Anissa Maâ a soutenu sa thèse


Anissa Maâ a soutenu sa thèse Sciences politiques et sociales le 10 septembre 2020. Elle est rattachée au « Group for research on Ethnic Relations, Migration and Equality » (GERME, Université Libre de Bruxelles) et au Laboratoire Mixte International de recherche « Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne » (MOVIDA).


Titre de la thèse:

« Signer la déportation ». Violence, intermédiation et agencéité migrante dans les retours volontaires depuis le Maroc.

Résumé

Le retour volontaire est une pratique d’éloignement qui a la particularité de s’appuyer – en principe tout du moins – sur la « volonté » des migrants. Cependant, le caractère éminemment contraint de la décision de retour conduit la plupart des études critiques à appréhender les retours volontaires comme une forme dissimulée d’expulsion. Par là même, ces travaux amènent à déconsidérer le rôle des migrants dans le processus de retour, les condamnant en fait à la passivité. Or, l’ambigüité des retours volontaires ne peut se révéler féconde qu’à condition de substituer au cadre dichotomique de la « contrainte » et de la « volonté », une analyse des formes complexes de relations de pouvoir sur lesquelles repose l’éloignement. C’est précisément à cette tâche que s’attelle la thèse, en s’appuyant sur des observations issues de terrains de recherche ethnographique menés au Maroc entre 2016 et 2018.
Dans cette perspective, la thèse s’intéresse aux migrants ouest et centre africains qui s’engagent depuis le Maroc, dans une procédure d’ « Aide au Retour Volontaire et à la Réintégration » (AVRR) auprès l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Selon la formule consacrée par ces migrants, s’inscrire à l’OIM est synonyme de « signer la déportation ». À travers cette expression émique, ils et elles révèlent que la violence des frontières et l’agencéité migrante tendent à se confondre dans l’expérience du retour volontaire. La thèse dépasse cependant cette dialectique de la « violence » et de l’ « agencéité », pour la compléter par un troisième terme : celui de l’intermédiation. En effet, entre les migrants et le service de l’OIM, se trouve un espace peuplé d’acteurs hétérogènes qui jouent un rôle décisif dans le processus d’éloignement. Ces « agents intermédiaires du retour » se divisent en deux sous-groupes : les « intermédiaires humanitaires » et les « intermédiaires indigènes », ces derniers ayant la particularité d’être des migrants professionnalisés dans le contrôle migratoire. C’est dans cet espace relationnel que se joue la part d’indétermination, non seulement de l’issue, mais également des modalités du retour volontaire. Autrement dit, c’est là que convergent, se contestent et/ou se déforment l’un l’autre, mécanisme de contrôle et agencéité migrante.
Ni tout à fait réductible à une forme d’expulsion, ni exclusivement synonyme d’une liberté d’action des migrants, le retour volontaire se façonne donc à partir de trois pôles en tension : la violence, l’intermédiation et l’agencéité migrante. La portée de cette thèse dépasse largement le seul cas des programmes de l’OIM, puisqu’elle offre un triptyque analytique à même d’appréhender les mutations contemporaines de l’exercice du contrôle migratoire, sur le territoire européen et au-delà.


Mots clés : Retour volontaire, Violence, Intermédiation, Agencéité migrante, Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), Ethnographie, Maroc.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search