Quels objets dans la mobilité ?

Impression

 

Restitution synthétique (version longue de la restitution à la demande) du projet : MedinChina à AfricaMed.  Terrain partagé entre chercheurs en sciences sociales, artistes, étudiants et conservateurs de musée pour l’étude des objets de la mobilité.
Par Sophie Bava, IRD/LPED-UIR, Enseignante-chercheur au LMI-MOVIDA

Historique

Un atelier de travail qui au départ s’est posé autour d’une question commune : celle des objets que l’on rencontre dans nos recherches, qu’est-ce qu’on peut en faire ? et plus précisément sur la question des objets dans la mobilité en se disant qu’en tant que chercheur notre seul regard ne nous permettra pas de prendre la mesure du rôle des objets qui circulent, mais surtout de ceux qui accompagnent les hommes qui migrent. Ce constat nous amène à contacter le Mucem et des conservateurs se joindront à nous. Puis l’envie d’avoir aussi le regard d’artistes sur les objets s’est imposé. L’idée était que l’objet puisse être abordé par plusieurs dimensions : une dimension sociale (l’objet prétexte pour suivre les gens, prétexte à des histoires…), une dimension matérielle et esthétique (l’objet qui s’expose et qui raconte son rôle).

Ce projet d’atelier (MedInChina), « Dans le sillage des objets entre Méditerranée, Chine et Afrique » est donc un projet LPED-CNE et MUCEM, il réunissait des géographes, des anthropologues, des historiens, des sociologues et des conservateurs qui, dans une démarche résolument qualitative et comparative, étudient les circulations de toutes sortes d’objets entre l’Afrique, l’Asie et la Méditerranée. Qu’il s’agisse de suivre de menus articles chinois et d’analyser les réseaux mobilisés à travers les « Mondialisation discrètes » ou d’explorer leur vie politique ou encore de comprendre la vie sociale d’un autorickshaw, des fripes et d’articles religieux ou enfin d’étudier les objets de la collection des musées, chacun des participants de cet atelier a rencontré « les objets » sur son terrain respectif et chacun d’entre nous les ont travaillés à sa manière et selon sa discipline. Il s’agit dans cet atelier de confronter nos expériences passées pour envisager collectivement de futures enquêtes en interrogeant d’un point de vue théorique ce « tournant de l’objet » des sciences sociales, mais aussi et surtout de comprendre dans quelle mesure ce tournant influence nos propres itinéraires de recherche. Dans cette perspective, nos recherches nous avaient permis déjà de dégager trois grandes pistes de réflexions :

  1. De l’objet à la marchandise : lieux et places fortes
  2. La vie politique des objets
  3. La vie sociale des objets en migration

Ainsi nous avons abouti à une proposition :

Partir de trois groupes (chercheurs/conservateurs/artiste) et trois manières de travailler. Un groupe partira d’un terrain sociologique sur le thème de la migration africaine à Rabat, un autre partira d’un objet (les sacs, valises, contenant…) et le dernier partira d’un lieu à définir un marché, une gare routière, une plage… L’objectif sera de tester ensemble nos méthodes de recherche, de collecte et nos réflexions et d’aboutir à une liste d’objets commentés, mis en contexte et problématisés… Ce travail exploratoire devrait permettre aux chercheurs de travailler sur l’objet physique autrement et aux conservateurs et artistes peut-être d’apprendre des méthodes ethnographiques permettant de mettre l’objet en contexte dans une approche historico-sociale autour de l’objet…

Objectif

L’objectif était d’interroger sur le terrain de la migration, les objets sous plusieurs angles. Objets témoins, objets mémoire, objets traces … comment s’y intéresser, qu’est-ce qu’il nous apporte dans la compréhension de la migration africaine au Maroc ? Pour articuler au mieux ces différents niveaux de réflexion, nous avons décidé de mettre en pratique ces idées autour d’un terrain commun et partagé au Maroc. Nous avons finalement travaillé en deux groupes réunissant des conservateurs, des chercheurs, des artistes, des professionnels et des étudiants afin d’allier réflexion et analyse autour non seulement du statut de l’objet, que dans ses fonctions de catalyseur et dans sa vocation matérielle et mémorielle. Pour certains d’entre nous l’objet raconte, pour d’autres il symbolise et s’expose, il est parfois prétexte à la parole et d’autres fois parle de lui-même. En général le chercheur prend l’objet comme alibi pour tisser le réseau social, culturel, religieux, économique… autour, alors que pour les conservateurs et les artistes l’objet symbolise, suggère, une réalité à dévoiler, à dénoncer, à exposer.  L’objectif en quelque sorte était de permettre aux chercheurs d’apprendre à travailler sur l’objet physique, esthétique, de le regarder autrement et pour les artistes et conservateurs d’apprendre des méthodes ethnographies permettant de mettre l’objet en contexte dans une approche socio-historique.

