Pérégrinations marocaines


Pérégrinations marocaines : Construction, transmission et circulation des savoirs d’islam (XIIIe-XXIe siècles). Appel à contribution de la Revues des mondes musulmans et de la méditerannée proposé par Farid El Asri (UIR, UCL), Sophie Bava (IRD), Sabrina Mervin (CNRS/CéSor)

Moroccan Peregrinations: Construction, transmission and circulation of Islamic knowledge (18th-21st centuries) Proposal for a thematic edition directed by Farid El Asri (UIR, UCL), Sophie Bava (IRD), Sabrina Mervin (CNRS/CéSor)


Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel à Mervin Sabrina sabrina.mervin@ehess.fr avant le 1er décembre 2019.

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.

Les articles rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes devront être envoyés avant le 30 Juin 2020. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.


La transmission du savoir religieux (‘ilm) s’ancre profondément dans le local, qu’il soit rural ou urbain. Cette pluri-localisation des lieux de savoirs permet d’appréhender comment doctrines et pratiques de l’islam s’élaborent, se fixent, se transforment et se diffusent. Ses acteurs sont des oulémas de terroir ou issus de madrasa prestigieuses, mais aussi des clercs cosmopolites ou encore des aventuriers, entrepreneurs de savoir qui le font circuler au sein de la umma : hier, au gré de longues pérégrinations et à l’occasion de pèlerinages, aujourd’hui dans un espace globalisé et virtuel où les interactions, les imitations et les concurrences s’accélèrent.

La question de la production et de la transmission des savoirs d’islam se pose comme un enjeu majeur, tant doctrinal et identitaire que cultuel et culturel, mais aussi politique, voire diplomatique. Le présent numéro explore les savoirs d’islam dans des contextes en mouvement, vers le Maroc et à partir du Maroc, un environnement particulier saisi dans sa géographie et son histoire en tant que producteur, récepteur et exportateur de savoirs. L’analyse des processus, souvent simultanés, d’institutionnalisation et de circulation sont questionnés depuis l’étude de la littérature et les documents jusqu’à l’observation ethnographique en passant par le décryptage de contenus virtuels.

Le système d’enseignement en islam a fait l’objet de travaux académiques qui posèrent les bases du modèle de la madrasa médiévale dans l’Orient musulman (les fameuses monographies de Makdisi, 1981 ; Berkey, 2012 ; Chamberlain, 1994), puis d’ouvrages collectifs qui poursuivirent la réflexion (Elboudrari, 1993 ; Grandin, 1997). Ensuite, le choc du 11 septembre 2001 déclencha des études comme Schooling Islam, dirigée par R. Hefner et M.Q. Zaman (2007), qui initia un regain d’intérêt pour le sujet : il s’agissait de traiter la question de l’enseignement religieux dans l’islam contemporain sur une large échelle et avec un objectif comparatiste. Si le continent asiatique a focalisé l’attention, celle-ci s’est récemment déplacée vers l’Afrique subsaharienne (Mbaye Lo & Muhammed Haron, 2015). Toutefois, le Maghreb et, particulièrement, le Maroc demeurent relativement absents de ce mouvement, alors même que la question de l’enseignement de l’islam et de la formation des imams en Europe comme dans les pays pourvoyeurs d’immigration, est décrite comme cruciale par les pouvoirs publics et fait couler beaucoup d’encre dans les médias européens.

Certes, on ne part pas de rien, grâce aux observations des administrateurs coloniaux, d’abord, puis des recherches qui ont marqué le champ : celles de Dale Eickelman (1985) ou de Mohammed Ayadi (1990) par exemple. L’ambition de ce numéro est de relancer cette réflexion en rassemblant des études pluridisciplinaires qui mettent sciences humaines et sociales et islamologie en regard, exhument des sources inédites et travaillent de nouveaux terrains.

La question de la place du Maroc sur l’échiquier de l’islam et de son rôle dans les transmissions contemporaines se pose. En effet, le pays se trouve, à la fois, dans une situation géographique aux marges des mondes musulmans, “la manche du vêtement” selon le géographe médiéval Ibn Hawqal, et dans une configuration spécifique liée à la revendication d’un patrimoine de savoirs de plus d’un millénaire et de la centralité d’un islam dit chérifien, reposant sur un triptyque juridique, dogmatique et mystique propre.

Le Maroc est pris ici comme un pivot, un espace de convergence des savoirs entre l’Afrique subsaharienne et l’Afrique méditerranéenne et qui n’a jamais rompu avec son axe oriental. Les thématiques de l’institutionnalisation et de la circulation des savoirs d’islam traversent les axes proposés à la réflexion et la période considérée : on s’intéresse aux changements et aux mouvements des savoirs comme aux réseaux des acteurs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.