Axe 4 : Transversalités méthodologiques : « Mobilités tout azimut »

L’analyse de toutes les formes de mobilité et des recompositions sociales, spatiales, économiques et politiques qui leur sont liées s’appuie sur une démarche méthodologique éprouvée lors de la première phase de MOVIDA, qu’il s’agit aujourd’hui de consolider et de structurer. Les terrains partagés constituent ainsi un outil important, qui permet de mettre en œuvre conjointement des approches pluridisciplinaires et des approches comparatives, bien que ces dernières aient été moins développées jusqu’à présents. Cette pratique de terrain collective rassemble deux ou trois chercheurs de MOVIDA sur un même espace ; soit ils travaillent sur un même espace, mais avec des thématiques et approches disciplinaires différentes, soit ils ont en commun une question de recherche qu’ils développent sur le terrain de l’un et/ou de l’autre, en plus de leur propre terrain. Une telle approche collective permet de construire des transversalités et d’affirmer notamment la complémentarité des différents axes de recherche déclinés précédemment. Elle ouvre la possibilité de développer par le terrain une démarche comparative qui sera renforcée lors des terrains partagés à venir, tout comme elle permet de suivre les mobilités dans différents espaces et temporalités. Enfin, ces expériences de terrain partagé sont aussi des expériences de pluridisciplinarité en acte, tant dans le dialogue entre chercheurs face à des situations de terrain originales, qu’à l’échelle individuelle dans la familiarisation, l’apprentissage des outils méthodologiques propres à une autre discipline.

Dans la continuité des terrains partagés, le développement d’écriture alternative, également éprouvé lors des premières années de MOVIDA sera poursuivi. Cette dimension ne s’inscrit pas uniquement dans la volonté d’une meilleure valorisation de nos travaux de recherche, mais a pour objectif de mettre en place une démarche de recherche associant des personnes d’horizons divers, artistes ou journalistes en particulier. Ce croisement de regards constitue de notre point de vue une plus-value importante pour le travail de recherche, qu’il convient de développer. Des liens existent déjà entre des artistes et chercheurs au Maroc, et au Niger des liens devraient être mis en place entre le GERMES et la filière « Arts du spectacle » de l’UAM, via la réponse à un appel d’offre ANR-AFD.


Resp. Florence Boyer



Citer ce billet
La rédaction (2020, 9 juin). Axe 4 : Transversalités méthodologiques : « Mobilités tout azimut ». MOVIDA. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rngx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search