Quand ça “chauffe” au Maroc

Église de maison  (c) Malik Nejmi

Le point de départ de ce terrain partagé auprès des migrants congolais à Rabat était l’envie de croiser nos principaux thèmes de recherche, à savoir « migration et famille » pour Marie-Laurence Flahaux, et « migration et religion » pour Sophie Bava, en s’appuyant sur nos recherches passées. Alors que Marie-Laurence avait analysé la question du retour et de la réinsertion des migrants congolais à Kinshasa ainsi que l’évolution des unions (des non-migrants) dans la même ville, Sophie avait étudié les pratiques religieuses des migrants africains, dont des Congolais, au Maroc. Nous avions l’intention de collaborer afin d’apporter un éclairage complémentaire sur le lien entre migration, famille et religion dans le contexte de la migration pour les Congolais vivant au Maroc, et plus précisément dans les banlieues de Rabat. En particulier, nous voulions mieux comprendre les contraintes, les aspirations et les stratégies familiales de ces migrants, et mieux saisir la place du religieux dans leur parcours de vie.


Quand ça chauffe au Maroc : Terrain partagé sur « migrations, famille et religion » auprès des Congolais à Rabat de Marie-Laurence Flahaux et Sophie Bava du 9 au19 novembre 2019


Le Maroc se présentait a priori comme un pays intéressant pour réaliser cette recherche à plus d’un titre. Premièrement, c’est un pays qui ne correspond pas, le plus souvent, à la destination finale souhaitée initialement par les migrants, mais qui devient de plus en plus un lieu d’ancrage. Deuxièmement, c’est un pays qui, depuis 2013, a développé une politique migratoire, et qui a entamé un processus de régularisation des migrants (+ de 50 000 personnes ont été régularisées lors des deux phases de régularisation), ce qui peut avoir un impact sur les trajectoires et les aspirations de ces derniers. Troisièmement, de par la présence croissante de Subsahariens au Maroc, le pays assiste au développement du christianisme à travers la redynamisation des églises historiques et la naissance des églises de maisons ; ces églises peuvent elles-mêmes aussi jouer un rôle dans l’accompagnement familial des migrants. Sachant que, au Congo, la culture chrétienne structure la vie sociale et a une grande influence sur les destinées des familles, que ce soit pour le mariage ou les relations de couples et l’éducation des enfants, nous voulions en savoir plus sur la place de la religion dans le contexte « familial » de la migration.

Sur le terrain, nous bénéficions de l’expérience de Sophie, qui a mené des recherches pendant quatre ans à Rabat, et des rudiments de lingala de Marie-Laurence (ainsi que de la présence de Nino, le fils de 11 mois de Marie-Laurence, qui, quand il n’est pas avec sa nounou marocaine, nous facilite le contact avec les migrants !). Nous commençons notre « immersion » sur le terrain en allant, le dimanche matin, au culte protestant de l’Église Evangélique au Maroc (EEAM). Dans l’assemblée, quelques familles sont présentes. Les parents avec des enfants ne nous paraissent pas tout jeunes. Il semble que la population « subsaharienne » (pour employer le vocabulaire des Marocains) se soit diversifiée. Elle n’est pas seulement composée d’hommes seuls, mais de plus en plus de femmes, de couples et d’enfants d’Afrique subsaharienne vivent aujourd’hui plus durablement au Maroc. Les questions familiales sont abordées pendant le culte. Ce jour-là, le prêche porte sur les « héros » et traite parmi d’autres sujets celui de l’adultère. A la fin, le pasteur procède à la présentation de fiancés et annonce leur mariage. Ils se font acclamer par les fidèles. Ce type de présentation est un fait assez nouveau, puisqu’il y a quelques années il n’y avait pas de mariage dans la communauté. D’ailleurs un couple de futurs mariés n’est pas inconnu de Sophie. C’est Bongo Jah, un musicien ivoirien qui travaille au Centre culturel africain et qui a participé à un atelier artistes/chercheurs/conservateurs de musée en octobre 2014 avec Sophie, Mehdi et d’autres collègues de MOVIDA à Rabat. Il vit avec sa compagne depuis longtemps, ils ont des enfants, mais ils ont décidé, pour des raisons religieuses, d’officialiser leur mariage au Maroc, pays où ils résident depuis plus d’une décennie. A la sortie de l’église, nous retrouvons deux pasteurs congolais, Jean et Pamphyl, que Sophie connait bien, et qui vont nous aider à entrer en contact avec les migrants congolais pendant les jours à venir. Les discussions que nous avons avec eux pendant notre séjour sont particulièrement intéressantes. Pendant notre séjour, nous faisons une dizaine d’entretiens. Nous rencontrons aussi d’autres acteurs en lien, de près ou de loin, avec la migration des Congolais au Maroc, dont le fondateur de l’ONG Kirikou (qui a créé une crèche associative pour les enfants de migrants africains et qui mène des activités pour soutenir les mères et les jeunes migrants dans le besoin), des responsables de programmes sur la migration de la Coopération belge, la présidente de la Communauté congolaise, et le président de l’Association des anciens étudiants congolais. Nous avons aussi tenté d’obtenir des chiffres sur la présence congolaise à l’Ambassade de RDC au Maroc, participé à une formation à destination des fiancés donnée à l’EEAM, et assisté à la journée culturelle de la jeunesse de l’EEAM, où les jeunes Congolais ont présenté leur pays (voir photo ci-dessous).