Points forts et questions

On arrive chacun avec notre bagage professionnel même si la méthode ethnographique va être privilégiée, expérimentée et enseigné pour tous. Certains avaient une bonne connaissance des migrations, de l’Afrique en tant que chercheurs ou par leur expérience, d’autres du Maroc par leur recherches ou par leur vécu, donc ensemble il fallait essayer d’être complémentaire ou partir sur un principe de prérequis, en expliquant au fur et à mesure des situations, ce que certains groupes ont fait.
Dans des pratiques de terrains communs comme celle-ci, il est difficile de quitter nos métiers et nos intérêts scientifiques mais épistémologiquement l’entrée par l’objet nous a tous posée des questions. La méthodologie de travail de terrain a donné lieu à de nombreuses discussions (entrée directement à la recherche d’objets à ramener, prendre le temps de discuter, d’écouter, de voir, de sentir…plus ou moins longuement selon certains. Par exemple, Mme Chikhaoui voulait plus de consignes pour ses étudiants (« interroger la mobilité et l’itinéraire des migrants pour faire dévoiler l’objet qui accompagne ce projet, l’objet signifiant, symbole du pays d’origine ») alors que nous, chercheurs partons plus sur un terrain inductif,  tandis que les artistes africains ont fait fonctionner leur réseau pour aller plus vite et recherchaient inconsciemment ou pas des artistes, pour la seule conservatrice qui était avec nous, c’est une vrai découverte de faire du terrain …
Avec des artistes on devient visible sur le terrain mais on devient visible aussi à l’extérieur en changeant de public. Avec les conservateurs et apprentis on apprend à toucher l’objet, à le prendre en main, à l’informer…On apprend à demander plus de choses aux personnes qui finalement nous racontent l’histoire de ces objets (la bible de Jean, le bracelet d’Oumar, la photo d’identité, la bague…)
Avec les étudiants en muséologie et muséographie, d’autres attentes et notamment celle d’apprendre la méthodologie de terrain de manière plus pédagogique. Le professeur attendait un rapport sur lequel ils ont travaillé pour nous proposer un document commun. L’inductif ne s’enseigne que par le terrain et pour cela c’était une réussite. Moins peut-être sur l’aspect vraiment problématique de l’apport et du rapport à l’objet dans nos recherches. L’intérêt c’est que l’objet intéresse et est vraiment pluridisciplinaire.
Films, photos, objets, croquis et entretiens récoltés. Une grande question : à quoi cela sert de récolter l’objet, pourquoi, pour en faire quoi ? Pour certains d’entre nous c’était un objectif et pour d’autres ça a posé vraiment question.

Les objets de la migration

  •  bijoux
  • objets de protection (talisman, objets magiques, livres sacrés)
  • livres
  • téléphone
  • photos
  • papiers d’identité
  • objets perdus, volés ou vendus sur la route
  • TV
  • matelas
  • couverture
  • argent

Quelques réflexions issues de ce travail (inter disciplinaire et interprofessionnel) de terrain partagé sur les objets de la mobilité

  • pour les étudiants en muséographie de Rabat : « j’ai connu un autre monde que je n’aurai jamais découvert avant. Maintenant j’ai des amis sénégalais, ivoiriens… » (Jihad)
  • les artistes africains, plutôt issus des milieux étudiants découvrent aussi le monde des migrants africains et des ressources nombreuses.
  • construction réflexive grâce au film : faire rentrer l’analyse du discours des migrants sur les objets des autres migrants : exemple à partir du film de Malik où il est question d’objets de la traversée vers l’Espagne et de la mobilité en général.
  • entrée par l’objet avec des artistes et des conservateurs nous montre aussi à quel point nous sommes face à l’immatérialité, même si on trouve des objets très « physique et palpable » sur les routes de la migration (bateau, gilet de sauvetage, moteur, passeport..) , la majorité est dans l’immatérialité : chanson, musique, films, réseaux de copains, skype, what’apps, viber pour la famille, puce d’un téléphone…Comment rendre visible ces immatérialités, on peut les décrire dans nos recherches mais si on devait les exposer ?
  • objets disparus : l’interrogation sur les objets doit nous faire poser la question de la peur, de l’angoisse d’être dépossédé. Ainsi l’objet nous permettrait d’aborder des questions plus sensorielles, émotionnelles, psychologiques.
  • A travers les objets on voit la culture globale : club de foot, musique et autres qui montrent ce que l’on connait bien dans nos recherches sur les migrations, que les migrants sont hyper connectés et insérés dans une culture globale.
  • objets médiateurs qui fait les liens et qui circulent entre la famille restée au pays, ou les cheikh et le migrant
  • on se rend compte aussi du peu d’objets dont qu’ils détiennent vraiment quand on compare à nos modes de vie…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search