Axe 1. Parcours de vie, recompositions sociales et religieuses

Les mobilités actuellement observées dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne ont fait naître des dynamiques sociales et familiales inédites (Bredeloup, 2020). Celles-ci contribuent à transformer les référents identitaires et les appartenances sociales, familiales et religieuses des migrants, de leur famille et réseaux autant dans les pays de départ, de passage que d’accueil (Bava, 2018). Les migrants, par leurs trajectoires de vie et de mobilité, leurs valeurs, leurs réseaux et leurs statuts construisent de nouvelles façons d’être, d’être ensemble, de vivre leurs pratiques religieuses et culturelles.  Leurs expériences de vie les amènent à innover sur les plans économiques familiaux, religieux culturels, ce qui les conduit à contourner les logiques sociales et institutionnelles habituellement utilisées pour les cantonner dans une assignation identitaire figée et essentialiste ainsi que pour les enfermer dans des catégories administratives rigides (Khrouz 2019).

Les mobilités et les migrations sont ainsi façonnées par les représentations des individus, leurs imaginaires, leurs parcours familiaux, sociaux ainsi que par leurs appartenances religieuses également en mouvement. Par ailleurs, par leurs circulations et leurs ancrages, les migrants participent à la recomposition des sociétés qu’ils traversent, dans lesquelles ils s’installent et d’où ils viennent. Cet axe explore les liens entre mobilités, migrations et parcours de vie d’une part et transformations familiales, recompositions sociales et religieuses d’autre part.


1. Les parcours de vie des migrants.

La migration n’est pas l’apanage des populations jeunes ou adultes. Des catégories diverses se retrouvent sur les routes dont les enfants et les adolescents, les personnes âgées et les femmes. Ces derniers participent à une réinvention des liens familiaux et sociaux en migration du fait des contraintes socio-économiques et administratives qu’ils rencontrent sur les routes ou dans les pays d’accueil. Leurs expériences de vie les amènent à développer des stratégies et à remettre en question des hiérarchies sociales et des allégeances générationnelles et religieuses. Elles les conduisent à bousculer des normes sociales, des rapports conjugaux et des rôles matrimoniaux.

Nous nous intéresserons ici à ce que la migration implique comme transformations dans les trajectoires de vie des migrants, ainsi que dans les arrangements familiaux, les activités professionnelles et les modes de vie des migrants.

Nous étudierons aussi des pans spécifiques de leurs vies, que ce soit sur le plan administratif, leurs parcours scolaires, religieux, leurs expériences en termes de santé et/ou de justice. Dans quelle mesure et de quelle façon les parcours ou trajectoires de vie des migrants sont-ils façonnés par les circonstances de la migration, par leurs aspirations, et par les opportunités et obstacles qu’ils rencontrent, que ce soit avant de migrer, pendant leur voyage, dans le lieu d’ancrage et d’installation ou après le retour dans le pays d’origine ?

Les recherches s’intéresseront aux expériences socio-professionnelles de migrants hautement qualifiés ou non, comme celles des professionnels de santé ouest-africains ayant migré en Europe, des migrantes saisonnières marocaines en Espagne, de chercheurs d’or africains à Kedougou au Sénégal, d’Européens en Afrique de l’Ouest, et d’enfants et adolescents migrants à Ziguinchor. Elles porteront sur divers autres pans des trajectoires. Les parcours d’éducation seront analysés ; ceux des jeunes filles migrantes au Niger, des étudiants marocains en France, et des étudiants subsahariens au Maghreb. Les investissements et réinvestissements politiques feront l’objet de recherches également, notamment à travers le cas des mobilités sénégalaises en Afrique centrale. Les recherches permettront aussi de mieux comprendre l’effet des politiques migratoires sur les parcours des réfugiés, demandeurs d’asile et déplacés internes au Niger, sur ceux des migrants – notamment sénégalais – régularisés au Maroc, et ceux des migrants africains au Brésil et aux États-Unis. Des travaux seront aussi menés sur les projets de réinstallation précédant la décision du retour au Sénégal, ainsi que sur le vécu après un retour volontaire ou humanitaire depuis la Libye ou le Maroc, et sur la réinstallation au Sénégal, au Niger, ou en Afrique centrale.


