Signer la déportation


Anissa Maâ, doctorante à l’ULB, membre de Movida, publie son premier article, “Signer la déportation Agencéité migrante et retours volontaires depuis le Maroc”, dans la revue Terrain. Il porte sur l’agencéité migrante dans le cadre des procédures de retour volontaires au Maroc et s’appuie sur un épisode particulier d’installation collective de migrants devant la mission de l’OIM à Rabat

Peut-on vraiment parler de « retours volontaires » dans un contexte de fermeture aux migrations irrégulières ? Partant d’une séquence particulière d’un terrain de recherche au Maroc, circonscrite au seuil de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Rabat, devant laquelle des « aventuriers » camerounais et guinéens s’étaient installés en attendant de se voir attribuer l’aide au retour proposée par l’agence, l’article interroge la dialectique de l’agencéité migrante et du retour volontaire en dehors des termes dichotomiques de la contrainte et de la volonté. Venus jusqu’à l’OIM pour « signer la déportation », les étrangers-migrants définissent des formes hétérogènes d’agencéité face aux contraintes de la procédure institutionnelle d’une part, et en faveur de leur retour d’autre part : usage de la vulnérabilité et de l’incertitude, protestations collectives, détournement symbolique du décor sécuritaire de l’éloignement. Au-delà de la contrainte et de la volonté, ce sont donc avant tout les modalités du retour – et en particulier sa temporalité – qui mobilisent les aventuriers aux prises avec une procédure de l’OIM.

-> Lire l’article en ligne sur le site de la revue terrain : https://journals.openedition.org/terrain/18653


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search