Formation à la recherche


L’expertise et les réseaux des membres de MOVIDA viennent soutenir la nécessaire articulation entre formation et recherche. Des dispositifs et des actions de formation à la recherche pluridisciplinaire sur les mobilités sont proposés depuis le niveau master jusqu’à celui du doctorat et du post doctorat. Notre ambition est d’attirer des étudiants vers la recherche dans le champ des migrations afin de promouvoir la relève scientifique sur cette thématique. Notre défi est de former une masse critique de chercheurs de haut niveau capables de s’insérer professionnellement dans les universités publiques, les centres de recherche, les think tank ou encore les ONG.


Co-encadrements de masters et des co-tutelles de thèses

Former à la recherche nécessite des capacités d’encadrement qu’il s’agit de développer dans les prochaines années (soutenances d’HDR). Des co-encadrements de mémoires de master et des co-tutelles de thèse sont encouragés, entre les universités membres du LMI. Les actions déjà menées dans ce domaine ont montré qu’il s’agit d’un dispositif très utile pour l’encadrement rapproché des étudiants et pour un soutien scientifique diversifié. La participation à des jurys de thèse et de mémoires de master est fortement promue entre les membres du LMI. Les doctorants (et aussi les post-doctorants) rattachés au projet bénéficieront plus particulièrement du soutien des membres du LMI concernant leurs besoins de formation, tout en s’assurant de leur insertion au sein de la dynamique collective de recherche.

Nous participerons aussi à des appels à projet afin de partager nos compétences et renforcer les formations existantes, comme c’est le cas avec l’ANR PEA 2020 (Partenariat avec l’enseignement supérieur Africain) auquel nous répondons avec l’Institut SoMuM d’Aix-Marseille-Université et l’Université Abdou Moumouni au Niger.


Le renforcement des dispositifs de formation existants

Face à l’offre de formation existant en Master dans les universités partenaires, le collectif de chercheurs et d’enseignants-chercheurs du LMI opte pour le renforcement des parcours déjà mis en place, par le montage de modules complémentaires labellisés « Movida ». Ce volet est décliné en fonction des pays où MOVIDA est présent :

  • Au Sénégal, des membres de MOVIDA dispensent des enseignements dans le Master interdisciplinaire « Migrations Internationales et Relations Interculturelles » (MIRI), domicilié à l’IPDSR (Université CAD de Dakar, ED ETHOS) et dans le master de sociologie à l’UGB de Saint-Louis. La mise en œuvre de modules labellisés « Movida » devrait contribuer à la pérennisation des acquis du LMI à l’UGB et à renforcer le dispositif de formation et de recherche sur les migrations dans cette université.
  • Au Maroc, à l’Université Internationale de Rabat, il existe un parcours « Mobilités, migrations et circulations » mis en place par des membres de MOVIDA. En plus de ce parcours, il est prévu l’ouverture d’un master « Migrations » en 2020 ou 2021. Plusieurs membres de MOVIDA sont déjà sollicités pour intervenir dans ce master à travers des enseignements sur diverses thématiques, des co-encadrements et la participation à des jurys de mémoire. L’ouverture de ce parcours à l’UIR offrira un débouché pour les étudiants des universités partenaires (UAM et UGB) puisque l’UIR compte mettre en place un système de bourses à destination des étudiants originaires d’Afrique subsaharienne.
  • Au Niger, les masters des départements de géographie et de sociologie de l’Université Abdou Moumouni et de l’université de Zinder tout comme les parcours doctoraux dans cette université représentent des dispositifs de formation susceptibles d’attirer des étudiants désireux de se spécialiser sur les questions migratoires. Des membres de MOVIDA assurent depuis trois ans un module sur les migrations dans le master « Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix » à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques. Une réflexion est aussi en cours au sein du GERMES pour la construction d’un parcours de formation certificative, sur la thématique des migrations internationales au niveau master, associant des intervenants du monde de la recherche et du monde professionnel. D’une durée d’un an, l’objectif d’un tel parcours est, d’une part, de consolider les acquis des étudiants de Master en géographie ou sociologie et, d’autre part, de répondre à une demande émanant des professionnels du développement et/ou de l’humanitaire en quête d’un personnel formé sur cette thématique dans une perspective pluridisciplinaire.