EEAM journée culturelle des jeunes (c) Marie-Laurence Flahaux

Au départ, nous avions prévu de nous focaliser sur le cas des Congolais de la République démocratique du Congo (RDC ou « Congo-Kinshasa »), mais nous sommes aussi introduites auprès de Congolais de la République du Congo (« Congo-Brazza »), et comme tous ces migrants disent partager la même culture « congolaise », nous décidons de tous les prendre en compte. Toutes les personnes avec qui nous échangeons sont originaires soit de Kinshasa, soit de Brazzaville. Ces deux villes sont les deux capitales les plus proches du monde ; seul le fleuve Congo les sépare… Pour faciliter les choses, dans ce texte, nous utilisons le terme de « Congo » pour parler de ces pays d’origine en sachant que cela réfère surtout aux contextes urbains de Kinshasa et de Brazza. Nous pourrions résumer le profil des migrants congolais au Maroc en distinguant deux cas. D’une part, il y a le cas de migrants qui ont quitté le Congo pour tenter l’aventure ou suite à des problèmes au pays, et qui avaient le plus souvent comme objectif de rejoindre l’Europe. D’autre part, il y a les étudiants ou anciens étudiants, venus initialement au Maroc dans le cadre de leurs études, et qui y sont éventuellement restés pour travailler. Les discours de ces deux types de migrants à propos du Maroc se distinguent, et eux-mêmes disent faire partie de « deux mondes différents ». Ceux qui sont venus y étudier disent du Maroc que c’est un pays « qui t’amène à devenir un grand garçon » car, issus pour la plupart de familles qui n’étaient pas dans le besoin, ils y ont appris à se débrouiller et y ont gagné en maturité. Par contre, les migrants qui n’avaient pas l’intention de s’installer au Maroc considèrent, eux, le Maroc comme un pays d’installation forcé, disent faire face à de grandes difficultés d’intégration, et espèrent pouvoir migrer ailleurs dès que possible. Une migrante parle en ces termes : « Le Maroc est une salle d’attente. Chacun attend son vol. Quand le moment est venu, tu pars ». Depuis leur arrivée au Maroc, les migrants ont vu leur situation évoluer. Sur le plan administratif, par exemple, certains ont obtenu le statut de réfugiés et reçoivent une aide du HCR, d’autres ont été régularisés, mais certains d’entre eux n’ont pas pu renouveler leur carte de séjour. Sur le plan familial, certains ont commencé une union, se sont mariés, ont eu des enfants, ont été rejoints par leurs enfants, tandis que d’autres ont connu des ruptures d’union, le départ de leur conjoint ou de leurs enfants vers un autre pays, ou le décès d’un des leurs. En fonction des contraintes et des opportunités auxquelles ils font face, mais aussi en fonction de leurs aspirations, les trajectoires de vie des migrants prennent des tournants. Nous abordons ici diverses situations familiales ou événements familiaux vécus, et soulignons le rôle du religieux dans les parcours des migrants.

