Agadir, porte africaine fragile

La baie d’Agadir, du port de commerce aux faubourgs d’Inezgane / © Jérôme Lombard, Agadir, juin 2019


Après avoir enquêté à Casablanca en 2017, à Rosso en 2017 (avec Mamadou Dimé), Nora Mareï (CNRS) et Jérôme Lombard (IRD), géographes membres de l’UMR Prodig, ont poursuivi leurs recherches communes menées dans le cadre de l’axe 2 du LMI Movida – Recompositions territoriales. Du 9 au 15 juin 2019, ils se sont rendus à Agadir au Maroc, à la suite d’une mission réalisée par Mamadou Dimé (UGB), sociologue, dans la même ville, du 28 avril au 4 mai 2019.


Tous les trois, nous avions pour objectif de comprendre les dynamiques de développement des échanges entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne, qui se déploient à partir de la région d’Agadir, considérée comme zone de production et d’exportation d’agrumes et de primeurs, mais aussi comme point d’escale pour les personnes voyageant entre le nord et le sud du Sahara. Plus précisément, ces deux séjours de recherche devaient nous permettre d’évaluer de quelle manière la région d’Agadir est positionnée, le long du corridor littoral Tanger-Casablanca-Agadir-Nouakchott-Rosso-Dakar, en tant que lieu générateur de flux et étape-clef. Cette voie terrestre entre l’Europe et l’Afrique est aussi empruntée par des émigrés, des commerçants et des voyageurs en provenance d’Italie, d’Espagne et de France, qui véhiculent des voitures et des camions chargés d’objets hétéroclites, souvent destinés à la revente dans les marchés sénégalais, gambiens, guinéens ou maliens. Dans l’espace régional, il nous a semblé important de fixer notre regard sur la ville d’Agadir elle-même, afin d’étudier les enjeux autour des mobilités humaines, des circulations marchandes et des réseaux qui traversent des dynamiques territoriales et économiques appelées à l’avenir à s’intensifier (surtout si l’adhésion du Maroc à la CEDEAO est acceptée). 

Dans un souci de complémentarité entre nos recherches, Nora Mareï et Jérôme Lombard ont focalisé leur regard sur les circulations marchandes et les difficultés du transport, tandis que Mamadou Dimé a mis l’accent sur les immigrés sénégalais d’Agadir. Les deux premiers ont privilégié les observations sur les flux de marchandises et sur l’organisation du transport entre la région d’Agadir et le sud en direction de la Mauritanie. Mamadou Dimé, quant à lui, a mené des observations et des entretiens avec des Sénégalais d’Agadir. Il a ciblé les vendeurs ambulants à la plage d’Agadir et près des hôtels, les vendeurs (femmes et hommes) tenant des échoppes au souk El Had et au marché d’Inezgane.

1. Des agrumes et des légumes vers l’Afrique subsaharienne : une perspective incertaine [Nora Mareï, Jérôme Lombard, juin 2019]

Les flux de marchandises vers l’Afrique subsaharienne sont à la fois faibles et importants. Ils sont faibles pour une raison simple : les exportations d’agrumes et primeurs de la région du Souss-Massa sont principalement dirigées vers l’Europe et la Russie, à 80 %. C’est une grande partie de l’économie régionale qui s’est développée sur ce créneau, avec des écoles de formation, des centres de recherche, des structures de normalisation (pour pénétrer le marché européen), des salons de promotion, des associations de producteurs puissantes, des transporteurs aguerris et habitués aux trajets vers l’Europe, une activité portuaire en plein essor. C’est aussi et surtout un espace marqué par l’exploitation agricole, au sud d’Agadir, dans la province de Chtouka Aït Baha, repérable au carroyage routier, à l’immensité du paysage de serres, aux bassins de réserves d’eau.

La faiblesse des flux tient aussi aux hésitations des producteurs marocains à se lancer dans un programme d’exportations vers l’Afrique de l’Ouest. Plusieurs voyages vers Dakar et Abidjan ont été organisés par les associations d’exportateurs, pour sonder le marché, le potentiel de développement, les capacités d’accueil. Mais ces opérateurs disent ne pas retrouver les mêmes conditions de débarquement et de traitement de la marchandise qu’ils rencontrent en Europe (au marché de gros de Perpignan par exemple), notamment les plateformes de traitement de marchandises réfrigérées et conditionnées. Ils ajoutent aussi que les conditions de paiement restent problématiques. Même si certains d’entre eux ont été poussés à exporter dans les années 2016-2017, aujourd’hui, ces exportateurs demeurent dans l’expectative, alors que le marché est porteur et que certaines grandes surfaces, dakaroises notamment, pourraient acheter. La Côte d’Ivoire semble aussi un marché intéressant, plus éloigné, mais l’option maritime pourrait être envisagée.

