021, de 11h à 13h (GMT+2)

https://zoom.us/j/93761770074


Les séminaires mensuels de MOVIDA  auront lieu chaque  1er jeudi du mois, de 11h à 13h (heure française GMT+2). Le troisième séminaire  se déroulera sur zoom le 2 septembre 2021 de 11h à 13h.


Résumés des communications

Communication 1: Un contrôle migratoire « indigène »? Le rôle des intermédiaires migrants dans la mise en œuvre des retours volontaires depuis le Maroc.

Cette communication s’intéresse à une figure hybride du contrôle migratoire au Maroc : les « intermédiaires indigènes ». Plus précisément, elle interroge le rôle des agents issus des communautés migrantes qui participent à la mise en œuvre quotidienne des retours volontaires de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) destinés aux migrants ouest et centre africains présents dans le pays. Officiellement dénommés « agents de terrain », « éducateurs pairs », ou « agents communautaires », ces intermédiaires – « indigènes » relativement aux communautés migrantes – sont employés par des partenaires de l’OIM et par l’OIM elle-même pour accéder plus efficacement au public cible des retours volontaires. Agissant à l’interface d’univers distincts et aux intérêts a priori divergents, les intermédiaires indigènes occupent dans ce sens une position centrale mais ambigüe au sein de l’industrie migratoire. Certes, leur « indigénéité » opère comme un outil de légitimation de discours et de pratiques anti-migratoires vis-à-vis des migrants. Cependant, celle-ci peut également contredire leur implication dans le contrôle de leurs pairs, les intermédiaires indigènes faisant l’expérience de problématiques similaires à ces derniers en matière d’accès à la mobilité ou à une installation au Maroc. Ils sont alors susceptibles de se réapproprier leur enrôlement dans le contrôle migratoire pour défendre des agendas qui leurs sont propres.

En s’appuyant sur des terrains de recherche ethnographique menés au Maroc entre 2016 et 2018, la communication développe le concept d’ « intermédiation indigène » pour appréhender la complexité des rapports de pouvoir qui sous-tendent l’implication des acteurs migrants au contrôle migratoire. Dans quelle mesure la participation des acteurs migrants au contrôle migratoire transforme-t-elle les modalités de ce dernier ? Et dans quelle mesure l’émergence de cette nouvelle figure « indigène » du contrôle amène-telle à dépasser la dichotomie analytique entre « contrôle migratoire » et « autonomie des migrations » ?

Communication 2: Espaces trajectoires de l’immigration ivoirienne en Tunisie

La Tunisie, à l’instar des autres pays du Maghreb, est devenue un espace d’immigration particulièrement dynamique depuis les vingt dernières années (Pellicani et Palmisano 2002 ; Hassen Boubakri et Mazzella 2005 ; Hassan Boubakri 2015 ; Pouessel 2019 ; Cassarini 2020). Non loin des traversées vers l’Europe et des naufrages, particulièrement médiatisés, se structure un espace migratoire patiemment construit par les allées et venues de travailleurs, voyageurs, étudiants et aventuriers subsahariens dans les différentes agglomérations tunisiennes. La géographie sociale de cette immigration, correspondant à peu de choses près à celle que l’on retrouve dans les autres pays maghrébins, achoppe cependant sur la réalité empirique d’une forte sur-représentativité d’immigrés de nationalité ivoirienne, encore très peu étudiée (Bouquet 2017 ; Savané 2017). En effet, la Côte d’Ivoire, jusqu’à aujourd’hui encore, était historiquement considérée comme un des plus grands pays d’immigration d’Afrique de l’Ouest (Blion et Bredeloup 1997 ; Bredeloup 2003). Forte d’une main d’œuvre en provenance de tous les pays voisins, l’économie ivoirienne a permis aux populations issues des ethnies au pouvoir (majoritairement bété et baoulé) de bénéficier, de l’Indépendance jusqu’à la fin des années 2010, d’un accès privilégié aux ressources économiques et sociales du pays (Montaz 2017). Contrairement à de nombreuses populations ouest-africaines,

Pourtant, aujourd’hui, un nombre croissant de ces individus prend la route en direction des pays d’Afrique du Nord et la Tunisie semble accueillir depuis 2011 la première génération d’immigrés ivoiriens. Autour de quelles dynamiques socio-spatiales se constitue l’immigration ivoirienne en Tunisie ? À travers l’espace migratoire construit par ces acteurs en Tunisie, je propose de (ré)interroger « l’ordinaire » d’une migration intra-africaine encore peu connue et « l’extraordinaire » d’une émigration internationale ivoirienne majoritairement bété et baoulé. À l’aide des trajectoires biographiques de femmes et d’hommes circulant entre ces deux espaces, j’entends questionner l’imaginaire migratoire de ces populations ainsi que leurs modes d’acquisitions de « savoirs-migrer » dans le contexte tunisien.

Pour répondre à cette question, cette proposition mobilise un matériau ethnographique issu d’entretiens et d’observations participantes menés avec 32 ressortissants ivoiriens ayant séjournés en Tunisie et/ou retournés en Côte d’Ivoire. Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une enquête de terrain menée entre la Tunisie et la Côte d’Ivoire entre 2016 et 2020

Bibliographie

  • BLION R. et BREDELOUP Sylvie, 1997, « La Côte-d’Ivoire dans les stratégies migratoires des Burkinabé et des Sénégalais » dans Bernard Contamin et H. Memel-Fotê (eds.), Le modèle ivoirien en questions : crises, ajustements, recompositions, Paris, Karthala (coll. « Hommes et sociétés »), p. 707-737.
  • BOUBAKRI Hassan, 2015, « Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ? », Revue européenne des migrations internationales, 1 décembre 2015, vol. 31, no 3-4, p. 17-39.
  • BOUBAKRI Hassan et MAZZELLA Sylvie, 2005, « La Tunisie entre transit et immigration : politiques migratoires et conditions d’accueil des migrants africains à Tunis », Autrepart, 2005, vol. 36, no 4, p. 149.
  • BOUQUET Christian, 2017, « Sur l’immigration irrégulière ivoirienne », Outre-Terre, 2017, N° 53, no 4, p. 171-173.
  • BREDELOUP Sylvie, 2003, « La Côte d’Ivoire ou l’étrange destin de l’étranger », Revue européenne des migrations internationales, 1 juillet 2003, vol. 19, vol. 19-n°2, p. 85-113.
  • CASSARINI Camille, 2020, « L’immigration subsaharienne en Tunisie : de la reconnaissance d’un fait social a la creation d’un enjeu gestionnaire », 2020, vol. 32, p. 16.
  • MONTAZ Léo, 2017, « « Manger pour soi-même » en zone forestière ivoirienne », Afrique contemporaine, 2017, N° 263-264, no 3, p. 141-155.
  • PELLICANI M C et PALMISANO L, 2002, « Le cas des migrations élitaires en Tunisie dans le cadre des migrations sud sud », 2002, p. 17.
  • POUESSEL Stéphanie, 2019, « De la méconnaissance à la cohabitation. Expériences tunisiennes d’une migration subsaharienne en mutation », 2019, p. 22.
  • SAVANE Ibrahim Sy, 2017, « Des visages et des routes. Les migrations irrégulières au départ de la Côte d’Ivoire », Afrique contemporaine, 2017, N° 263-264, no 3, p. 255-257.

Coordination


Lien zoom pour suivre le séminaire

https://zoom.us/j/93761770074


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search