Rim Affaya

 

Ma thèse en anthropologie porte sur le commerce transnational initié par des acteurs marocains ou d’origine marocaine entre l’Europe et le Maroc qui met en évidence des pratiques consommatoires révélant des espaces relationnels et temporels complexes. Le travail de terrain et de réflexion que je mène dans le cadre de ma thèse en anthropologie consiste à comprendre le dispositif de circulation transnationale à travers trois activités de circulation marchande : le transport, l’ameublement et le mariage.

 


Doctorante contractuelle à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), au Centre Norbert Elias (CNE) à Marseille sous la direction de Boris Petric (CNRS, CNE) et de Michel Peraldi (CNRS, IRIS).


Le cœur de cette recherche porte sur la genèse et l’expansion d’une économie initiée par une population circulante qui utilise l’attachement à l’origine comme une niche lucrative et qui facilite la mobilité des biens, des personnes et des imaginaires en jouant un rôle discret mais significatif dans l’économie mondiale, en particulier entre l’Afrique méditerranéenne et l’Europe. Se fondant sur la dispersion de la communauté marocaine en Europe, ces commerçants ont fondé leur offre en visant à satisfaire le besoin de la population immigrée en Europe d’accéder à des éléments abordables du pays d’origine. Dit autrement, ce sont deux figures types qui intéressent ce travail, l’une concerne l’entrepreneur transnational, anciennement ouvrier immigré du secteur secondaire ou son descendant, devenu « commerçant autonome et en constante mobilité, que celle-ci soit physique ou dans ses relations sociales et projections culturelles », et l’autre porte sur les millions d’anonymes résidents dans les centralités urbaines européennes, qui constituent les consommateurs de services et de biens fondés sur le répertoire de l’origine et de la nostalgie qui les lierait au Maroc. L’idée est d’aborder ce commerce migratoire d’apparence très ethnique par une approche dé-ethnicisante pour comprendre la fabrique de la vie sociale, des identités consommatoires et de leur voyage d’une rive à l’autre, d’une classe sociale à l’autre avec, en arrière fond, un requestionnement des catégories courantes en sciences sociales concernant les modes d’appartenance des migrants et de leurs descendants, des commerces ethniques, des objets migratoires et des catégorisations des identités collectives.

J’appréhende les trois activités commerciales par une enquête multi-située à Rabat, Tanger et Casablanca ainsi que dans plusieurs villes de France et de Belgique. Le salon ou le caftan marocain ainsi que les multiples artefacts et objets symboliques régulièrement acheminés par les transporteurs marocains vers l’Europe illustrent l’ampleur des échanges entre familles et individus ainsi que le passage d’économies d’origine traditionnelle vers leur transnationalisation et leur digitalisation.


Domaine de recherche

Études transnationales, sociologie des migrations, socio-anthropologie de la consommation, socio-anthropologie des classes populaires et sociologie urbaine.


Téléchargements


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search