Parution dans « L’Espace Politique »


Dans son dernier article, intitulé « Politiques du découpage local au Sénégal sous influences : inachèvement, hybridation, fragmentation« , Stéphanie Lima explore, depuis les terroirs villageois jusqu’aux territoires multisitués des émigrés, le rôle des réseaux sociaux dans la territorialisation des pouvoirs locaux dans la vallée du fleuve Sénégal. Une contribution à lire dans l’Espace Politique.


Résumé

Découper l’espace continu des sociétés : selon quels pointillés, quels contours, quels seuils ? Le questionnement est ouvert et la géographie n’en a pas fini d’interroger les découpages. Dans des contextes où la délimitation matérielle et la cartographie des territoires locaux sont à ce jour inachevées, les opérations de découpage restent de l’ordre du discours, mais non sans effets dans les espaces. En Afrique de l’Ouest, l’immatérialité des délimitations territoriales s’est révélée à l’aune des réformes de décentralisation dans lesquelles se sont lancés plusieurs pays au tournant des années 1990. Ce décalage, entre effectivité du découpage sur le papier et absence de bornage dans le sol, rencontre la question de la nature de l’espace social ouest-africain, et rejoint les analyses d’Achille Mbembé sur la « territorialité itinérante » (2005) ou celles de Denis Retaillé sur « l’espace mobile » (2009, 2011). Issu de la « fabrication coloniale » (Mbow, 2017), le territoire du Sénégal peine à se dégager du poids de cet héritage. Les derniers remaniements du maillage local depuis 2014 offrent l’occasion de revenir sur l’immixtion de ces configurations réticulaires dans la territorialisation des pouvoirs locaux. Il s’agit d’explorer l’hypothèse selon laquelle le découpage local témoigne d’une territorialisation du pouvoir dans laquelle le rôle des réseaux sociaux, depuis les terroirs villageois jusqu’aux territoires multisitués des émigrés, s’avère déterminant. Cette tension est observée à partir d’un terrain effectué dans la vallée du fleuve Sénégal. Se fondant sur un corpus d’entretiens et des temps d’observations, il ressort une impression de mouvements intenses et de connexions multiples. En définitive l’analyse porte sur la force des réseaux mobilitaires et des alliances politiques multisituées participant d’une fragmentation des espaces locaux. Il en résulte le constat d’un découpage « mobile », digne d’une « postmodernité territoriale » (Giraut, 2013) déjà à l‘œuvre.


Référence électronique

Stéphanie Lima, « Politiques du découpage local au Sénégal sous influences : inachèvement, hybridation, fragmentation », L’Espace Politique [En ligne], 39 | 2019-3, mis en ligne le 17 juillet 2020, consulté le 23 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7476 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.7476


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.