Projets et programmes migratoires au Sénégal

 

Découvrez le rapport final de l’étude-bilan commanditée par la Fondation Heinrich Böll, sur les projets et programmes migratoires au Sénégal dans la période de 2005 à 2019.

En 2018, au moment où le Sénégal finissait d’élaborer sa politique nationale de migration après de longues années d’actions de lutte contre la migration dite « irrégulière » ou « clandestine », l’on notait une recrudescence de l’émigration par les pirogues « Barça wala barsak ». En novembre dernier, un grand nombre des différent.e.s acteur.rice.s de la société civile, du gouvernement et d’organisations internationales dans le cadre d’un atelier de restitution des premiers résultats de l’étude-bilan, sous la présidence du Ministère de l’économie, du plan et de la coopération.

 


Menée par Dr Mamadou Dimé, sociologue et enseignant-chercheur au Département de sociologie de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal), membre de Movida, l’étude présente un bilan mitigé des projets et programmes migratoires au Sénégal de ces 15 dernières années.


Résumé

Depuis 2005, suite à la médiatisation spectaculaire de nombreux décès de femmes, d’hommes et d’enfants sur les routes migratoires vers l’Europe, le Sénégal a multiplié les projets et programmes relatifs à la migration clandestine, en grande partie soutenus par l’Union européenne et plusieurs de ses États membres (France, Italie, Espagne). Le présent rapport propose un bilan de ces projets et programmes pour la période 2005-2019. Au vu des documents consultés et des entretiens réalisés dans le cadre de cette étude, plus de 200 milliards de francs CFA (environ 305 millions d’euros) ont été investis dans le domaine de la migration sur cette période, avec pour principaux objectifs de limiter les départs, que ce soit par un meilleur contrôle des frontières ou en essayant d’améliorer les conditions socioéconomiques dans les zones de départ, et de favoriser les retours (partie 1). Malgré l’ampleur des financements, les résultats sont mitigés 1 et le phénomène de la migration irrégulière continue de prendre de l’importance (partie 2). Cela peut s’expliquer par un contexte institutionnel national marqué par un éparpillement des acteurs et par une absence de politique nationale claire et cohérente (partie 3).


Téléchargement


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.