DJOLAR Kossigari

Doctorant en géographie en cotutelle entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Kara

Établissements de rattachement : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Université de Kara:

Affiliations: Institut Convergences Migrations, UMR PRODIG, PREDES, IRD

 

 

 

 

Sujet de thèse: « l’Afrique mobile sous contraintes : circulations et échanges aux frontières du Togo »

 


Sous la direction de Jérôme LOMBARD, directeur de recherche à l’IRD et membre du laboratoire UMR PRODIG et Assogba GUÉZÉRÉ, Maître de conférence à l’Université de Kara


Description de la thèse: 

Mes recherches portent sur les contraintes aux circulations des personnes et des biens aux frontières du Togo en relation avec le processus de réhabilitation de l’État togolais à travers les politiques publiques nationales et multilatérales et les transformations des frontières qu’elles engendrent.

L’objectif de ce projet de thèse est d’analyser la dynamique des circulations, des échanges et des mobilités dans l’ensemble du Togo, le long des deux corridors routiers (Lomé-Ouagadougou et Abidjan-Lagos via Lomé) et dans les nœuds d’interconnexion, en multipliant les échelles d’observation sur les échanges et les déplacements internationaux. Il s’agit de mettre la focale, non seulement sur les espaces frontaliers proprement dit du Togo, mais aussi et surtout sur des sites de transport, tels que l’aéroport de Lomé, le port de Lomé, les postes frontaliers sur les routes (notamment les Postes de contrôle Juxtaposé ou PCJ, construits en commun entre deux pays).

 La mobilité et les circulations en Afrique, sous toutes leurs déclinaisons spatiales et temporelles, connaissent une évolution remarquable due aux contrastes géographiques et des complémentarités entre régions espaces et territoires. Les transformations physiques et juridiques des frontières aériennes, maritimes et terrestres (modernisation des infrastructures, construction de postes de douanes communs, privatisation de la gestion du transit, développement des procédures de comptabilisation et d’enregistrement des flux), couplée à la réhabilitation des infrastructures de transport, sont l’expression de la promotion des échanges régionaux par la fluidification de la circulation. Paradoxalement, cela souligne aussi que la croissance des échanges et des mobilités va de pair avec la recrudescence des contrôles sur les déplacements de personnes dans un contexte où le Sahel et de plus en plus les pays du golfe de Guinée sont sous la pression de l’Union Européenne pour surveiller les déplacements de personnes (voyageurs, commerçants, pèlerins, migrants). Ces injonctions placent ainsi les pays de la région, dont le Togo, mais aussi les gestionnaires de plateformes de transport, les transporteurs, les chauffeurs, tout acteur du transport, en contradiction avec les normes des structures interétatiques ouest-africaines (CEDEAO et UEMOA), qui promeuvent un espace régional fluide et sans barrières. Ce contraste est révélateur des questions de pouvoir, d’identité, de territoire que posent les circulations et les échanges croissant au niveau régional.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search