Mariage (c) Malik Nejmi

a) Être célibataire

Les migrants qui étaient célibataires lorsqu’ils sont arrivés au Maroc, quelle que soit la raison de leur migration, disent tous que commencer une relation de couple et fonder une famille n’était pas à l’ordre du jour après leur arrivée dans le pays. Les étudiants voulaient donner la priorité à leurs études, et ceux qui étaient arrivés parfois après une traversée éprouvante du désert pensaient à poursuivre leur route et non à s’installer durablement au Maroc. Cependant, quand l’attente devient longue, des couples se forment sur place et parfois à distance. Un migrant nous raconte par exemple avoir passé beaucoup de temps dans les cybers, en attendant la décision du HCR auprès duquel il avait demandé l’asile, et y avoir commencé une relation via un réseau social avec une femme vivant à Kinshasa. Des unions naissent aussi de rencontres dans des églises au Maroc. Nombreux sont les migrants qui ont des relations « secrètes ». Les mariages restent rares, tant en raison du contexte de la migration que des obligations sous-jacentes à la formalisation du mariage du point de vue de la tradition congolaise. Cela nous a frappé de constater que de nombreux migrants, ayant atteint la quarantaine ou la cinquantaine, sont toujours célibataires, malgré leur aspiration à vouloir fonder une famille.

Dans la tradition congolaise, fonder une famille passe par plusieurs étapes, qui sont chacune contrôlées par les familles. D’abord, le début d’une union passe par la présentation de l’homme à la famille de la femme, via la pré-dot. Ensuite, l’union est officialisée par le mariage traditionnel, avec le versement de la dot par le mari à la famille de l’épouse. La dot est une étape cruciale, et son montant a fortement augmenté depuis le début des années 1990, période du début d’une crise économique profonde au Congo. De ce fait, depuis lors, au Congo, on assiste à des unions qui débutent de plus en plus tard parmi les jeunes, et à des mariages de moins en moins fréquents. Cela est d’autant plus vrai dans le contexte de la migration où, selon les migrants, les familles des épouses réclament des dots aux montants encore plus importants parce qu’ils sont migrants.

D’anciens migrants étudiants qui sont insérés dans le milieu professionnel marocain se disent prêts à commencer une union et à se marier. Toutefois, parmi les migrants qui ne sont pas stabilisés professionnellement, certains nous ont confié avoir peur de s’engager dans une relation à cause de l’intérêt qui a remplacé l’amour dans les relations. Ces hommes font référence à certaines femmes qui cherchent un mari afin de pouvoir soutenir leur famille au Congo. D’autres nous disent que certains voudraient se marier avec une personne qui est déjà en Europe, dans l’espoir de pouvoir l’y rejoindre. Enfin, des femmes que nous avons rencontrées et qui ont obtenu le statut de réfugiée nous ont dit qu’elles ne cherchaient pas à s’engager dans une relation actuellement, car cela jouerait en défaveur de leur demande de réinstallation dans un pays tiers, vu les critères du HCR qui considère comme prioritaires, car vulnérables, les femmes seules (et avec enfants). Enfin, d’un point de vue légal, notons qu’il n’est pas non plus possible de se marier lorsque l’on n’a pas de papiers. Quoi qu’il en soit, quelques mariages ont néanmoins lieu. Les mariages civils et religieux seraient de plus en plus nombreux, selon des fidèles de l’EEAM et un fonctionnaire de l’ambassade congolaise que nous avons rencontrés brièvement. Cependant, ces mariages ne sont possibles qu’à la suite du versement de la dot à la famille au Congo et parce que le couple a pu se stabiliser économiquement et administrativement. Concernant le choix du conjoint, il semble que les mariages avec des Marocain.e.s soient très rares. Des migrants nous parlent de la conversion à l’Islam qu’un tel mariage implique, et du grand contrôle des familles marocaines qui limite les fréquentations et la liberté des femmes mariées. Le pasteur de l’EEAM, par ailleurs Congolais, a quant à lui été on ne peut plus clair pendant la formation des fiancés : il décourage fortement les unions avec des Marocains ; il vaut mieux se marier entre Chrétiens pour évoluer ensemble sur le même chemin.