2. Transformations familiales et les effets de la migration sur la famille, que celle-ci ait migré ou non.

Comment les familles s’organisent-elles, comment évoluent-elles et quelles stratégies développent-elles à l’étranger, ou lorsqu’elles sont contraintes de vivre à distance ?

Divers aspects de la vie familiale seront étudiés, tels que l’accès au mariage et plus globalement au droit de la famille pour les migrants subsahariens au Maroc, les relations intergénérationnelles, les rapports conjugaux et les évolutions dans le mariage, la scolarisation et déscolarisation des enfants et d’autres sujets en lien avec l’intégration des familles de migrants. Les stratégies familiales des migrants à Ouagadougou, à Rabat, Agadir seront étudiées dans ce cadre, ainsi que les motivations des migrations familiales des Marocains de classes moyennes et supérieures au Canada, et les stratégies identitaires et citoyennes des migrants et descendants de migrants burkinabè au Ghana.


3. Mobilités et les recompositions sociales et religieuses.

D’une part, il analyse le rôle des changements sociaux dans les pays d’origine, de passage et de destination ainsi que les imaginaires et représentations qui en découlent pour les individus sur leurs décisions de départ et de retour. D’autre part, il s’intéresse aux recompositions sociales induites par les migrations, notamment sur le plan culturel, politique et religieux.

L’engagement citoyen et la participation politique des diasporas et le rôle des migrants qui circulent ou qui retournent dans leur pays d’origine avec des projets culturels ou politiques seront analysés, ainsi que la question des objets et des techniques qui accompagnent les migrants et qui transforment les pratiques dans les lieux qu’ils investissent. Une attention particulière sera aussi accordée aux questions liées à la redéfinition des appartenances religieuses et culturelles en migration ainsi qu’à la pluralité religieuse, aux conversions et à la transformation des discours religieux. Les migrants circulant entre l’Afrique subsaharienne et l’Afrique méditerranéenne s’installent de manière plus pérenne dans les pays frontaliers où de nombreuses instances religieuses ou confessionnelles – Églises, universités islamiques, ONG, associations – ont instauré un véritable marché religieux pour les accueillir, les former et les insérer socialement, un marché à la frontière entre le religieux, le politique et le droit. Parmi elles, les Églises protestantes dites néo évangélistes se révèlent les plus attractives et donnent un « second souffle » à des Églises auparavant délaissées. Mais les institutions liées à l’Islam rencontrent elles aussi des changements notoires. Autant d’initiatives qui réinterrogent les États africains sur les questions de migration et de développement d’un pluralisme religieux. Les travaux au sein de Movida montrent que la religion est une ressource spirituelle mais aussi matérielle pour les migrants qui prennent la route souvent pour de nombreuses années. La migration transforme aussi les religions ; elle redynamise des espaces religieux en déclin, crée de nouvelles vocations religieuses au sein des populations dans la mobilité, cautionne la création d’associations, mobilise des ONG confessionnelle ou non, et pousse les sociétés d’accueil à s’interroger sur leur rapport au religieux.  Les réponses peuvent parfois être virulentes ou, tout du moins, divisées de la part des populations et des États.

Seront menées diverses recherches, touchant par exemple aux perceptions réciproques autour de la migration entre les ex-migrants, les non-migrants et les migrants au Niger, aux migrations et changements religieux en pays lobi au Burkina Faso, aux formations religieuses à l’échelle trans-méditerranéenne, à la migration et au pluralisme religieux au Sénégal, Maroc et en Afrique centrale, aux spiritualités et expériences migratoires en contexte urbain au Sénégal, et au retour des étudiants sénégalais formés au Maroc et en Égypte dans des instituts religieux musulmans au Sénégal et Mali, ou des migrants d’Afrique centrale chrétiens au Maroc.

 


Resp.  Mamadou Dimé, Marie-Laurence Flahaux et Sophie Bava



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search