Movid’action


Movid’action est conçu comme un espace d’échanges et d’actions visant à promouvoir d’une part la diffusion de nos résultats de recherche vers des publics larges et engagés dans l’opérationnel et d’autre part à construire un dialogue permanent entre la recherche et la société. Movid’action se positionne à l’interface entre science et société avec l’ambition d’offrir des outils à la communauté et aux praticiens, à travers le développement d’outils de dialogue. En cela, les partenariats avec des think tank se développent, avec l’appui de l’IPAR, membre du consortium de MOVIDA, d’autres liens sont approfondis avec Alternatives Espaces Citoyens, GADEM et le Timbuktu Institute (présent au Sénégal, Mali, Niger et Mauritanie) et le réseau des Think Tank de l’UEMOA (Burkina Faso, Niger, Mali, Sénégal…), notamment autour des aspects d’emplois de jeunes, de mobilité et religion.


Cette boîte à outils doit aider à la déconstruction des idées reçues, à la diffusion des résultats de recherche, via des supports accessibles tant aux décideurs qu’aux acteurs de terrain. Ces différents outils ont pour objectif de contribuer à la construction de plaidoyers, tout en ayant la capacité de s’adapter aux contextes et aux types d’acteurs ciblés :


« La claque aux idées reçues »

Cette rubrique du blog de MOVIDA se développe, toujours via la construction decartes postales, visant à diffuser un message concis, sur la base d’une question précise ou d’une affirmation allant-de-soi du type « on dit que… ». Parmi les thématiques qui pourront être abordées dans cette nouvelle série de cartes postales, on peut citer par exemple la définition de certaines catégories de la migration spécifiques ou non à l’Afrique de l’Ouest (aventurier, exilé, demandeurs d’asile, circulation, expulsion…). Également pourront être synthétisés les systèmes migratoires propres à chacun des pays ouest et nord-africains, afin de sortir d’une vision homogénéisante des « migrations africaines ».

Si ces cartes postales peuvent être distribuées, téléchargées, elles peuvent aussi se concevoir comme des outils pédagogiques interactifs pouvant servir de supports lors de formations que les membres de MOVIDA sont amenés à faire régulièrement auprès d’acteurs de la société civile, de parlementaires, de journalistes, d’élèves… En ouvrant sur une question ou sur une affirmation du type « on dit que… », ces cartes postales permettent de susciter un débat entre les participants et de construire progressivement une analyse dans l’interaction.

Prolongeant ces cartes postales, il est prévu de concevoir des outils sonores selon le même principe qui sont diffusables et téléchargeables sur des téléphones portables. Cet outil ouvre vers une possibilité accrue d’usage des réseaux sociaux et des nouvelles technologies de communication. Ce volet est en place via un partenariat entre des chercheurs et experts de MOVIDA et de l’IPAR et la fondation Heinrich Böll Stiftung, pour développer une recherche-action au Sénégal sur l’utilisation des cartes postales contre les idées reçues en migration.


Élaborer des policy briefs

L’objectif est d’initier puis de consolider cette démarche de production de policy brief, d’abord par des formations, puis la création d’une rubrique complémentaire à celle des cartes postales sur blog de MOVIDA. Il pourra aussi être envisagé de mettre en lien une carte postale et un policy brief, selon une logique, « pour aller plus loin… ». Dans ce cadre, la participation de l’IPAR qui compte en son sein des chercheurs et experts formés à ce type d’exercice constitue un apport important, en particulier dans la construction d’un discours en direction des acteurs politiques et de l’opérationnel. Un effort particulier va porter sur la diffusion des policy brief, en particulier vers les acteurs du développement, de l’humanitaire et les acteurs politiques.


Construire un jeu de société pédagogique sur les migrations africaines

En capitalisant sur la construction et la réception de ces différents outils, il est prévu d’élaborer un jeu de société pédagogique MOVIDA, à destination d’un jeune public, pour mieux comprendre « les enjeux et les entraves à la mobilité » sur le continent africain. Celui-ci a pour objectif de contribuer à sortir d’une vision misérabiliste de la migration africaine, en proposant un parcours de jeu construit sur la base de la diversité des trajectoires migratoires : chaque joueur prenant le rôle d’un migrant avec des caractéristiques précises et faisant face à des obstacles et opportunités au fur et à mesure du jeu représentant son parcours de vie. Des contacts ont été pris avec l’association « Les Petits Débrouillards », qui est partante pour développer avec l’équipe de MOVIDA ce jeu et pour l’utiliser avec des jeunes lors d’activités de sensibilisation aux migrations. Des échanges auront lieu avec des chercheurs de l’URMIS qui ont déjà ce type d’expériences via la construction d’un jeu pour sensibiliser au racisme.

Enfin, un dernier outil s’inscrit dans la continuité des pratiques des chercheurs de MOVIDA, à savoir l’implication dans différentes sessions de formation à destination de publics divers tels des magistrats, des parlementaires nationaux et de la CEDEAO, des médiateurs de la République, des journalistes, des élèves de collègues et lycée.


Un espace de dialogue multi-acteurs

Ces différents outils constituent des supports importants pour construire un espace de dialogue et de partage entre acteurs politiques et opérationnels et acteurs de la recherche. Cependant, celui-ci ne peut se construire de façon univoque – c’est-à-dire des outils et produits conçus uniquement par les chercheurs – mais suivant un dialogue au sein duquel chaque « métier » conserve ses spécificités. Cette réflexion sur la manière de concevoir les dialogues science – politique et science – société traverse l’ensemble du LMI depuis sa création.

La réflexion s’est portée jusqu’à présent sur la conception d’outils pédagogiques et de diffusion de résultats de recherche ; aussi, tout en poursuivant ce travail sur les outils, lors de la deuxième phase, l’objectif est de construire un espace de partage et de discussions plus ouverts croisant nos thématiques de recherche et les démarches et attentes de résultats relevant du politique et/ ou de l’opérationnel. En fonction des pays, les membres de MOVIDA ont déjà des expériences de ce type, dont le point commun est de travailler à l’échelle locale sur des thématiques précises.

Un retour sur expérience s’avère aujourd’hui nécessaire pour construire cet espace de dialogue. Il visera à répondre à des questions du type : comment construire un espace d’échanges qui réponde tant à des objectifs de recherche qu’à des objectifs plus opérationnels et/ou politiques ? Comment faire vivre ce dialogue dans la durée ? Quels sont les cadres à inventer pour un tel dialogue, espace de séminaires communs, co-construction d’outils pédagogiques… ?

Dans les années suivantes, l’objectif est de mettre en place cet espace de dialogue à la fois à l’échelle du LMI, tout comme dans chacun des pays où le LMI est présent et de le consolider de façon pérenne. Des partenariats déjà existants ou en train de se construire pourront être ainsi mis à profit, par exemple avec les Fondations Rosa Luxembourg et Heinrich Böll Stiftung, Konrad Adenauer Stiftung, ENABEL, la F.AC.C (la Fabrique Artistique Culturelle et Citoyenne), la Cimade ou encore Oxfam.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search