Aliou Ndao

Aliou NDAO est docteur en géographie, Enseignant chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Inscrit en thèse il a été bénéficiaire d’une allocation du SCAC de l’ambassade de France à Dakar, équivalant à 12 mois de bourse de recherche au sein de l’UMR Prodig/IRD de Bondy. En tant que chercheur apprenti, il a participé à un certain nombre d’expertises : L’évolution du transport routier de marchandises au Sénégal (2013) ; La mobilité des ménages à Dakar (2015) ; Les liens entre migration interne au Sénégal et migration internationale à partir du bassin arachidier (2017). Bénéficiaire de soutiens ponctuels de l’AUF à Dakar, de l’UMR Prodig, et du LMI-MOVIDA, il a participé à différents colloques, à Agro Paris Tech (2015), à l’Université Paris Diderot (2016) et à l’Université Houphouët Boigny de Cocody en Côte-d’Ivoire (2019). En 2017, il a soutenu sa thèse de doctorat sur le sujet : Vie de relations, mutations territoriales et disparités socio-économiques au Sénégal : l’exemple du bassin arachidier, à l’Université Gaston Berger où il a servi en tant qu’enseignant vacataire, avant d’être titularisé en fin 2020.

Publications

  • NDAO A (en cours) : Le phénomène des « Jakarta » : Entre diversification de l’offre de mobilité et bouleversement du système de transport dans les villes sénégalaise, en cours pour l’ouvrage collectif : « Se déplacer dans les villes des Suds », résumé disponible sur : http://www.codatu.org/temps-dechanges/
  •  NDAO A, NÉYA S et LOMBARD J (en cours) : Quand les mobilités émergentes ont déjà une histoire. Croissance et diffusion de nouvelles modalités de déplacement dans les campagnes ouest-africaines, publication en cours dans les actes du séminaire internationale d’Abidjan/École normal supérieur d’Abidjan (11-14/11/2019)
  • NDAO A et LOMBARD J (2020) : L’avenir du transport urbain au Sénégal passe-t-il par les motos-taxis ? The Conversation.
  •  NDAO A (2019), Dynamique de la migration des jeunes du bassin arachidier, Leïdi – ISSN 0851 – N°22, pp 84-101
  • NDAO A et DIOP O, (2019) : Vie de relations et mutations territoriales : reconsidérer la notion de ruralité dans un contexte d’intensification des relations villes-campagnes (exemple du bassin arachidier sénégalais), Leïdi – ISSN 0851 – 2515 – N°20, pp 75-88.
  •  NDAO A (2017) : Être mobile, seule condition pour rester au village ? Des exemples dans le bassin arachidier sénégalais, géotransports, n° 9 (varia), pp 80-92. www.cnfg.fr/Transport/index.php/fr/revue-géotransports.html
  • NDAO A et LOMBARD J, (2017) : Relations villes/campagnes, peut-on parler d’interdépendance dans le bassin arachidier sénégalais, chapitre 1, in Martin Berger et Jean-Louis Chaléard : villes et campagnes en relations : regards croisés Nords-Suds, Karthala, 304 pages, Paris, http://www.karthala.com/hommes-et-societes/3169

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23/03/2017

    […] Touristes mis à part, il y a plus d’un milliard d’être humains en mobilité sur la planète. Parmi eux, selon les chiffres de l’OCDE, 75% se déplacent à l’intérieur même de leur pays alors que 25%partent hors des frontières nationales. Initialement, les chercheurs ont eu tendance à étudier ces formes migratoires séparément. Par la suite, ils ont abordé la migration internationale comme le prolongement de la migration interne. Or, récemment, de nombreux travaux ont remis en question ce schéma fonctionnaliste. Ces études mettent en avant la pluralité des migrations internes et soulignent le fait que, faute d’un capital économique et social important, elles ne débouchent pas toujours sur une migration internationale. Par ailleurs, des projets migratoires internes peuvent parfois sembler plus attractifs qu’un départ à l’étranger. La découverte récente de gisements aurifères dans certains pays d’Afrique de l’Ouest a par exemple conduit des hommes et des femmes à préférer se déplacer à l’intérieur de leur pays – ou vers les pays frontaliers, pour participer à ces nouvelles ruées vers l’or, plutôt que d’envisager une migration plus lointaine et à l’issue plus incertaine. Cette question de l’articulation entre migration interne et internationale est cruciale sous de nombreux aspects. Politiquement, elle n’est pas sans intéresser les gestionnaires des pays du Nord, qui cherchent à savoir si les migrants internes d’aujourd’hui deviendront les migrants internationaux de demain. Ainsi, à l’heure où la politique nationale migratoire du Sénégal prône « l’inversion des flux de migrations internes en fixant les populations dans leurs régions d’origine », il importe de regarder sur le terrain comment se réarticulent les migrations internes et internationales. Quelle place occupent les migrations internes dans un contexte d’internationalisation des stratégies migratoires et quelles formes prennent-elles ? Quelles nouvelles articulations entre migration interne et internationale se déclinent par temps de circulation migratoire accélérée ? Les récents travaux documentant ces parcours migratoires seront discutés à l’occasion de cet atelier d’échanges et de débats. Présentation des travaux de recherche d’Aliou Ndao. […]

  2. 14/04/2017

    […] cette occasion, le LMI MOVIDA invitait le Dr. Aliou NDAO et Ya Cor NDIONE, chercheur à l’IPAR, institution partenaire de MOVIDA, à discuter avec le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search