Parution dans Migrations Société


Sophie Bava, Camille Cassarini et Delphine Perrin ont contribué au numéro spécial « Migrations africaines au Maghreb et au Moyen-Orient » de Migrations Sociétés (2020/1 n°179) avec des articles intitulés « Migrations africaines et variations religieuses : les églises chrétiennes du Maroc et de Tunisie », « L’immigration subsaharienne en Tunisie : de la reconnaissance d’un fait social à la création d’un enjeu gestionnaire » et « Dynamiques juridiques et politiques autour des mobilités en Afrique méditerranéenne et sahélienne : inspirations, ambitions et contraintes ».


Résumé de l’article de Sophie Bava (et Katia Boissevain)
En faisant dialoguer deux terrains de recherche conduits au Maroc et en Tunisie selon une démarche anthropologique, nous mettrons en lumière les questions que la migration africaine pose aujourd’hui aux institutions chrétiennes, catholique et protestante. Quelles reconfigurations religieuses la présence des migrants induit-elle ? D’un côté, les Églises « historiques » présentes dans les grandes villes, en tant qu’héritières des Églises officielles, ont augmenté le nombre de leurs fidèles et de leurs offices. De l’autre, les Églises pentecôtistes et charismatiques ont fait leur apparition dans les quartiers périphériques. Nous décrirons dans cet article, d’une part, les dynamiques nouvelles entre Églises catholique et protestante au Maroc et en Tunisie, et d’autre part, nous analyserons les manières différenciées dont les autorités ecclésiastiques des deux pays composent avec les orientations distinctes au sein du protestantisme entre les cultes historique et pentecôtiste. Notre hypothèse est que l’histoire des congrégations religieuses chrétiennes au Maghreb, implantées depuis le milieu du XIXe siècle, continue d’influer sur les équilibres actuels.

Résumé de l’article de Camille Cassarini
L’immigration subsaharienne en Tunisie s’impose depuis 2011 comme nouveau fait social. Si les formes socio-spatiales de cette immigration sont multiples et concernent aussi bien des travailleurs que des étudiants, elle n’en reste pas moins cantonnée à une irrégularité juridique structurelle et à une mise sous silence de la part de l’État. Toutefois, ces populations font l’objet d’une politique de gestion sociale, construite et financée principalement par les organisations internationales et l’Union européenne et mise en œuvre par un ensemble de partenaires humanitaires et associatifs actifs au niveau local. Cet article entend revenir sur les mécanismes ayant construit cette politique de gestion humanitaire et interroge les modalités de sa mise en œuvre. Il contribue ainsi à remettre en débat la « frontière » entretenue entre humanitaire et sécuritaire et propose, à partir du cas tunisien, une réflexion sur l’implication des acteurs humanitaires dans le processus d’externalisation des frontières en Afrique méditerranéenne.

Résumé de l’article de Delphine Perrin

Au cours des vingt dernières années, l’ensemble des États de l’Afrique méditerranéenne et sahélienne a entrepris de légiférer sur la question des migrations. Les nouvelles mesures juridiques partagent une orientation essentiellement restrictive et répressive des migrations, consistant, sous des formats divers, en l’intensification des sanctions et le développement des infractions liées à la mobilité, sans création de droits ni amélioration de l’accès aux droits pour les migrants, à l’exception récente du Maroc. Si la pression de l’Union européenne sur ces États, qu’elle considère comme des pays d’origine et de transit de migrants lui étant destinés, est déterminante, cette convergence juridique s’inscrit aussi dans un mouvement mondial de politisation, de juridicisation et de sécuritisation des migrations, observée depuis les années 1990. Les dynamiques juridiques autour des migrations en Afrique méditerranéenne et sahélienne reflètent de grandes tendances transversales, telles que l’extension du risque pénal pesant sur les mobilités, l’engagement à les contenir en amont des frontières et l’instrumentalisation de la lutte contre la traite des personnes et le trafic de migrants. En mettant ainsi à mal les circulations pourtant promues dans l’imagerie et les discours africains, ces dynamiques s’inscrivent moins dans une soumission à des injonctions extérieures que dans des ambitions nationales d’intégration et d’élévation dans un ensemble géopolitique régional et mondial. L’article montre aussi que l’irruption et la diffusion de la problématique migratoire dans la région, même sur un canevas se voulant apolitique, créent la politisation et l’inclusion d’un nombre croissant d’acteurs dans ce nouveau champ politique nourri de voix transnationales.


Vous pouvez retrouver ces articles sur la plateforme du cairn : https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2020

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search