Note de lecture: Repenser les mobilités burkinabè

Par Marie-Laurence Flahaux, chargée de recherches à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Laboratoire Population Environnement Développement (LPED) de Aix-Marseille Université, affiliée à l’International Migration Institute (IMI) de l’Université d’Oxford, et chercheure associée au LMI-MOVIDA.

Sylvie Bredeloup (directrice de recherches au LPED (UMR IRD/AMU, co-porteur du LMI-MOVIDA) et Mahamadou Zongo (enseignant chercheur à l’Université de Ouagadougou, chercheur associé au LMI-MOVIDA), ont dirigé l’ouvrage collectif Repenser les mobilités burkinabé, paru en avril 2016 aux éditions L’Harmattan, 258 pages.

9782343087306r

Cet ouvrage collectif intitulé “Repenser les mobilités burkinabè” apporte une contribution importante à la connaissance des mobilités burkinabè actuelles. La richesse des informations qu’il livre se situe autant dans les explications détaillées du contexte dans lequel ces mobilités se sont développées, dans l’examen des discours qui ont vu le jour à leur égard, que dans l’analyse approfondie desdivers itinéraires et pratiques des migrants burkinabè au fil du temps.

L’origine de cet ouvrage remonte à 2003, suite à la rencontre entre Sylvie Bredeloup et Mahamadou Zongo, qui ont par la suite décidé de travailler ensemble à la mise en place d’un réseau de recherches sur les questions d’identité et de mobilités burkinabè. Cette publication, qu’ils ont dirigée, comprend les contributions des géographes, sociologues ou anthropologues Brigitte Bertoncello, Florence Boyer, Alice Degorce, Saydou Koudougou, Oumarou Kouarogo, Siyé Néya, Jérôme Lombard et Dorte Thorsen. Bien que dix auteurs soient impliqués et que des sujets variés soient abordés, deux éléments font le lien entre les contributions. D’une part, tous les chapitres émettent le constat selon lequel des événements turbulents, notamment en Côte d’Ivoire, ont eu un impact non négligeable sur le paysage et les horizons migratoires des Burkinabè, sur les identités ainsi que sur l’évolution des politiques migratoires. D’autre part, tous remettent en question des idées reçues relatives à ces mobilités burkinabè.

Dans l’introduction, Sylvie Bredeloup et Mahamadou Zongo font le point sur les circulations migratoires burkinabè au fil du temps, et plantent ainsi le décor pour les chapitres qui suivent. Ils documentent le contexte historique qui a façonné, au temps des colonies et depuis les Indépendances, les migrations des Burkinabè en Côte d’Ivoire. Ils expliquent comment la crise ivoirienne a remis à l’ordre du jour les questions de citoyenneté et de politiques migratoires aussi bien en Côte d’Ivoire qu’au Burkina Faso. Le sujet des perceptions des migrants burkinabè, y compris ceux qui sont de retour, est également abordé. Les retours ont pays sont ensuite réinterrogés car, souvent associés à des retours contraints en raison de la crise en Côte d’Ivoire qui ont été organisés par les autorités burkinabè, il s’avère en fait que la plupart d’entre eux ont eu lieu sans aucun encadrement. Les auteurs insistent sur les liens que les migrants gardent avec le Burkina Faso, leur pays d’origine, lorsqu’ils sont à l’étranger, notamment à travers les transferts de fonds, et ce malgré les turbulences rencontrées. Ils attirent l’attention du lecteur sur le fait que les migrations burkinabè sont loin de se réduire au mouvement à sens unique entre le Burkina et la Côte d’Ivoire, mais que les circulations sont importantes, et concernent aussi d’autres destinations. Enfin, faisant le point sur la littérature existante, ils soulignent l’hétérogénéité des figures des migrants burkinabè.

Après cette introduction, le chapitre de Mahamadou Zongo resitue minutieusement les migrations entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire dans les politiques élaborées par les deux pays depuis l’époque coloniale, et montre notamment comment des facilités en termes de circulation et d’installation ont été offertes aux Burkinabè en Côte d’Ivoire avant l’adoption de la charte de l’ « ivoirisation ». Il dresse ensuite un tableau de cette diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire, avant de s’intéresser à ses modalités d’installation et à ses rapports avec le pays d’origine.

