Khadidja Medani

Thèse : Quand la religion ouvre les porte de la migration : le cas des étudiants africains étrangers dans les universités islamiques de Khartoum, Soudan.


Doctorante contractuelle en Géographie à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Laboratoire PRODIG. CEDEJ Khartoum. Sous la direction de Jérôme Lombard et Alice Franck.


Cette recherche vise à comprendre les dynamiques à l’articulation entre migration et religion dans les universités islamiques au Soudan. Nous proposons d’étudier ces dynamiques en portant une attention particulière à l’Université Internationale d’Afrique (UIA), anciennement Centre Islamique Africain. L’UIA se distingue par sa vocation principale d’accueil des étudiants étrangers, auxquels elle dispense une formation en sciences religieuses et en sciences modernes. Financée en majeure partie par les Etats arabes, elle apparaît en premier lieu comme un instrument du prosélytisme arabe en Afrique subsaharienne. Elle est également une place centrale pour les étrangers à Khartoum, où une figure particulière du migrant se détache : celle de l’étudiant religieux. Le statut d’organisation indépendante de l’UIA et sa dimension internationale en font un pôle où se rencontre une multitude d’acteurs islamiques : organisations confessionnelles transnationales et humanitaires, institutions religieuses, acteurs économiques et étatiques. Il s’agit alors d’éclairer les rapports qu’ils entretiennent, leurs rôles et leurs influences respectives en posant la question suivante : comment la formation de pôles d’enseignement de l’islam, portés par différents acteurs, permet des connexions nouvelles entre pays d’origine, pays d’accueil et pays donateur ?

Notre première hypothèse est que ces connexions transnationales conduisent à la formation d’un monde religieux et social supra-national, au sein duquel les acteurs se reconnaissent comme appartenant à une même communauté, celle de la Umma, qui unit tous les musulmans par-delà toute considération ethnique ou linguistique. Cette identité supra-nationale s’accommode d’un ancrage dans la communauté d’origine. L’Umma, en tant que « communauté imaginaire », a des impacts sur l’organisation de l’espace puisque c’est sur la base de cette reconnaissance que se tissent les réseaux religieux et qu’est entreprise la connexion entre les territoires. Elle correspond à un réseau de premier ordre dans l’islamisme mondial, qui se ramifie en une multitude de réseaux transnationaux plus ou moins importants et qui sont le fait des individus et des organisations confessionnelles. Ces réseaux sont à la fois immatériels, puisqu’il s’agit de la propagation d’une vision religieuse, et matériels car ils acheminent des flux économiques, éducatifs, d’aide humanitaire.

Nous émettons une seconde hypothèse. L’UIA, centre d’attraction et de diffusion, est un foyer émetteur pour la propagation de l’islamisme en Afrique subsaharienne. Les contextes politiques et sociaux fragiles dans la région en font un milieu d’accueil favorable à une diffusion rapide, d’où l’expansion actuelle de l’UIA et la croissance de son nombre d’étudiants d’année en année. Les étudiants religieux, à la fois ancrés dans leur région d’origine et membre de l’Umma, deviennent alors les « acteurs passerelles » qui entretiennent et assurent la jonction entre les différents réseaux et entre leurs pays d’origine et le monde arabe depuis le Soudan.

Formation

  • 2017-2018 : M2 Géographie Dynamique des pays émergents et en développement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris
  • Février 2018 – mars 2018, stage de recherche au CEDEJ Khartoum : Recherche inscrite dans le programme AUF-PCSI « Islamité, Arabité, Soudanité » (coordination B. Casciarri).

Publications

  • Medani K., «L’Al-Azhar subsaharienne sur le chemin de la résilience? L’Université Internationale d’Afrique après la chute d’Omar al-Bashir », Politique africaine, 2020/2 (n° 158)

  • Medani K., Nur B.M., « L’islamisation de la connaissance et ses institutions dans le monde musulman contemporain: Le cas du Soudan et l’Université Internationale d’Afrique», Cahiers d’études africaines, 2020 (n°240)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search