Séminaire du LAMES

 

Célia Lamblin

“On n’a pas idée de laisser quelqu’un mourir dans son jardin. Les maraudeurs du Briançonnais”


Vendredi 17 janvier 2020, 14-16h, MMSH Aix, salle A154
Séminaire Axe 2. Recompositions migratoires en Méditerranée : mobilités, genre, frontières


Si depuis plusieurs décennies, la migration est devenue une thématique politiquement, socialement et juridiquement controversée, elle est aussi à l’origine de l’engagement de personnes jusqu’alors peu familières de l’action collective. Alors que les années 1980-90 étaient marquées par la suppression progressive des frontières, les années 2000 se présentent davantage comme le retour des États-nations dans le domaine de la gestion des frontières nationales.

Dans ce sillage, la criminalisation des solidarités portées par des militants associatifs, des bénévoles d’ONG ou encore des citoyens vivant dans les zones frontalières en France interroge les contours de la construction des normes de droit.
Depuis 2016, les peines prononcées touchent une pluralité d’acteurs aux caractéristiques sociales hétérogènes. Au-delà de ces cas médiatisés, de nombreuses personnes s’engagent dans des collectifs ad hoc qui répondent selon eux à une urgence humanitaire et politique.
Dans ce cadre, il paraît pertinent d’interroger les points de bascule, les points de bifurcation dans les trajectoires individuelles.
De quelles manières les maraudes sont érigées en événements biographiques dans les trajectoires individuelles ? Comment ces événements entraînent de nouvelles manières d’appréhender le monde social ? Dans quelle mesure les maraudeurs construisent-ils un groupe d’appartenance qui se fédère autour d’expériences individuelles participant d’une dynamique sociale plus large de défiance envers les politiques publiques ?


Célia Lamblin est docteure en sociologie d’Aix-Marseille Université (AMU) et membre du LAMES. En novembre 2018, elle a soutenu une thèse intitulée Vivre la révolution de 2011. Sociologie des migrations égyptiennes en France dans laquelle elle s’est intéressée aux parcours migratoires et aux mobilisations collectives menées à distance par des Égyptiens vivant depuis la France les soubresauts politiques de leur pays d’origine. Engagée en qualité d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche depuis septembre 2018 à AMU, elle donne des cours de sociologie générale. Ses recherches portent sur les effets de la migration sur les trajectoires individuelles et plus largement sur l’histoire de l’immigration en France. Elle a mené ses enquêtes en France, dans les villes de Marseille et Paris, mais aussi en Égypte, au Caire et dans plusieurs villages du Delta du Nil.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.