Dans le chapitre suivant, Saydou Koudougou s’intéresse aux migrations burkinabè au Ghana dans une perspective intergénérationnelle. Il retrace l’histoire de ces migrations, plus méconnues, et explique le processus de constitution de la famille dans ce contexte. Il met en avant, dans un contexte d’affaiblissement des liens familiaux et des pratiques de solidarité, la détérioration du statut économique et social du père de famille, immigré burkinabè, par contraste avec celui de la mère, qui est quant à lui renforcé.

Le chapitre de Dorte Thorsen se focalise sur le cas des migrations des enfants et jeunes bissa. Elle met en lueur les stratégies que ces jeunes migrants développent pour partir et tout au long de leur trajectoire migratoire. En particulier, elle souligne la façon dont les membres de leur famille établis dans les zones de destination se présentent à la fois comme des personnes qui peuvent les aider, mais aussi comme des contraintes dont ils se détachent pour prendre davantage d’indépendance. Il en découle que ces jeunes appréhendent différemment les relations de parentés au fur et à mesure de leur expérience migratoire.

Dans son chapitre sur les retours des Burkinabè de Côte d’Ivoire, Florence Boyermontre que les arrivées de ces migrants au Burkina Faso sont très souvent des expériences familiales, impliquant deux générations, parents et enfants (ces derniers « arrivant » plutôt que « retournant » dans ce pays qu’ils ne connaissent pas). Elle décrit le processus d’installation à Ouagadougou des parents, d’une part, qui se retrouvent dans l’incapacité de s’insérer professionnellement malgré leur préparation du retour, et des enfants, d’autre part, qui prennent le relais de leur père grâce à leur niveau d’éducation et à leur capacité à trouver un emploi.

Après ces trois chapitres qui se sont penchés sur les relations familiales des migrants burkinabè dans divers contextes, celui de Alice Degorce analyse les discours sur les migrants de Côte d’Ivoire dans le roman et la chanson burkinabè au cours du temps. Elle montre qu’une image peu valorisante des migrants ressort des discours des intellectuels, chanteurs et politiques, bien que les propos soient devenus plus ambigus récemment. Les échos plus positifs, mais aussi plus rares, à propos des migrants, sont ceux que l’on retrouve dans les chants traditionnels de jeunes femmes.

Le chapitre qui suit est celui de Sihé Néya, qui analyse de façon innovante les migrations à travers les transferts financiers de part et d’autre de la frontière ivoiro-burkinabè.Il révèle que les enfants des migrants burkinabè, installés au Burkina Faso, bénéficient du soutien financier de leurs parents restés en Côte d’Ivoire, mais qu’ils soutiennent également ces derniers par des envois de fonds. En outre, les enfants sont également le relais de leurs parents au pays, car c’est par eux que transite l’argent que leurs parents envoient dans leur village d’origine. Comme l’écrit l’auteur, ces dynamiques consolident la famille transnationale à travers une logique d’interdépendance.

Ensuite, ce sont les circulations de personnes et les transports routiers entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire qui sont au cœur du chapitre de Oumarou Kouraogo et de Jérôme Lombard. Le transport routier entre ces deux pays a connu un essor sans précédent depuis le début des années 2000. Les auteurs expliquent ce phénomène par l’importance des doubles résidences, des mouvement de population entre les deux pays et de la dispersion des familles à la suite du conflit ivoirien, avant de détailler ledéveloppement des entreprises de transport.

Le dernier chapitre de l’ouvrage, écrit par Sylvie Bredeloup et Brigitte Bertoncello, est consacré à la migration des Bissa en Italie. Il retrace l’histoire de cette migration, puis interroge le rôle des migrants de la localité de Béguédo dans le développement de celle-ci.Après une discussion des liens controversés entre migration et développement et une analyse des effets du départ des migrants et de leurs investissements, les auteures concluent que la migration ne peut produire à elle seule du développement.

En conclusion, et comme son titre l’indique, cet ouvrage « repense » les mobilités burkinabè dans le sens où, au fil des chapitres, il déconstruit les idées reçues sur ce thème, que ce soit concernant la “traite” des enfants, le rôle des migrants dans le développement local, les perceptions des migrations, et les liens des migrants avec leur pays d’origine. S’appuyant sur les travaux antérieurs et grâce à des terrains qualitatifs approfondis, cet ouvrage analyse divers aspects des mobilités burkinabè dans une période marquée par de fortes turbulences dans les pays de destination en Afrique et en Europe. Il mérite d’être lu par toute personne qui s’intéresse aux migrations africaines en général et aux mobilités burkinabè en particulier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search