Axe 2- Mobilités Africaines, afropolitanisme et villes mondialisées

Appréhender les lieux et les liens des mobilités et circulations intra-africaines (et leurs prolongements hors du continent) est l’objectif principal de cet axe. Les recherches en cours, sur des terrains allant du Maroc au Golfe de Guinée, sans oublier les pays enclavés de la région, amènent à ancrer davantage la réflexion de Movida dans le spectre des mobilités africaines et leurs effets sur la métropolisation (Mareï, Debrie, Lombard, 2019). En effet, c’est dans les grandes villes que les brassages de population et leurs effets économiques et sociaux sont les plus visibles. Suivre les routes des Africains mobiles ou encore celles des biens, des objets, des savoirs et des techniques qui s’échangent de plus en plus entre Africains, identifier les lieux d’échange et d’ancrage, les circuits et les filières qui se mettent en place sont les logiques méthodologiques et conceptuelles que suivront les travaux menés dans cet axe.


1. L’essor des mobilités intra-africaine

L’Afrique est le continent où les mobilités et les circulations (interurbaines, régionales, internationales) sont les moins fortes au monde. Mais elles connaissent ces dernières années une croissance remarquée qui vient chambouler de nombreuses organisations territoriales. De ces mobilités émergent des villes cosmopolites, connectées et dynamisées par ceux qui bougent, de villes en villes, de pays en pays, et s’y installent. Flux aériens en croissance constante et grands échanges maritimes interportuaires composent aujourd’hui avec des « petites » circulations et alimentent ainsi des réseaux de transport variés, parfois parallèles aux grands flux, de plus en plus denses, pas toujours complètement formels, et parfois encouragés par les États dans le cadre du renforcement des échanges régionaux ou transfrontaliers. La multiplication de ces flux, sensiblement différents de la migration mais qui parfois s’y articulent, transforme durablement les lieux (frontières, villes, gares, aéroports, marchés, quartiers « afropolitains ») et liens africains (routes, offre de transports, dispositifs réglementaires ou organisationnels locaux et internationaux).


2. La ville afropolitaine

Ces mobilités et brassages remodèlent les villes à partir des quartiers d’installation des migrants, nationaux ou internationaux, fabriquant ainsi de la ville « afropolitaine ». Elle se construit aussi à partir d’activités professionnelles autoproduites, souvent dans le commerce international et le transport de personnes et de marchandises, fabriquant par le bas une ville largement mondialisée (Tarrius, 2002). Ces activités sont parfois produites dans les rues, les parkings, à côté des grands marchés, des grandes gares. Elles modifient les structures commerçantes et les modes de consommation préexistants (par exemple croissance des commerces proposant des produits « afro » au Maghreb et inversement). Ces changements questionnent l’intégration des communautés installées à l’étranger, leur acceptation non seulement juridique mais également économique, sociale, et dans les paysages urbains. Les réseaux de migrants, s’entremêlent ainsi aux réseaux de commerce et de transport, connectent les espaces, et participent pleinement aux processus de recomposition des territoires africains.


3. Réseaux et connexions transafricaines

De nombreux régimes de mobilité sont ainsi portées par des populations hétéroclites dont la mobilité est intimement liée aux profonds changements qui s’opèrent dans les sociétés africaines. Ces dernières sont de plus en plus globalisées, et évoluent dans des réseaux de circulation multi-scalaires. Ces dynamiques ne peuvent plus être comprises uniquement localement, en observant un seul et même lieu. Il faut pouvoir les aborder à la fois en multipliant les observations mobiles et multi-situées, en suivant les mobilités des hommes et des objets pour le dire autrement, et en variant les échelles afin de comprendre les effets sur les territoires locaux comme sur les réseaux transnationaux (Retaillé, 2012, Brenner, 1999). L’ère de la mobilité africaine questionne ainsi nos manières de penser les territoires africains. Connections, nouveaux rapports aux espaces urbains et cosmopolites, lieux de la mondialisation africaines constituent des enjeux scientifiques renouvelés, qui traverseront abondamment nos réflexions sur les mobilités et les migrations africaines. L’axe des États littoraux qui va du Maroc à la Côte-d’Ivoire est particulièrement sensible à ces dynamiques : y sont retrouvés des flux de tous les types, depuis des filières agricoles solidement structurées entre Nord et Sud jusqu’à des petites mobilités de subsistance en passant par un nombre croissant de « businessmen et women » dans le commerce ou le transport et qui vivent des échanges transnationaux.

 


Resp. Nora Marei,  Mehdi Alioua et Thomas Fouquet



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search