La zone-frontière de Rosso

Les pirogues, un moyen de transport important à la zone-frontière, ©Mbaye, août 2019


par Baye Masse Mbaye, étudiant au master, Section de sociologie, Université Gaston Berger de Saint-Louis , Sous la direction de Pr. Mamadou Dimé, maître de conférences


Dans le cadre de mon mémoire de master intitulé La zone-frontière de Rosso comme espace d’une mondialisation par le bas, j’ai effectué une mission de recherche de deux semaines à Rosso-Sénégal et Rosso-Mauritanie grâce à une subvention de terrain du MOVIDA. Ce séjour m’a permis de mener une enquête ethnographique dans ces deux villes-jumelles pour montrer comment elles sont des espaces de déploiement de mobilités humaines, de circulations marchandes et de reconfigurations territoriales qui témoignent d’une « mondialisation par le bas ». La mondialisation par le bas fait référence à un processus qui se déploie dans les interstices des entités étatiques, trouvant raison d’existence dans les faiblesses ou impuissances des politiques socio-économiques. Par conséquent, les activités économiques informelles se déroulent dans des zones frontalières, en s’ancrant dans des configurations de réseaux de marchands fondés sur l’appartenance ethno-religieuse, identitaire, familiale ; et cela de fil en aiguille entre les générations.

J’ai séjourné à Rosso du 15 août au 1er septembre 2019. J’ai utilisé plusieurs outils pour collecter des informations me permettant de montrer les multiples dynamiques humaines, commerciales et territoriales dont Rosso est le théâtre. Au moyen de l’observation directe, j’ai fait le tour des points névralgiques des deux Rosso : postes-frontières, quartiers comme Escale, Guénéma, Cité Niakh, Medina, Diameguene, ferry de Rosso, débarcadères, marchés, restaurants, gare routière pour repérer les acteurs, suivre à la trace les marchandises en circulations et documenter les multiples liens économiques, sociaux et territoriaux qui sont établis à l’échelle du territoire-frontière de Rosso et au-delà car Rosso représente une étape cruciale comme lieu de rupture de charge le long du corridor entre le Sénégal, la Mauritanie et le Maroc.

Longue attente au poste de contrôle de Rosso Mauritanie, ©Mbaye, août 2019

Le deuxième outil que j’ai utilisé est l’entretien individuel semi-directif. C’est ainsi que j’ai interviewé, dans les deux Rosso, 21 personnes présentant des profils assez différenciés : commerçants transfrontaliers, transitaires, cambistes, chauffeurs, résidents, élèves, piroguiers, etc. Nos entretiens nous ont permis d’identifier une figure centrale dans les dynamiques commerciales et les mobilités humaines entre les deux Rosso.

Le « thieup-thieup man », acteur central aux rôles informels et misant avant tout sur le capital relationnel 

Les « thieup-thieup man » sont des facilitateurs, des courtiers et des négociateurs au service des commerçants et des personnes étrangères voulant franchir la frontière sans subir les tracasseries et les longues attentes qui font la renommée du passage de la frontière de Rosso. Disposant de contacts au sein des services administratifs entre les deux rives (police, douane, service d’hygiène), ils n’hésitent à monnayer leurs services pour faciliter aux commerçants le dédouanement des marchandises. Quand une personne, désire traverser la frontière de Rosso, un « thieup-thieup man » peut lui faciliter le passage sans les papiers nécessaires (carnet de vaccination, autorisation de circulation, montant en liquide de 50 euros). Le « thieup-thieup man » demande simplement aux voyageurs désireux de passer la frontière, de leur verser 10.000 fCFA (environ 15 euros). Avec cette somme, ils parviennent à le faire entrer en Mauritanie mais sans argent de poche. Ils mettent à profit leur capital relationnel et leur maîtrise des différentes langues notamment le hassanya pour jouer de multiples rôles totalement informels mais précieux pour plusieurs acteurs autour de la frontière.

Une bonne partie du mémoire a été consacrée aux « thieup-thieup man » et à leurs rôles dans les circulations entre les deux Rosso. Nos données d’enquête nous ont permis de dépeindre les personnes et les objets en circulation dans le territoire-frontière de Rosso en vue de montrer comme il est un « lieu discret » de la mondialisation.


A lire aussi :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search