Mamadou Sambou

Doctorant en géographie à l’Université Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST UMR 5193). Il est également fellow à l’Institut Convergence Migrations (ICM), depuis avril 2020. Mamadou Sambou est titulaire d’un Master en Géographie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis au Sénégal (Option : Ecosystèmes et Environnement) et d’un Master en Sociologie (Enjeux et pratiques de développement dans les pays du Sud) à l’Université de Strasbourg en France.

Sa recherche de thèse s’inscrit dans la continuité de l’étude qu’il a entamée en 2018, dans le cadre de son Master en France. Celle-ci est consacrée à la problématique de la relation migration et développement, à savoir la contribution des migrants sénégalais (en particulier ceux du Sud du Sénégal) au développement de leur région d’origine. Cette première expérience de recherche, lui a permis de poser des jalons, qu’il s’agit désormais d’approfondir dans le cadre de son travail de thèse.


Sous la direction de Corinne SIINO, professeure d’Aménagement et d’Urbanisme, Université Toulouse Jean Jaurès, LISST et Stéphanie LIMA, maîtresse de conférences en géographie, INUC Champollion Albi & Université Toulouse Jean Jaurès, LISST


Résumé du projet de thèse : L’implication des migrants diolas de la Casamance (Sénégal) en région parisienne, dans le développement de leur région d’origine.

L’émigration des diolas vers la France, est un phénomène nouveau comparé à celle des gens de la vallée du fleuve et des soninkés. Comme leurs prédécesseurs, les migrants diolas ont créé en France des collectifs sociaux, dans le but de maintenir des liens de solidarité ou d’entraide et surtout de participer au développement local de leur région d’origine. Cette participation, passe entre autres par la création de projets à dimension sociale (écoles, dispensaires, puits etc.), qui répondent aux besoins des populations locales de plus en plus délaissées par les pouvoirs publics. Pour la conduite de ces projets, les émigrés diola travaillent avec leurs confrères installés dans d’autres pays de l’Europe tels que l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. Ainsi, l’existence de structures de solidarité et d’entraide diola en France, est certes un puissant facteur incitatif à la création des projets de développement favorisant des processus de différenciation socio spatiale dans le pays d’origine, mais révèle aussi l’existence de réseaux de migrants diolas en Europe, en contact les uns avec les autres et qui collaborent dans la mise en place des projets de développement.

Mots clés : Migration, développement, diaspora, citoyenneté, décentralisation, Sénégal, Ziguinchor.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search