Le panafricanisme depuis Abidjan


S’intitulant « Le panafricanisme depuis Abidjan : un terrain exploratoire pour situer le multi-situé », cette enquête exploratoire a été réalisée par Célia Lamblin à Abidjan durant 10 jours. Cette mission avait pour objectif de construire une recherche plus large sur la place du panafricanisme dans les pratiques et les discours politiques en Côte d’Ivoire.


Négocier son entrée sur un terrain politique

L’arrivée sur le terrain s’est faite dans un contexte politique particulier. La veille, la militante Nathalie Yamb fut expulsée du territoire en raison de son activité politique jugée « incompatible avec l’intérêt national »[1]. Cet éloignement du territoire ivoirien faisait suite à l’expulsion d’un autre militant, Kemi Séba, en mars 2019. Dans ce contexte, venir rencontrer des militants n’est pas chose facile. Si pour les partisans du parti LIDER, parti de la militante Nathalie Yamb, la médiatisation du cas fut immédiate, et donc la prise de contact facilité ; d’autres militants plus éloignés des organisations politiques institutionnelles ont été plus méfiants.

Les élections présidentielles prévues pour le 31 octobre 2020 ne favorisent paradoxalement pas les discussions politiques. Les dernières élections de 2010 qui avaient porté au pouvoir Alassane Ouattara avaient ouvert une période de forte instabilité à l’intérieur du pays. Les controverses autour des résultats obtenus par les deux candidats au second tour ont produit un conflit d’envergure qui encore aujourd’hui laissent de douloureux souvenirs à la population ivoirienne. Dans ce contexte, les échanges sur la place du panafricanisme en Côte d’Ivoire n’ont pas été des plus apaisées.

Des discussions prenant la forme d’entretiens informels ont été menées auprès d’universitaires et de cadres d’ONG ivoiriens, mais aussi d’entrepreneurs économiques binationaux dans le but de saisir les représentations du panafricanisme chez celles est ceux qui ne s’en revendiquent pas au premier abord. En parallèle, quatre entretiens ont pu être menés avec des acteurs politiques occupant des positions plus ou moins élevées dans des organisations politiques. Plusieurs thématiques ont alors été abordées. D’abord, il s’est agi de discuter des modalités de construction des organisations dans lesquels ils militaient pour en saisir plus largement la place dans l‘espace politique. Il s’est agi également de saisir de quelle manière ces derniers pouvaient mettre en récit les divers troubles politiques traversés par la Côte d’Ivoire ces vingt dernières années. Enfin, les entretiens avaient pour objectif de restituer les socialisations politiques et les parcours de vie, les éventuels itinéraires migratoires empruntés ainsi que les modalités de construction des liens avec des militants installés en dehors du pays.

Le panafricanisme : des luttes anticoloniales aux luttes d’émancipation

Durant les années 1980 et 1990, la victoire des politiques néolibérales avait abouti au rejet de la « tradition de pensée anticoloniale » (Mbembe, 2010), et notamment de ces auteurs – Aimé Césaire, Frantz Fanon – qui avaient fourni durant les décennies précédentes, les éléments théoriques pour penser l’émancipation des peuples. Depuis les années 2000, un regain d’intérêt pour les études postcoloniales et/ou panafricanistes apparaît dans les mouvements sociaux comme dans les travaux académiques. De nombreux militants ou activistes, selon les terminologies locales, puisent dans les écrits de ces auteurs notamment pour penser les rapports de domination qui se jouent dans de nombreux pays et plus particulièrement dans le cas des relations entretenues entre la France et les pays de l’Afrique francophone. Ces acteurs politiques mettent en lien des références multiples, adaptent leurs logiciels théoriques pour penser leur action politique dans le cadre des États-nations, mais également en dehors de ceux-ci.

Dans ce sillage, le panafricanisme qui prend racine dans les luttes menées par les esclaves dès le 18° siècle, resurgit, rappelant de quelle manière les luttes anticoloniales qui jalonnent le 20° siècle ont été des moments forts dans l’histoire des populations subalternisées (Bouamama, 2014). Dès les années 1970, les luttes anticolonialistes ont donné un souffle nouveau à la perspective panafricaniste, construisant des passerelles politiques entre les luttes pour les indépendances nationales et les prises de conscience nécessaires à l’émancipation d’un soi individuel et collectif. Dans ce cadre, l’objectif de cette enquête exploratoire était de saisir de quelle manière certains auteurs panafricanistes apparaissent comme des références, guident les discours et pénètrent les manières de faire des militants engagés.

Le panafricanisme : un concept parapluie qui pose la question des supports de diffusion et des modalités d’appropriation.

Au regard des diverses discussions engagées sur le panafricanisme, cette notion renvoie à une pluralité de représentations et de pratiques qui s’insèrent dans des registres économique, culturel et politique. Ces registres s’articulent sans pour autant se confondre.

Certains acteurs rencontrés entrevoient le panafricanisme au travers des pratiques qui sont mises en œuvre par les institutions existantes (CEDEAO et Union Africaine) pour assurer une coopération entre les États africains. De multiples éléments participent de la construction d’un espace et du sentiment d’appartenance à un référentiel commun : les tractations pour évoquer les conditions de la libre circulation entre les pays, la mise en place de dispositifs d’accueil et formation d’étudiants venus de tout le continent, mais aussi la mise en place d’une monnaie commune afin de faciliter les échanges commerciaux. Au-delà des phénomènes éphémères tels que les affirmations identitaires au travers des chansons, de la diffusion du wax, des productions culturelles qui participent de la diffusion des savoir-faire locaux, il faudrait selon eux observer un panafricanisme en train de se faire.

