« Se chercher en migration »

« Se chercher en migration » ou les moments ultimes de l’édition scientifique à Ouagadougou

Il n’est pas si fréquent de réunir autour d’une même table les auteurs d’un ouvrage, a fortiori lorsqu’ils sont une dizaine à participer à l’aventure. C’est ce qui s’est passé ce mardi 29 octobre 2019 au centre IRD de Ouagadougou, autour du nouveau projet éditorial sur les migrations au Burkina Faso porté par le LMI MOVIDA. Ce projet prolonge la réflexion débutée il y a une décennie dans l’ouvrage « Les enjeux autour de la diaspora burkinabè – Burkinabè à l’étranger, étrangers au Burkina Faso » (Mahamadou Zongo), puis poursuivie en 2016 par l’ouvrage « Repenser les migrations burkinabè » (Sylvie Bredeloup et Mahamadou Zongo).

Aujourd’hui, nous étions une douzaine d’auteurs et d’éditeurs. Le principe était le suivant : chaque auteur présent rappelait en quelques minutes la trame générale de sa contribution, puis discutait avec la salle des améliorations à apporter à son titre ou à son résumé. Les échanges furent fructueux et bienveillants, riches également, l’objectif n’étant pas de remettre en question le principe de chaque article, déjà accepté, mais d’en bonifier la présentation.

S’en est suivie une discussion générale sur l’organisation même de l’ouvrage et sur la place de chaque article. Puis des échanges tous azimuts à propos du titre général ont conclu à la proposition suivante : « Se chercher en migration. Expériences burkinabè ».


Etaient présents : Florence Boyer (IRD/URMIS), Sylvie Bredeloup (IRD/LPED) ; Mamadou Dime (UGB) ; Saydou Koudougou (GRAF) ; Jérôme Lombard (IRD/PRODIG) ; Mouoboum Marc Meda (UO1) ; Harouna Mounkaïla (UMN/GERMES) ; Sihé Neya (PRODIG) ; Serge-Noël Ouédraogo (UO1) ; Yacouba Ouédraogo (UO1) ; Augustin Palé (UO1) ; Maud Saint-Lary (IRD/IMAF). Excusés : Alice Degorce, Edmond Sougue, Sadio Soukouna



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.