Appuyer une réflexion scientifique par une prestation artistique ou créative

Mercredi 25 janvier 2017 le LMI-MOVIDA recevait au campus IRD/UCAD de Dakar l’anthropologue Isabelle Sidibé pour un atelier de travail à destination des doctorants, intitulé « Comment appuyer une réflexion scientifique par un travail de création.« 

Isabelle Sidibé a soutenu sa thèse en anthropologie à l’Université Paris 1 en octobre 2016. Elle a appuyé cette thèse par un webdoc : « Le littoral pleure. Parole Léboue ! » , consultable à l’adresse suivante : http://lelittoralpleure.blogspot.sn/

Au programme : Mots d’introduction Laurent Vidal, Représentant de l’IRD au Sénégal et de Sylvie Bredeloup, Directrice de recherche et co-porteur du MOVIDA ; projection des extraits du webdoc, discussions sur les modalités de transformation d’une thèse en webdoc, intérêts, objectifs et limites de ce procédé.

Laurent Vidal, Représentant de l'IRD au Sénégal & Sylvie Bredeloup, co-porteur du MOVIDA

Laurent Vidal, Représentant de l’IRD au Sénégal & Sylvie Bredeloup, co-porteur du MOVIDA

Présentation par Isabelle Sidibé de sa thèse et du webdoc

L’objectif principal d’appuyer sa thèse par un webdoc, ou tout autre support créatif, est de diversifier son public, sortir d’un lectorat académique et toucher une audience plus large, tels que les cercles lycéens, médiatiques, associatifs ou encore politiques.

La pratique du webdoc est de plus en plus répandue, mais il existe d’autres supports créatifs : la bande dessinée, la chanson, le documentaire, etc. Réaliser un webdoc est facilement accessible aux doctorants, cela ne nécessite pas l’intervention d’une équipe technique. En outre, de plus en plus de téléphones sont équipés de bonnes caméras.

Il ressort de la présentation qu’avant toute chose, un webdoc ne doit pas se substituer au travail écrit. Il peut fonctionner de deux façons. D’une part, il peut être complémentaire à la thèse (ce qui implique qu’il ne peut être bien compris en étant présenté seul, et suppose d’avoir lu la thèse avant de le voir). De l’autre, il peut être un outil indépendant qui peut être restitué seul. Cependant, dans aucun cas le webdoc ne doit être nécessaire à la bonne compréhension de la thèse.

img_2360

Isabelle Sidibé

Echanges avec la salle

Question : Est-ce que le plan de ton webdoc suit le plan de ta thèse ?

Réponse : Non, mais la construction du webdoc m’a beaucoup aidé à organiser ma réflexion.

Q: Y a t-il eu une restitution du travail vers un grand public ? Type politique ?

R: La réalisation du webdoc m’a permis de me faire connaître presque comme « experte » du sujet sur Dakar, et j’ai été consultée à plusieurs reprises pour des questions de gestion publique du littoral.

Q: Qu’en a pensé ton jury de thèse ?

R: Le webdoc n’a pas été diffusé pendant la soutenance, mais comme il est mentionné en avant-propos de ma thèse, et à plusieurs reprises la thèse redirige vers le webdoc. Le jury l’avait donc visionné avant la soutenance. Ils ont trouvé qu’il enrichissait le travail et ont apprécié qu’il ne desserve pas le travail écrit. C’est un bonus, et non un substitut.

Q: Est-ce que le webdoc t’a aidé à adopter la distance nécessaire à la posture d’anthropologue ?

R: Non, au contraire. J’étais vraiment plongée, pendant des mois, dans la communauté Léboue, et je me suis souvent perdue dans l’empathie. C’était très difficile de conserver une attitude neutre. Mais c’est un problème qui se pose à tous les chercheurs en sciences sociales.

Q: Comment articule-t-on un webdoc ?

R: Un webdoc peut prendre différents formats. Ils peuvent être construits « en étoile », avec une trame centrale à partir de laquelle on prend différentes directions. Le mien est construit de façon linéaire, avec un avancement tableau par tableau, chapitre par chapitre. Chaque tableau comprend une ou plusieurs vidéos. Certains ont également des passages seulement audio, ou seulement imagés.

Q: Est-ce que la réalisation du webdoc a alourdi ton agenda de doctorante ?

R: Non, au contraire. Parfois, la caméra m’a aidé à avancer, à délier les langues aussi. Comme elle a été introduite très tôt sur le terrain, les gens s’y sont vite habitués, ils finissaient par l’attendre. L’option de donner la caméra à celui que l’on interroge permet aussi de déplacer la focale, cela donne de nouvelles données et des résultats très intéressants. En tout, le webdoc et l’écriture de la thèse m’ont pris cinq ans.

Q: Quel est le meilleur moment pour faire un webdoc ? Pendant ou après la thèse ?

R: C’est une question intéressante et cela dépend de ce que l’on veut faire du webdoc. Pour moi, c’était un outil qui m’a aidé à construire ma thèse. Il me semble que c’est plus facile de mener les deux de front, tant que l’on est dans le vif du sujet. Peut-être qu’un travail intéressant à mener à l’issue de la soutenance est la transformation de la thèse en documentaire.

Q: N’est-il pas préférable d’avoir une formation en audiovisuel ? Ou de se faire assister par des professionnels de l’audiovisuel ?

R: Je ne crois pas. Le regard du chercheur et du cinéaste sont fondamentalement différents. Je ne cherchais pas l’esthétique, je faisais de la recherche anthropologique. Ces deux visions peuvent travailler ensemble, mais elles ne doivent pas perdre de vue qu’il y a deux objectifs différents à la clé.

 

Projection d’un court-métrage du festival « Les chercheurs font leur cinéma », édition 2012

Pour terminer, Isabelle Sidibé a présenté un court-métrage qu’elle a réalisé dans le cadre d’un festival-compétition en 2012 : Les chercheurs font leur cinéma. Le court-métrage, une fiction-comédie qui porte sur les difficultés du doctorant à parler de sa thèse autour de lui, est intitulé « Promets-moi la mer, je te donnerai la terre. » A retrouver sur le site internet du festival à l’adresse suivante : http://leschercheursfontleurcinema.doc-up.info/edition-2012/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *