Axes de recherche de Movida


Dans quelle mesure les mobilités et les migrations économiques, politiques, religieuses, initiatiques, familiales, touristiques et leurs formes contemporaines, navettes, circulations transfrontalières, exils, nomadismes, transits, retours volontaires ou forcés, pèlerinages… participent-elles à la redéfinition des collectifs d’appartenances et des hiérarchies sociales? A la recomposition des territoires et à la transformation des gouvernances politiques ? Et, réciproquement, à quelles conditions ces configurations sociales, spatiales et politiques façonnent-elles les mobilités et migrations en Afrique ? Autant de questions animent et orientent les recherches des membres de Movida. Des recherches qui s’articulent autour de 4 axes


Axe 1. Parcours de vie, recompositions sociales et religieuses

Les mobilités actuellement observées dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne ont fait naître des dynamiques sociales et familiales inédites (Bredeloup, 2020). Celles-ci contribuent à transformer les référents identitaires et les appartenances sociales, familiales et religieuses des migrants, de leur famille et réseaux autant dans les pays de départ, de passage que d’accueil (Bava, 2018). Les migrants, par leurs trajectoires de vie et de mobilité, leurs valeurs, leurs réseaux et leurs statuts construisent de nouvelles façons d’être, d’être ensemble, de vivre leurs pratiques religieuses et culturelles. Leurs expériences de vie les amènent à innover sur les plans économiques familiaux, religieux, culturels, ce qui les conduit à contourner les logiques sociales et institutionnelles habituellement utilisées pour les cantonner dans une assignation identitaire figée et essentialiste ainsi que pour les enfermer dans des catégories administratives rigides (Khrouz 2019).

Les mobilités et les migrations sont ainsi façonnées par les représentations des individus, leurs imaginaires, leurs parcours familiaux, sociaux ainsi que par leurs appartenances religieuses également en mouvement. Par ailleurs, par leurs circulations et leurs ancrages, les migrants participent à la recomposition des sociétés qu’ils traversent, dans lesquelles ils s’installent et d’où ils viennent. Cet axe explore les liens entre mobilités, migrations et parcours de vie d’une part et transformations familiales, recompositions sociales et religieuses d’autre part.


Resp.  Mamadou Dimé, Marie-Laurence Flahaux et Sophie Bava


Axe 2- Mobilités Africaines, afropolitanisme et villes mondialisées

 Appréhender les lieux et les liens des mobilités et circulations intra-africaines (et leurs prolongements hors du continent) est l’objectif principal de cet axe. Les recherches en cours, sur des terrains allant du Maroc au Golfe de Guinée, sans oublier les pays enclavés de la région, amènent à ancrer davantage la réflexion de Movida dans le spectre des mobilités africaines et leurs effets sur la métropolisation (Mareï, Debrie, Lombard, 2019). En effet, c’est dans les grandes villes que les brassages de population et leurs effets économiques et sociaux sont les plus visibles. Suivre les routes des Africains mobiles ou encore celles des biens, des objets, des savoirs et des techniques qui s’échangent de plus en plus entre Africains, identifier les lieux d’échange et d’ancrage, les circuits et les filières qui se mettent en place sont les logiques méthodologiques et conceptuelles que suivront les travaux menés dans cet axe.


Resp. Nora Marei & Mehdi Alioua


Axe 3. Politiques migratoires, citoyennetés et fabriques du droit

Les pays d’Afrique méditerranéenne et sahélo-saharienne ont ceci de commun qu’ils sont amenés à définir de manière novatrice des politiques migratoires et des cadres juridiques, pour leurs nationaux, pour les étrangers, et pour les réfugiés. Comme les divers travaux ont pu le démontrer, ces « fabriques politiques et juridiques” sont liées à l’influence d’une multiplicité d’acteurs externes : UE et ses États membres, agences internationales (Boyer, Mounkaïla 2018), mais aussi aux ambitions et intérêts divers d’acteurs africains – États, ONGs, organisations régionales. Elles sont connectées à un ensemble de facteurs sécuritaires, diplomatiques, géopolitiques, économiques, financiers, sociétaux (Cassarino 2018) dont l’interaction varie dans l’espace et dans le temps. Les travaux de recherche au Maroc, au Niger, au Sénégal, au Mali et en Tunisie notamment amènent à distinguer des processus en cours, que les chercheurs de Movida entendent explorer dans la poursuite de leurs analyses.


Resp. Delphine Perrin, Harouna Mounkaila et Stéphanie Lima


Transversalités méthodologiques : « Mobilités tout azimut »

L’analyse de toutes les formes de mobilité et des recompositions sociales, spatiales, économiques et politiques qui leur sont liées s’appuie sur une démarche méthodologique éprouvée lors de la première phase de MOVIDA, qu’il s’agit aujourd’hui de consolider et de structurer. Les terrains partagés constituent ainsi un outil important, qui permet de mettre en œuvre conjointement des approches pluridisciplinaires et des approches comparatives, bien que ces dernières aient été moins développées jusqu’à présent. Cette pratique de terrain collective rassemble deux ou trois chercheurs de MOVIDA sur un même espace ; soit ils travaillent sur un même espace, mais avec des thématiques et approches disciplinaires différentes, soit ils ont en commun une question de recherche qu’ils développent sur le terrain de l’un et/ou de l’autre, en plus de leur propre terrain. Une telle approche collective permet de construire des transversalités et d’affirmer notamment la complémentarité des différents axes de recherche déclinés précédemment.

Dans la continuité des terrains partagés, le développement d’écriture alternative constitue un autre outil méthodologique. Ce dernier ne s’inscrit pas uniquement dans la volonté d’une meilleure valorisation de nos travaux de recherche, mais a pour objectif de mettre en place une démarche de recherche associant des personnes d’horizons divers, artistes ou journalistes en particulier. Ce croisement de regards constitue de notre point de vue une plus-value importante pour le travail de recherche, qu’il convient de développer. Des liens existent déjà entre des artistes et chercheurs au Maroc, et au Niger des liens devraient être mis en place entre le GERMES et la filière « Arts du spectacle » de l’UAM, via la réponse à un appel d’offre ANR-AFD.


Resp. Florence Boyer



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search