 b) Vivre loin de son.sa conjoint.e et de ses enfants restés au Congo

La migration implique souvent la fracture des familles. Couples, parents et enfants sont contraints à vivre éloignés les uns des autres en raison de la distance. Les situations sont diverses. Le départ en migration de l’un des conjoints peut compromettre la relation d’un couple qui s’était formé au Congo. Un migrant nous explique ainsi qu’il avait dû fuir le Congo pour des raisons politiques ; il s’attendait à y revenir rapidement et à y retrouver sa fiancée qui était enceinte, mais les années ont passé, la relation a pris fin, et il n’est toujours pas retourné. Certaines unions commencent à distance, via les réseaux sociaux, mais se concrétisent rarement en mariage pour les migrants qui ont du mal à joindre les deux bouts au Maroc. L’un d’eux, qui avait entretenu une relation pendant plusieurs années avec une Congolaise de Kinshasa sur internet, nous explique son désespoir et son agacement lorsqu’il a reçu la « facture » (pour la dot) au moment de la pré-dot, car il était dans l’incapacité de la payer. Les migrants sont nombreux à raconter que les Congolais qui ne sont jamais sortis du Congo n’ont aucune idée des difficultés auxquelles ils font face au Maroc. Pour le couple en question, cela a été une des raisons de leur rupture, en plus du fait que la Congolaise comprenait que leur projet de vivre ensemble en Europe risquait de prendre du temps avant de se réaliser, et que son horloge biologique était en train de tourner…

Si les couples qui vivent à distance sont fragiles, les parents qui ont laissé leurs enfants au Congo souffrent également beaucoup de cette situation, surtout quand ils ont migré pour améliorer leurs conditions de vie et qu’ils ne parviennent pas à y contribuer. Les pressions sont nombreuses. Une migrante raconte que, quand elle appelle Kinshasa, le frère aîné à qui elle et son mari ont confié leurs enfants demande avec insistance de l’argent pour payer leur scolarité, mais ils n’ont pas les moyens de répondre à cette demande, qui revient sans cesse… Une autre migrante explique même qu’elle n’appelle pas Kinshasa, que ses enfants qui y sont restés ne savent pas si elle est encore en vie ; elle dit qu’elle n’aurait pas le courage d’affronter le fait de savoir qu’ils souffrent… Une autre, encore, raconte avoir appris que ses trois enfants avaient vécu dans la rue pendant plusieurs années. Des connaissances ont mis fin à cette situation en réunissant les moyens nécessaires pour les envoyer en avion rejoindre leur mère au Maroc. Cela faisait sept ans qu’elle ne les avait pas vus.

c) Vivre en famille au Maroc

Des familles vivent au Maroc. Des couples s’y forment. Des enfants y naissent. Mais pour beaucoup, la vie n’est pas facile. Nous avons pu constater les nombreuses contraintes qui jalonnent les parcours de vie des migrants, se présentant comme des entraves à la réalisation de leurs aspirations.