D’autres acteurs, moins engagés dans le champ politique et regardant souvent de loin cette question qui leur semble appartenir à un autre temps, identifient les penseurs du panafricanisme au travers des productions d’ouvrages, et positionnent là encore le panafricanisme dans un registre culturel plus que politique.

Pour d’autres, le panafricanisme s’inscrit dans le domaine politique et économique. Aussi, depuis plusieurs années, quelques figures militantes émergent grâce aux nouvelles technologies. Du « Panafricaniste 2.0 » au « militant youtubeur », les manières de prendre part aux débats politiques localement et internationalement sont renouvelées à la faveur d’un retour des mobilisations contestataires dans plusieurs régions du monde. Ces youtubeurs, théoriciens à vocation universelle, accompagnent les luttes locales et participent à la construction de communautés de sens. En outre, ils agissent dans plusieurs lieux en même temps grâce à des Lives Facebook et la mobilisation des outils de communications ordinaires. Ainsi, qu’il s’agisse de jeunes partis en migration ou des enfants de la Diaspora, une pluralité d’acteurs peut consommer et diffuser ces contenus dans le but de faire perdurer un lien avec le pays. À distance du pays d’origine, les migrants ou enfants de migrants vont s’appuyer sur la parole de militants restés au pays ou agissants dans d’autres contextes nationaux dans leur processus de politisation.

 Mais ces acteurs médiatiques et médiatisés ne font pas l’unanimité. Là encore, les avis sont tranchés et derrière ceux qui se présentent comme critiques ou encore comme des critiques de la critique, il convient d’approfondir le travail de terrain et la réflexion sociologique pour saisir les enjeux de positionnement social qui sous-tendent les prises de position. Derrière ces grilles de lectures distinctes de la place, de la fonction et de la réalité du panafricanisme semblent se croiser des questions de rapports sociaux de classes, de générations et d’appartenance nationale qu’il paraît nécessaire d’approfondir. Les temporalités relatives aux socialisations politiques rappellent la nécessité de prendre en compte les contextes d’émergence des positions politiques et de garder comme objectif l’idée de comprendre ce que les acteurs font au travers de ce qu’ils sont.

Par exemple, en marge de la question des appropriations du panafricanisme, les retours réalisés par ceux qui ont réalisé leurs études de troisième cycle en Europe ou les enfants de migrants installés en Europe, nés dans les années 70 opèrent des « retours » en Côte d’Ivoire depuis une dizaine d’années pour parfois investir dans certains pans de l’économie.

Qu’ils s’agissent de businessman qui ont connu des ascensions sociales importantes ou des leaders politiques membres de l’opposition, qui sont parfois les mêmes, la détention de deux nationalités ou d’un titre de long séjour dans un autre pays semble fréquent. Dans quelle mesure ces situations administratives interviennent-elles comme des causes ou des conséquences de ces ascensions économiques et politiques ? Indéniablement, la liberté de circulation permise intervient dans les positions sociales occupées, mais dans quelle mesure ces positions sociales sont utilisées de manière stratégique pour mener des initiatives politiques ?

Un panafricanisme made in cote d’Ivoire porté par des militants binationaux ?

Dans la critique de l’ingérence française en Côte d’Ivoire, les discours sont multiples et les positions adoptées se distribuent sur un continuum dans lequel les élites politiques locales ont plus ou moins leur part de responsabilité.

La médiatisation de l’expulsion des deux militants révèle une question sous-jacente en parallèle de celle des libertés politiques à proprement parler. Si ces militants sont expulsés du territoire, c’est en raison de leur nationalité étrangère. Il faudrait plus encore comprendre les parcours professionnels de ces entrepreneurs économiques qui se positionnent comme des entrepreneurs politiques. Dans la concurrence économique, tous les arguments sont bons pour faire valoir sa place.

Poursuivre au-delà des frontières :

Les discussions engagées avec les divers acteurs rencontrés au cours de cette enquête de terrain mettent en évidence la nécessité des poursuivre cette recherche au-delà des frontières. Eu égard de la campagne électorale qui s’annonce en mars 2020 dans laquelle la diaspora va être particulièrement sollicitée. Faut-il le rappeler les montants des remises envoyées par la diaspora est chaque année bien supérieure à l’aide au développement fourni par les organismes d’aide au développement. Dans ce sens, les acteurs diasporiques sont des acteurs incontournables pour qui veut gagner l’élection ou la comprendre. Dans plusieurs villes de France, au Maroc, en Espagne, de nombreux collectifs se structurent à la faveur des élections[2]. Et pour celles et ceux qui agissent à la marge de ces processus électoraux, tels des arbitres ou des juges du champ politique, ils organisent eux aussi leur activité au-delà des frontières. Quelques jours après son expulsion du territoire, Nathalie Yamb (interdite de séjour en France) a rejoint Moscou, rappelant que c’est aussi des suites de son intervention le 24 octobre 2019 au forum Russie-Afrique de Sotchi, qu’elle a été raccompagnée à la frontière. D’autres militants rencontrés à Abidjan ont évoqué les liens tissés entre toutes les capitales de l’Afrique de l’Ouest et des villes de plusieurs pays d’Europe afin de construire des groupes de pression et de fédérer des forces pour mettre fin à la domination française en Afrique.

Cette première enquête appelle donc à poursuivre par-delà les frontières des États pour saisir en de quelle manière une idéologie circule dans une période de remise en cause des pouvoirs établis de longue date.


[1] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/03/l-opposante-nathalie-yamb-expulsee-de-cote-d-ivoire_6021444_3212.html

[2] https://www.youtube.com/watch?v=Pu70OiGB-PI&t=813s&frags=pl%2Cwn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search