Régis Minvielle, sociologue

Régis Minvielle a un Doctorat de Sociologie. Sa thèse s’intitule : Parcours africains en Amérique latine ou Comment s’ébauche un dispositif migratoire transatlantique Sud-Sud soutenue le 29 mai 2013 (Aix-Marseille Université) sous la direction de Sylvie Bredeloup.

Il est post-doctorant à l’Université de Sao Paulo au Brésil, où il travaille sur la mondialisation par le bas ; les conflits urbains ; et le cosmopolitisme entre le Sénégal et le Brésil.

Mots-clés
Migrations africaines, migrations sud-sud, recompositions urbaines, commerce informel, ethnicité, cosmopolitisme.

Pays d’études
Afrique, Amérique Latine

Principales question scientifiques
Longtemps imprégné par la problématique des entraves à la circulation des hommes et des femmes entre les deux rives du Sahara à l’heure où les turbulences politiques s’exacerbaient plus au sud en Afrique, Régis Minvielle consacre désormais ses travaux à la question de l’élargissement de l’espace migratoire africain à l’Amérique du Sud. Ses premières recherches l’ont conduit à observer comment le transit pouvait conduire à l’impasse, sous l’effet du durcissement des politiques migratoires des pays européens et externalisées sur la rive sud de la méditerranée.

Ces fermetures de l’espace traditionnel de la migration africaine ont comme conséquence directe d’induire des redéploiements qui s’effectuent principalement dans les pays du Sud. Certes les migrations Sud-Sud sont anciennes et reposent essentiellement sur des systèmes d’échanges régionaux, mais, à l’ère des flux globalisés, éclatés et multidirectionnels, des routes intercontinentales voient également le jour. Si l’Asie, et plus particulièrement la Chine, sont devenues des destinations, notamment pour des étudiants et des hommes d’affaires africains, l’Amérique du Sud apparait également, depuis peu, comme des étapes ou des implantations plus durables dans les parcours migratoires d’Africains subsahariens.
Le contexte d’ouverture amorcé dans les années 1990, enraciné dans l’élaboration de récits multiculturels succédant aux régimes autoritaires, constitue un effet d’aubaine pour tous ceux qui imaginent leur avenir sous d’autres lieux. Si le Brésil, en vue de consolider son statut de puissance émergente, opère des rapprochements économique et diplomatique avec le continent africain, symbolisés notamment par son réseau d’ambassade, l’Argentine refonde son discours sur la migration et ses critères d’accueil des migrants.

Régis Minvielle interroge ces nouvelles migrations sud-sud au long cours à l’aune de la pluralité des profils, des motivations des acteurs, de la fluidité des statuts mais aussi des parcours qui se reconfigurent au gré des opportunités et des alliances de circonstances. Si ses recherches tentent de mettre en évidence les circulations entre différents lieux de la migration, elles s’attardent également sur les points d’ancrage et les différentes modalités d’insertion. Du camelot mouride qui propose aux chalands de la bijouterie-fantaisie, en passant par l’artiste jouant sur l’africanité ou du joueur de football qui imaginait l’Argentine comme un tremplin vers la réussite, toutes ces figures s’inscrivent dans une mondialisation qui se construit par le bas.

Enfin, le dernier volet de ses réflexions concerne les interactions entre ces nouvelles migrations et les sociétés d’accueil dans lesquelles elles s’inscrivent : D’une part, elles sont susceptibles de faire émerger des centralités africaines dans l’espace urbain à travers la mise en œuvre d’un commerce ethnique ; d’autre part, ces nouvelles présences africaines réinterrogent des sociétés qui se sont elles-mêmes constituées sur la base de mélanges et de syncrétismes divers.

Recherches actuelles

Les Africains de Sao Paulo : commerce ambulant et émergence d’une centralité immigrée.

Enseignements et diffusion des connaissances

– 2017 : Enseignement en troisième cycle : « Les migrations africaines à l’épreuve des politiques sécuritaires », Université de São Paulo.
-2014-2015 : Enseignement en master 1 (Master Sciences Technologies et Sociétés). Enquête de terrain et méthodologie du travail de recherche/ Instituto Tecnológico Metropolitano (ITM; Medellin, Colombie)
-2014 Enseignement en licence : Communication transculturelle/ Université d’EAFIT (Medellin, Colombie)
-2014: Enseignement en licence : Géographie politique/ Université d’EAFIT (Medellin, Colombie)
-2014 : Enseignement en licence Anthropologie politique/Université d’Antioquia, (Medellin, Colombie)

Publications

2016, « Camelots sénégalais à Buenos Aires : une négociation cosmopolite du trottoir », Revue Européenne des Migrations Internationales, 2016, 32 (2), pp. 121-144.
2015, « L’Amérique latine ou l’expression d’une nouvelle route africaine » Afrique et Développement, Vol XV, n°1, pp19-40
2015, « Migrantes africanos en Buenos Aires: Entre estigmatización y exotización » in Carlos del Cairo y Claudia Briones, “diferencias, fronteras, etnicidades” Universitas Humanística, n° 80, enero-junio 2015.
2014 « Africains et Afro-descendants à Buenos Aires : un cosmopolitisme noir en construction »; Politique Africaine; n°136, 2014/4.
2011 « Migrants (subsahariens) en transit à Tamanrasset : du passage à l’impasse », Revue Mappemonde, n°103.

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 02/03/2017

    […] présentation était réalisée par Régis Minvielle, chercheur associé au réseau MOVIDA, est Post-doctorant à l’Université de Sao Paulo, […]

  2. 20/03/2017

    […] paru dans la Revue Européenne des Migrations Internationales, est un article de Régis Minvielle, chercheur associé au laboratoire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.