Le mariage occupe une place cruciale dans les aspirations des migrants qui ne sont pas mariés. Or, en raison des difficultés économiques vécues au Maroc, les unions ne donnent pas souvent lieu à un mariage. Alors que la famille joue un rôle crucial dans la construction des familles au Congo, les conjoints qui se sont rencontrés au Maroc ne sont pas connus (ou reconnus) par la famille de l’autre au Congo. En effet, comme on nous l’a expliqué, les couples ont intérêt à ce que les familles au Congo ne soient pas au courant de la relation, en particulier la famille de la fille. Si elle apprend qu’elle est en couple, la famille de la fille n’acceptera plus de la soutenir (si elle la soutenait), et elle se retrouvera « sans rien » si l’homme part. De plus, si elle apprend qu’elle est en couple, la famille de la fille réclamera la dot que l’homme aura du mal à honorer, vu les difficultés à trouver un emploi et à gagner sa vie. Par conséquent, nombreux sont les Congolais qui cohabitent mais dont la famille n’est pas au courant de la relation de couple. Dans d’autres cas, quand le couple souhaite se marier, la famille de la fille qui est établie en dehors de l’Afrique peut s’y opposer, considérant qu’un mariage au Maroc sera un frein pour migrer ailleurs, et que la fille doit prioriser sa migration en dehors du continent africain. C’est le cas de l’un de nos contacts : les oncles de sa compagne, installés aux Etats-Unis, ont comme projet de faire « sortir » leur nièce et de la faire venir jusqu’à eux, ce qui explique qu’ils n’ont pas accepté le mariage proposé au Maroc.

Alors que le Maroc récrimine la cohabitation des couples marocains hors mariage, la cohabitation des couples de migrants non mariés est courante. Pour le pasteur de l’EEAM, pourtant, la cohabitation en couple ne doit pas précéder le mariage religieux. Les pasteurs des églises de maison, qui sont sans doute plus proches des réalités vécues par les migrants, disent, eux, tolérer et appeler à la tolérance vis-à-vis des couples qui cohabitent sans être mariés.

Les migrants aspirent à pouvoir offrir à leurs enfants une bonne éducation et un environnement dans lequel ils pourront s’épanouir. De nombreuses familles que nous avons rencontrées sont dans le besoin. Les difficultés pour payer les loyers, la nourriture, les soins de santé et la scolarité des enfants reviennent continuellement dans les discours, tant trouver un travail est difficile. Pour s’en sortir, les hommes travaillent de façon précaire comme journaliers sur des chantiers de construction (pour gagner plus souvent 50 plutôt que 100 dhs la journée). Plusieurs femmes nous ont dit mendier, ou frapper à la porte des associations caritatives pour recevoir un panier d’alimentation ou une aide ponctuelle. La priorité est, encore une fois, donnée aux femmes seules ou avec des enfants. Les femmes en couple n’ont normalement pas droit à bénéficier de ces aides. Les femmes expliquent que les contraintes liées aux enfants les empêchent de trouver un travail. L’une d’elle, qui a un enfant lourdement handicapé qui ne bénéficie d’aucune prise en charge, déclare en être devenue l’esclave, car elle doit rester à son chevet jour et nuit. Personne ne l’aide, y compris au sein de la communauté congolaise, où les croyances disent qu’elle porte la malédiction… Les migrants qui ont le statut de réfugiés bénéficient de la prise en charge de leur loyer et de la scolarisation des enfants, mais cela ne couvre pas tous leurs besoins. Une mère nous explique mendier pour permettre à sa fille d’aller dans une école privée car, n’ayant pas de papiers, elle ne peut pas bénéficier de l’école publique. Une autre migrante dont la fille n’avait pas d’acte de naissance s’était vue refuser son inscription à l’école publique, mais elle a été en justice et a obtenu gain de cause.

