“Aux limites de la mobilité” – colloque de l’APAD

Il y a une quinzaine d’années, les lieux de transport dans les Suds avaient été pris comme objet d’étude d’un numéro de la revue Autrepart ; plus tard, en 2012, un numéro de la revue EchoGéo avait rapproché les systèmes de transport en Afrique de l’Ouest des mobilités des personnes.


« Aux limites de la mobilité. Pour quelles circulations en Afrique les infrastructures de transport sont-elles modernisées ? » organisé pour le qui se tiendra à Lomé (Togo) du 23 au 26 juin 2020 (https://apad-association.org/colloques/colloque-2020/).


Ici, nous souhaitons revisiter les enseignements de ces précédents numéros autour de la problématique suivante : de quelle manière les populations qui circulent (voyageurs, étudiants, migrants, commerçants,…), mais aussi les acteurs du transport, à quelque distance que ce soit (du local au transnational), envisagent-ils en Afrique les déplacements de personnes et de biens, alors même que les politiques publiques soutiennent d’abord les investissements privilégiant la modernisation des grandes infrastructures ? Autrement dit, l’image d’une Afrique moderne et branchée sur les flux mondiaux, qui s’impose dans les agendas des États africains et des bailleurs de fonds internationaux, se déploie-t-elle également dans l’imaginaire des populations et des acteurs locaux ? La figure emblématique de la « métropole des infrastructures » fascine les esprits autant, sinon plus, qu’elle aide à résoudre les problèmes de déplacements quotidiens. Les effets pour les populations sont majeurs : survalorisation des grands axes d’échanges qui ont pour objectif de fluidifier la mobilité des personnes et de faire circuler plus vite les marchandises ; restructuration des itinéraires pour accéder aux services de transport (notamment en ville) ; croissance du numérique pour surmonter les difficultés de déplacement ; visibilité accrue des populations qui se déplacent.

Mais plusieurs questions se posent :

  •  De quelle manière les populations qui voyagent, les acteurs des filières marchandes, les opérateurs de transport s’approprient-ils ces grandes infrastructures de transport modernisées, que ce soit les corridors, les plates-formes aéroportuaires, les gares routières, les terminaux portuaires ?
  • Alors même qu’elles sont censées fluidifier les circulations, ces grandes infrastructures ne sont-elles pas au contraire source de nouvelles contraintes, de nouvelles inquiétudes, voire de nouveaux contrôles ?
  • Devenues le lieu de la consolidation des frontières (par l’érection de péages, de dispositifs de contrôles, de sas), les grandes infrastructures ne fragilisent-elles pas des portions de territoires enclavés, des groupes de populations reléguées, des filières de produits ?
  • Plus spécifiquement, de quelle manière les filières marchandes s’adaptent-elles à la modernisation des infrastructures de transport ? Que deviennent les filières discrètes (au sens de Armelle Choplin et Olivier Pliez) ou clandestines ?
  • La multiplication des possibles permise par les technologies de la communication facilite-t-elle l’appropriation des infrastructures et de leurs dispositifs de circulation ou bien accentue-t-elle les moyens de surveillance des déplacements et les inégalités ?

L’atelier acceptera des communications présentant l’évolution des politiques libérales sous-jacentes au développement des infrastructures de transport, la marge d’autonomie des populations et des marchands vis-à-vis des itinéraires imposés par les grandes infrastructures (notamment les personnes migrantes voyageant en Afrique et qui empruntent les infrastructures, mais aussi les acteurs du transport qui doivent composer avec l’injonction des politiques publiques à se professionnaliser), les changements observés dans les espaces frontaliers (zones de péages, postes de police ou douaniers), les pratiques de déplacement des populations dans les zones de check-points, l’évolution des filières marchandes dont les itinéraires évoluent selon les types de biens et les dispositifs de transport et de contrôle. Les questions d’échelles pertinentes pour appréhender les circulations et mobilités, les enjeux des politiques publiques et les concordances/divergences entre territoires des populations et territoires des projets seront débattues.


Calendrier

  • Les résumés de communication, de 600 mots maximum, doivent préciser les noms et prénoms, les adresses e-mail, l’affiliation et la position institutionnelle des auteurs doivent être envoyées par courrier électronique au plus tard le 20 février 2020 aux responsables des panels.
  • Les proposants seront informés des résultats de la sélection le 5 mars 2020.
  • Le texte complet des communications est attendu pour le 15 mai 2020, pour inclusion sur le site internet du colloque.

Téléchargement


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.