Préface : D’un monde à l’autre, la diversité des migrations burkinabè

Les deux derniers ouvrages développés par le même collectif de chercheurs (« Les enjeux autour de la diaspora burkinabè – Burkinabè à l’étranger, étrangers au Burkina Faso », Mahamadou Zongo, 2010 ; « Repenser les migrations burkinabè », Sylvie Bredeloup et Mahamadou Zongo, 2016) avaient centré leur réflexion sur les retours de populations en provenance de Côte d’Ivoire, consécutifs à la survenue de la crise politico-militaire de la décennie 2000 dans ce pays. Aujourd’hui, les tensions en Côte d’Ivoire se sont amoindries, la situation des Burkinabè et des descendants de Burkinabè en Côte d’Ivoire s’est stabilisée, les échanges économiques et culturels ont repris ; de fait, la question des retours est passée au second plan.


par Jérôme LOMBARD, Directeur de recherche à l’IRD, UMR PRODIG et Mahamadou ZONGO, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso près la République de Côte d’Ivoire


C’est ce que traduit ce nouvel opus du LMI MOVIDA, dans lequel l’espace ivoiro-burkinabè ne relève que d’une seule contribution (portée d’ailleurs par un auteur présent au début de l’aventure, il y a dix ans). En revanche, sur la décennie écoulée, les Burkinabè du Ghana gardent toute leur importance dans la recherche sur les migrations au Burkina Faso : cela apparaît d’autant plus nécessaire que les échanges entre ces deux pays constituent un des fondements des relations de voisinage du Burkina Faso (une des deux contributions est elle aussi rédigée par un auteur déjà présent dans le premier volume).

« Se chercher en migration. Expériences burkinabè » se distingue par l’apparition de nouveaux thèmes qui n’avaient pas été abordés dans les précédentes livraisons. Cela tient à l’arrivée de nouveaux auteurs dans la réflexion, de nouveaux étudiants, issus de collaborations renouvelées entre institutions de recherche. Cela doit beaucoup à l’actualité et au changement de perspective adopté. Dans un premier temps, l’ouvrage revisite les mouvements de populations entre Burkina Faso et Côte d’Ivoire/Ghana, mobilisant pour cela un jeu de miroirs essentiel : les Ivoiriens à Ouagadougou sont considérés au prisme du retour des Burkinabè de Côte d’Ivoire, tout comme la présence des Burkinabè au Ghana est vue à l’aune de leur rapport à la culture de leur pays d’origine. Dans un second temps, la réflexion élargit à 360° son regard sur le monde des migrations burkinabè, pour tenir compte de ce qui se passe ailleurs, là où sont aussi installés les Burkinabè, en Afrique, dans d’autres pays du continent, dans le monde arabe. Par exemple, l’apport des paysans burkinabè à l’agriculture du nord du Bénin. De même, la crise en Libye qui a mis la focale sur le devenir des migrants ouest-africains dans ce pays traumatisé vers lequel, malgré tout, continuent d’affluer les jeunes générations burkinabè. La présence de la Libye dans cet ouvrage souligne l’importance pour les Burkinabè des départs vers les pays arabo-musulmans, destinations souvent peu évoquées et pourtant au cœur des stratégies des uns et des autres, notamment des étudiants qui espèrent faire fructifier au retour leur nouveau savoir. La crise en

Libye révèle enfin la montée en Afrique de l’Ouest de la problématique des réfugiés chassés de pays en crise, le Burkina Faso devenant le réceptacle des flux de Maliens ayant quitté leurs terroirs et s’étant installés dans des camps ouverts à cet effet.

Le paysage des migrations au Burkina Faso demeure traversé de tensions que la dernière thématique mobilisée dans cet ouvrage ne manque pas de mettre en lumière. La fermeture grandissante des frontières internationales, à tout le moins la surveillance croissante des flux de personnes, alors même que la CEDEAO, les États membres promeuvent la liberté de circulation de leurs ressortissants. Il se peut que nous soyons obligés, dans quelques années, de remettre l’ouvrage sur le métier, afin de documenter plus avant la limitation des circulations en Afrique de l’Ouest dont le Burkina Faso est pourtant un des pays phares. « Se chercher en migration » sur le continent africain signifierait alors plus de complication pour se découvrir dans le voyage, à rebours de ce que la migration à l’étranger peut apporter comme enrichissement.


 

 

 

> Lire un extrait

> Commander l’ouvrage

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.