La scolarisation des enfants préoccupe les migrants. L’enseignement ayant lieu majoritairement en arabe dans les écoles publiques, les autorités prennent ce prétexte pour remettre au CP les enfants en âge d’aller à l’école primaire pour qu’ils apprennent l’arabe. Quand bien même ils sont plus âgés, ils se retrouvent dans la classe d’enfants de six ans. A l’école, ils font aussi l’expérience du racisme et de discriminations. Les parents se plaignent du niveau qui n’est pas satisfaisant, et de l’école publique qui est davantage une garderie qu’un lieu où on apprend. Les enfants en âge d’aller à l’école secondaire sont, eux, quand ils arrivent au Maroc, dirigés vers des formations d’apprentissage, et alors n’apprennent pas l’arabe. Quitter le Maroc pour que leurs enfants puissent bénéficier d’un enseignement de qualité afin qu’ils aient un meilleur avenir est au centre des préoccupations des migrants rencontrés.

Presque tous les migrants que nous avons rencontrés, même quand la femme a déjà atteint un certain âge, disent vouloir avoir des enfants ou d’autres enfants, mais ils insistent sur le fait qu’ils doivent quitter le Maroc auparavant. Assurer un meilleur avenir à leurs enfants est au centre des priorités des migrants. L’un d’eux explique être resté au Maroc de nombreuses années avant de prendre la décision de tenter de rejoindre l’Europe par la mer, mais ce n’est que lorsqu’il est devenu père qu’il a pris ce risque -sans succès-, car il se devait de prendre ses responsabilités.

d) Vivre loin de sa famille, de son conjoint et de ses enfants qui ont migré en Europe

Les familles que nous avons rencontrées n’envisagent pas de rester durablement au Maroc, vu les difficultés d’intégration auxquelles elles font face. Les couples sans enfant ne semblent pas durer lorsque l’un quitte le Maroc tandis que l’autre y reste. Comme nous le disait une migrante dont le conjoint est parti en Europe : « L’amour se termine au Maroc ». Lorsqu’ils ont des enfants, les couples mettent souvent en œuvre diverses stratégies afin de donner la chance à certains membres de la famille (le plus souvent les femmes et les enfants) de quitter le Maroc pour vivre en dehors de l’Afrique. Ils ont l’espoir que la séparation donne lieu à une réunification familiale le plus rapidement possible. C’est ainsi que l’on a entendu parler de familles qui ne déclarent pas la présence du père au Maroc lors de leur demande d’asile au HCR, de façon à ce que la mère et les enfants puissent rentrer dans la catégorie de « famille vulnérable » et puissent bénéficier d’une réinstallation au Canada ou aux Etats-Unis. Femme et enfants peuvent alors quitter le Maroc, tandis que le père y reste. Nous avons rencontré un homme et son fils de cinq ans dont la mère, enceinte du deuxième enfant, a traversé la mer en bateau pour rejoindre l’Espagne, où elle vit depuis avec son bébé qui y est né. Le père et le fils aîné sont toujours au Maroc et espèrent pouvoir migrer en Espagne un jour pour les y retrouver… Une migrante nous a aussi parlé de la décision qu’elle et son mari ont prise il y a quelques années pour deux de leurs enfants, âgés de moins de dix ans, avec l’espoir qu’ils aient un meilleur avenir qu’en restant au Maroc. Une dame congolaise pasteure, qu’ils connaissaient depuis le Maroc, leur a proposé de prendre avec elle les deux enfants pour aller en Europe en bateau. D’un côté, cet arrangement pouvait donner de meilleures chances aux enfants dans le futur et, d’un autre côté, offrait à la dame des chances plus grandes d’être aidée et régularisée en Europe, puisqu’elle allait pouvoir avoir droit à plus de protection en tant que femme seule avec deux enfants. Aujourd’hui, la dame est sans-papiers en Europe et appelle les parents des deux enfants pour qu’ils viennent les chercher, mais ils n’en ont pas les moyens…

