Le LMI Movida au Festival International de Géographie de Saint Dié des Vosges

Construction d’une douche publique à Agadez par le Programme “Améliorer la Gestion des défis migratoires” (FFU-GIZ). (c) F. Boyer, Agadez, juillet 2018


À l’occasion de son 30ième anniversaire, le FIG 2019 (http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr) a choisi pour thème les Migrations. Deux chercheuses du LMI Movida ont participé à cette manifestation, qui a rassemblé plus de 40 000 participants du 4 au 6 octobre 2019. Ci-dessous le résumé de leur intervention.


Entre mobilisations citoyennes et mobilisations institutionnelles : quelles tensions autour de la territorialisation des migrations au Sahel ?

par Florence Boyer (IRD, URMIS, GERMES, LMI Movida) & Stéphanie Lima (LISST)

Les reconfigurations des politiques migratoires européennes dans le contexte de ce qui a été nommé « la crise migratoire » en 2014-15 ont eu un impact important sur les États sahéliens et les mouvements migratoires associés. L’externalisation de la frontière européenne au Sahel s’est consolidée avec le dépassement du seul cadre migratoire, pour toucher des domaines aussi larges que la sécurité et le développement. Il en ressort une nouvelle rhétorique, teinté de pragmatisme, celle de la territorialisation des migrations au niveau local, qui consiste à penser les migrations, leurs causes et leurs conséquences dans un espace défini et circonscrit. Cette nouvelle façon de faire est portée – ou contestée – d’un côté par des outils financiers et politiques (tel que le Fonds fiduciaire d’urgence pour les migrations en Afrique) mis en place par l’Union européenne et les États membres, et de l’autre par un ensemble d’acteurs internationaux (OIM, UNHCR, ONGs…) et nationaux (politiques, institutionnels, politiques, de la société civile…).

Le prisme technique adopté participe non seulement à l’enfermement de la migration, qui transparaît dans la volonté de promouvoir des « migrations sûres, ordonnées et régulières », mais aussi à une rhétorique de la fixation des populations sans questionner les territoires locaux. Ainsi, la question qui peut être posée est la suivante : de quelle façon cette nouvelle pensée fonde-t-elle, d’une part, la reconfiguration du rôle des différents acteurs, nationaux et internationaux, impliqués dans le champ des migrations, et d’autre part la redéfinition (ou de l’émergence) de formes de mobilisation citoyennes et migrantes ? De même, de quelle manière les routes et les expériences migratoires s’en trouvent-elles redéfinies, participant à la construction de discours inédits au Sahel de la part des migrants et/ou des réfugiés et demandeurs d’asile ?

L’analyse suit trois grands axes de questionnement qui visent à mettre en évidence les enjeux politiques et sociaux à l’œuvre aujourd’hui dans cet espace original qu’est le Sahel.

  • L’imbrication forte entre politique migratoire et politique de développement, associée à la mise en œuvre de la conditionnalité de l’aide en fonction du respect de principes dits de « gestion des migrations », a conduit à l’imposition du paradigme de la fixation des populations. Comment ce dernier revient-il à assigner à la sédentarité des populations sahéliennes via des actions de développement et politique ?
  • Dans un contexte où la place prise par les migrations dans la définition des politiques a contribué à en faire une rente, les acteurs politiques et associatifs ont été amenés à renégocier leur place et leur rôle pour se positionner sur ce marché. En contrepoint, ont émergé des discours qui marquent l’émergence d’une citoyenneté migrante et/ou d’une citoyenneté autour de l’hospitalité.
  • Le paradigme de la fixation des populations a également conduit à reposer la question de l’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile au Sahel. Alors que ces derniers tentent de construire une parole publique face aux acteurs internationaux, avec comme objectif la réappropriation de leur parcours et de leur avenir, leur accueil et leur installation sont mises en question par des acteurs locaux.

L’exploration de ce questionnement s’appuie sur des terrains de recherche menés au Mali, au Niger et Sénégal dans la perspective d’une mise en regard de la diversité des situations migratoires sahéliennes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.