Lire la préface de Sylvie Bredeloup

À peine installé à Medellin, son nouveau lieu de vie, Régis Minvielle, qui avait eu l’occasion d’amorcer une réflexion sur les effets environnementaux de l’arrivée de migrants subsahariens dans deux villes du sud algérien, Ghardaïa et Tamanrasset, marquées par près de trois décennies de politique d’aménagement du Sahara, n’a pu s’empêcher de rester aux aguets vis-à-vis des mouvements migratoires dans la région. Si bien que l’arrivée en Argentine de migrants subsahariens l’a conduit à reprendre son bâton de chercheur pour se lancer dans une nouvelle aventure scientifique. Le champ était quasiment vierge ; mis à part quelques sources journalistiques, aucun travail de recherche n’avait encore été engagé pour mettre à jour ces nouvelles migrations. Les réflexions portaient davantage sur la question des minorités afro-argentines, sur la difficile intégration des arrières petits-enfants de Capverdiens. Vivant en Colombie, Régis Minvielle a su trouver les moyens pour faire son terrain à Buenos-Aires, en Argentine, y retourner à plusieurs reprises et même le prolonger jusqu’au Brésil. Il s’est également rendu au Sénégal pour y rencontrer les familles des personnes qu’il avait interrogées à Buenos-Aires. Articuler entre eux ces différents territoires, combiner ces espaces de vie était un exercice essentiel, bien que difficile à mettre en œuvre. Tout au long de ce travail, Régis Minvielle a su conserver un haut niveau d’exigence et travailler à tisser des liens entre les multiples lieux qui participent au dispositif migratoire dont il écrit la genèse avec talent.


par Sylvie Bredeloup,  Directrice de recherche à l’IRD,


Tout le travail amorcé en Algérie n’a pas été vain, dès lors qu’il lui a permis de se familiariser avec les populations africaines et d’appréhender la migration en tant qu’expérience morale. Les comportements des migrants africains, leurs interactions notamment pendant l’acte marchand sont décrits très finement dans cet ouvrage. La posture descriptive adoptée tout au long de ce travail – se mettre en situation pour accueillir l’indicible, l’imprévisible – a montré ici toute sa pertinence. Régis Minvielle a su résister aux sirènes de l’anthropologie post-moderne et ne pas se transformer en écrivain, ni annexer sa parole à celle de ses interlocuteurs.

Ambitieux, ce travail rend compte de l’émergence d’un nouveau dispositif migratoire en Amérique latine, déployé à l’initiative de ressortissants de l’Afrique subsaharienne. Ce qui supposait à la fois d’ausculter l’évolution des politiques migratoires prises dans un certain nombre de pays latino-américains et de décrypter les modalités d’arrivée, de passage et d’installation des migrants africains, essentiellement en Argentine. Ce qui supposait enfin d’étudier la manière dont la société argentine, qui elle-même produit syncrétismes et stéréotypes raciaux divers, était en mesure d’accueillir ces populations et d’être aussi transformée, travaillée par ces nouvelles arrivées.

Dans cette belle recherche, le temps était une variable délicate à manipuler. D’abord, jusqu’où remonter dans le passé pour décrypter au mieux l’émergence de nouvelles filières ou routes migratoires africaines en Argentine ? Régis Minvielle n’a pas hésité à resituer ces itinéraires américains dans la longue durée, sans pour autant refaire toute l’histoire migratoire de l’Afrique subsaharienne. Il a pris en compte tout à la fois les contextes politiques, économiques nationaux, mais aussi régionaux et internationaux pour expliciter ces réorientations migratoires, s’efforçant de tenir ensemble ces différentes échelles. La tâche était ardue ! Cela exigeait des connaissances étendues des travaux produits en Afrique, en Europe, au Maghreb et aux Etats-Unis sur la migration africaine. Cette réflexion supposait également un solide bagage sociologique pour être à même d’analyser conjointement ces processus et de prendre suffisamment de recul par rapport à des phénomènes pas si inédits que les apparences peuvent le laisser croire. Enfin, comment interpréter des phénomènes récents, de surcroît sous le feu de l’actualité ? Quelle portée attribuer à ces phénomènes quand le recul historique est insuffisant ? Quelle grille d’analyse alors convoquer quand les migrants sont peu nombreux et déjà pour un certain nombre d’entre eux repartis ailleurs ? Son précédent séjour algérien a eu véritablement valeur d’apprentissage.

Faut-il considérer ces nouvelles migrations africaines en direction du pôle Sud des Amériques comme le simple prolongement de migrations orientées au départ vers l’Europe du Sud ou l’Amérique du Nord – autrement dit, une migration par défaut, par temps d’exacerbation des procédures de contrôles aux frontières ? Ou s’agit-il d’un nouvel élargissement de l’espace migratoire africain par temps de globalisation accélérée ? Cet éloignement géographique est-il révélateur d’autres mises à distance, de nouvelles manières de vivre sa migration, moins collectivement ? Régis Minvielle n’a pas véritablement conclu, considérant que ces trois interprétations étaient aussi pertinentes les unes que les autres et s’entremêlaient au regard des multiples parcours foisonnants qu’il a pu reconstituer. Si cette migration africaine s’est déportée vers de nouveaux territoires, il n’est pas pertinent d’en conclure pour autant qu’elle donne à voir de nouveaux comportements, ou bien alors ce seraient de nouvelles formes de précarité : une mondialisation par le bas, du bas de l’Afrique au Cône Sud de l’Amérique, versus une mondialisation par le bas, du haut de la même Afrique vers les États-Unis.

À ma connaissance, cet ouvrage est le premier à porter sur la problématique de la migration africaine contemporaine en Argentine ; c’est aussi la deuxième livraison individuelle au sein de cette nouvelle collection « Les mobilités africaines ». Il deviendra très certainement une référence, un point de départ permettant de nouvelles recherches pour éclairer notamment les modalités de passage et d’installation des ressortissants de la corne de l’Afrique qui, jusqu’à présent, sont restés confinés dans les centres de rétention mexicains ou refoulés sur le territoire colombien. De la même manière, la politique d’ouverture en vigueur en Équateur peut laisser accroire que les Nigérians continueront d’emprunter l’avion via Dubaï pour envisager de nouvelles perspectives professionnelles.

En ayant jeté les bases d’un observatoire des migrations africaines en Argentine, Régis Minvielle a ouvert des pistes de travail stimulantes pour les années à venir.


La collection « les mobilités africaines » a pour ambition d’appréhender la pluralité des formes de mobilités contemporaines dans les Afriques méditerrannéenne et subsaharienne   – migrations, voyages initiatiques, touristiques ou d’affaires, navettes, circulations transfrontalières, nomadismes, pèlerinages, transports, transits – et d’apprécier dans quelle mesure elles contribuent à la transformation des sociétés et des territoires. Elle a été initiée dans le cadre du Laboratoire Mixte International MOVIDA (Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerrannéenne et subsaharienne) dont les travaux sont aussi présentés sur ce carnet.


Responsables de la collection : Cheikh Oumar BA, Sylvie BREDELOUP, Jérôme LOMBARD et Mamadou DIME


  • Date de publication : 9 décembre 2020
  • Broché – format : 15,5 x 24 cm • 220 pages
  • ISBN : 978-2-343-21825-0
  • EAN13 : 9782343218250
  • EAN PDF : 9782140165672

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bamba vakaramoko dit :

    Bonjour la rédaction, je suis Dr Bamba Vakaramoko, enseignant-chercheur à l’Institut de géographie tropicale d’Abidjan. Les thématiques de Movida m’intéresse, je voudrais collaborer avec votre organisme. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search