e) Devenir veuf.ve au Maroc

Des migrants qui tentent de rejoindre l’Europe par bateau n’y parviennent pas toujours ; des naufrages peuvent survenir. C’est ce qui est arrivé au mari d’une migrante rencontrée, qui vit dans une grande précarité avec sa fille. Son mari avait fait une demande d’asile avant son départ, et quand elle est allée suivre la procédure après son décès, on lui a demandé d’apporter la preuve du décès, et elle s’est entendue se faire traiter de menteuse par les fonctionnaires du HCR quand elle a tenté de leur raconter son histoire. Son avenir est flou, et elle mendie pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa fille. Elle nous parle du « chauffage », un terme qui est arrivé avec la migration dans les églises de maison. Elle nous explique que, être chauffée, c’est avoir atteint un niveau où il y a trop de problèmes, quand il y a trop de charges, trop de pressions de toute part et que l’on ne s’en sort pas. Elle dit que, face au chauffage, c’est l’église qui lui permet de tenir ; l’église lui donne de l’espoir. Elle prie Dieu, et la lecture des textes bibliques la tranquillise. Elle n’envisage pas de retourner au Congo, où elle n’a rien et où personne ne pourrait l’aider. Vu la situation instable du Congo, cette volonté de non-retour se retrouve dans les discours de la plupart des migrants rencontrés.

Église de maison (c) Malik Nejm

Le lien « migration – famille – religion » au cœur de ce terrain partagé

Tous les migrants congolais que nous avons rencontrés fréquentent au moins une église. La religion occupe une place importante dans la vie des gens ; elle les conseille sur le plan familial et les aide face aux difficultés qu’ils rencontrent. Les églises sont un peu, en fait, comme une famille. Certaines accueillent les migrants quand ils arrivent, leur donne un toit pour les premiers jours ou premières semaines, et prend en charge les mineurs non accompagnés. Des églises aident aussi matériellement ceux qui sont dans le besoin de façon ponctuelle. Et surtout, le soutien spirituel que les migrants y trouvent est indéniable.

Les questions familiales font partie du quotidien des souffrances sur lesquelles les « encadrants spirituels », surtout de églises de maison, travaillent avec les fidèles. Séparations familiales, deuils, scolarisation des enfants, nourritures, soins, sorts, etc : l’église de maison devient la seule famille qui peut réconforter, accompagner spirituellement et matériellement les souffrances mentales liées à l’état de pauvreté qu’ils expriment en disant : « je suis chauffée, je chauffe », ce qui veut dire « j’ai trop de problèmes, trop de charges auxquelles je ne trouve pas de solutions ». Comme une migrante nous l’explique, « quand les gens ne parviennent pas à gérer le chauffage, ça peut partir dans tous les sens ». Plusieurs nous ont parlé des envies de suicide, de l’agressivité et de l’alcool suite au désespoir, mais les églises jouent un rôle majeur. L’idée que la prière permet de supporter et d’avoir espoir est présente dans tous les discours des migrants que nous avons rencontrés. Comme l’explique une migrante, « avec la prière, tu vas attaquer les esprits des morts, des maladies, de l’alcool. Ensemble, avec les autres fidèles, c’est possible de combattre ces esprits ». Comme nous le disent Jean et Pamphyl, les églises de maison organisent des cultes autour de « Comment faire face au chauffage ? » ou encore « Comment se battre contre les esprits du chauffage ? ».

En définitive, ce terrain partagé nous a, à toutes les deux, beaucoup apporté. Il nous a donné un aperçu des réalités vécues sur le plan familial par les migrants, de leurs aspirations, des obstacles qu’ils rencontrent, des stratégies qu’ils développent et de la place des églises. Croiser nos thématiques « habituelles » de recherche en s’intéressant ensemble à la fois à la famille, à la religion et à la migration dans une perspective de parcours de vie était vraiment enrichissant. Toutefois, ce terrain était exploratoire, notre temps était limité, et nous ne savons pas dans quelle mesure les pasteurs ont choisi de nous présenter les migrants les plus désespérés… Les recherches futures que nous comptons mener nous en diront plus. Nous veillerons alors à diversifier les points d’entrées et les profils des migrants.

Sophie & Marie-Laurence & co (c) Marie Godin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.