Au-delà des formations dans les universités partenaires, les membres de MOVIDA interviennent aussi dans différents Masters, avec lesquels il est possible de nouer des partenariats, en proposant des interventions ponctuelles complémentaires avec une ouverture disciplinaire :

  • Master 2 « Politique européenne et Action transnationale et Dynamiques politiques et Mutations des Sociétés » à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence (D. Perrin)
  • Master SOCDEV de l’Université de Bamako (S. Lima)

 L’organisation d’Écoles d’été itinérantes

Au niveau doctorat, des Écoles d’été annuelles et itinérantes seront organisées pour les doctorants membres du LMI et d’autres doctorants travaillant sur cette thématique.

L’objectif est de concevoir des modules annuels d’enseignement-recherche de deux semaines, mobilisant l’ensemble des membres du LMI, dans une optique résolument régionale et pluridisciplinaire. Ces écoles seront articulées aux formations existantes avec pour objectif de les faire valider par les écoles doctorales des institutions partenaires. Chaque école sera centrée sur une thématique particulière, renvoyant à une approche transversale des axes scientifiques.

MOVIDA a capitalisé de l’expérience dans l’organisation d’écoles d’été et d’écoles itinérantes sur des thématiques contribuant à renforcer les capacités théoriques, épistémologiques, méthodologiques et rédactionnelles des étudiants au doctorat et au master. Ces écoles d’été se révèlent des cadres d’échange stimulants et productifs. Forts de cette capitalisation des expériences antérieures et de l’expérience du GERMES dans l’organisation d’écoles d’été, l’objectif est de mettre en place une session annuelle dans chaque pays (Maroc, Sénégal, Niger, France, Burkina Faso).


Les résidences d’écriture scientifique

Le dispositif de résidence d’écriture a été expérimenté lors de la première phase, et il s’est révélé efficace en termes de production scientifique et d’encadrement des étudiants et des chercheurs. Ce dispositif sera développé via l’organisation chaque année une résidence d’écriture réunissant chercheurs et étudiants du MOVIDA et/ou artistes et journalistes. Les résidences d’écriture seront consacrées à un travail de co-correction des chapitres de thèse, d’ouvrage et d’articles. Elles pourront aussi s’orienter vers des moments de co-écriture soit entre chercheurs, soit entre chercheurs et/ou artistes et journalistes. Comme des membres du LMI envisagent de soumettre un dossier d’HDR, les résidences d’écriture pourront constituer pour ces chercheurs des périodes propices à la rédaction des éléments constitutifs de leur dossier.


L’organisation d’un séminaire mensuel en ligne

Un séminaire mensuel en ligne permettra aux membres de MOVIDA de tous les pays de garder le lien et de susciter des échanges au niveau individuel et collectif au sein de chaque et entre les différents axes de recherche. Ces séminaires pourront mettre l’accent sur des entrées thématiques ou méthodologiques, en particulier sur la perspective comparative. Ils seront aussi l’occasion de restituer les terrains partagés.

En complément, un cycle de séminaires estampillé MOVIDA pour mettre à profit les déplacements des membres du LMI, mais pas uniquement. Celui s’appuiera sur des séminaires établis comme les Fada du GERMES à Niamey, les séminaires « Les circulations en Afrique » et MoRéMi (Mobilités, Réseaux, Migrations » du LISST, ou encore les Cafés sociologiques à l’UGB. Des espaces de débat régulier sont en cours de structuration au sein de l’IPAR, ils pourront s’intégrer à ce dispositif.


L’appui scientifique et financier aux étudiants

Les masterants et doctorants du LMI seront accompagnés tout au long de leur parcours, par des temps de formation et des appuis à la recherche (appui au terrain, ateliers d’écriture, soutien à la publication, soutien à la diffusion). Diverses formules de soutien seront mises en place : soutien à la réalisation d’enquêtes de terrain, appui pour la participation à des évènements scientifiques, etc.


Les mini-MOOC sur le blog de MOVIDA 

A l’image de  « L’économie de transit liée à la migration au Niger » par le Dr. Harouna  Mounkaïla, une dizaine de vidéos thématiques d’une durée de 15′ ont été enregistrées mis en ligne. La formule des mini-MOOC se poursuit  par la mise en ligne des ateliers thématiques MOVIDA.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search