Les flux vers l’Afrique subsaharienne sont cependant croissants pour plusieurs raisons. Une partie des fruits et légumes produits dans la région du Souss Massa, et qui est exportée vers le sud, passe par les marchés de gros régionaux, qui ne demandent pas de conditionnement spécifique. Cela se remarque sur le grand marché d’Inezgane, à une dizaine de km au sud d’Agadir. Marché moderne, ouvert en 2019, composé de hangars loués par des commerçants qui exportent notamment vers le nord du pays, d’aires de stationnement de pick-up où sont vendus oranges, melons, « au cul » même des véhicules ; marché comportant aussi, à l’extérieur de son enceinte, d’immenses parkings où stationnent des camions de 10 à 20 tonnes, dont une petite partie se dirige chaque semaine vers la Mauritanie, plus exceptionnellement vers le Sénégal. Des Marocains achètent pour les commerçants subsahariens, servant d’intermédiaires, puis remplissent les camions : certains courtiers envoient plusieurs camions par semaine à Nouakchott, dans le quartier de la Mosquée marocaine et vers le grand souk. D’autres, moins nombreux, déchargent à Nouadhibou, vers Quairaan (déjà repérés en 2007-2008).

Chargement des camions au marché d’Inezgane / © Nora Mareï, Agadir, juin 2019

Plus spectaculaire encore est le marché de gros d’Aït Melloul, au sud du fleuve Souss. Là, il n’y a que des légumes et agrumes (mélange de poivrons, tomates, melons, carottes, choux fleurs, choux, citrons), la plupart du temps non conditionnés, à l’air libre ou stockés dans des magasins pour les sociétés les plus importantes. Quelques-unes d’entre elles expédient plusieurs camions par semaine vers la Mauritanie, l’une d’elles nous dit envoyer, en juin 2019, une vingtaine de camions principalement vers Nouakchott (mais cette activité intense doit varier avec les saisons).

Le volume des flux se dirigeant vers l’Afrique subsaharienne se remarque aussi dans les discours et les images rapportées. La route vers Laâyoune, Dakhla et au-delà est empruntée par des dizaines de camions, qui proviennent du Souss, mais aussi de Casablanca, transportant certes des fruits et légumes, mais aussi des biens manufacturés (comme on l’a déjà constaté il y a quelques années à Rosso, sur le fleuve Sénégal). C’est surtout ce qu’on nous dit sur les trafics routiers à la frontière sud du Sahara occidental, à Guerguerat, qui donne la mesure des échanges avec l’Afrique subsaharienne. Guerguerat est un lieu-dit situé à quelques kilomètres de la frontière mauritanienne, relié au Maroc et à Agadir par une route bitumée, où est installé un poste de police et de douane. Cette barrière occasionne le stationnement de nombreux camions qui viennent du nord, tout comme le poste mauritanien situé sept kilomètres au sud (les deux étant séparés par une sorte de no man’s land et une piste). Les chauffeurs qui ont l’habitude d’emprunter la route, que nous avons rencontrés, mentionnent tous l’importance du trafic, ne serait-ce que par le nombre de camions régulièrement en attente à la frontière, quand surviennent des difficultés de franchissement. Ainsi, en mai 2019, plus de 150 camions stationnaient à Guerguerat à cause de la fermeture de la frontière. Nombre d’entre eux, à température dirigée, auraient perdu leur marchandise.

2. Les immigrés subsahariens à Agadir [Mamadou Dimé, avril 2019]

Agadir est devenu un lieu d’installation d’Africains et de Sénégalais qui témoigne de la régionalisation de l’immigration au Maroc. D’après les enquêtes menées, la présence africaine est relativement récente. Ceux que les Marocains surnomment les « Subsahariens » se laissent voir dès l’arrivée à Agadir, le long des grands axes routiers, sur l’avenue Mohamed V, aux grands carrefours. Les entretiens que nous avons effectués avec ces hommes et ces femmes qui sollicitent la générosité des conducteurs aux feux de signalisation témoignent de la diversité des origines nationales : Camerounais, Ivoiriens, Congolais, Maliens. D’après les témoignages recueillis, il s’agit essentiellement de personnes bloquées au Maroc, en route vers l’Europe et qui ont fait le choix de s’éloigner des grandes villes telles que Casablanca, Tanger, Rabat, où il y a une plus grande concentration d’immigrés originaires d’Afrique subsaharienne.

Cette population cependant ne saurait être circonscrite à ce phénomène. Nos observations ainsi que nos entretiens ont permis de constater que la région du Sous-El Mass, en raison de sa vocation agricole, accueille des Africains d’origines diverses, employés comme ouvriers agricoles dans les fermes de la région. Des Sénégalais rencontrés au marché d’Inezgane travaillent dans ce secteur. Ils ont tous témoigné de l’âpreté des conditions de travail et de vie dans les fermes, mais surtout de la rémunération qu’ils jugent faible par rapport à l’ampleur des tâches qui leurs sont demandées (70 dirhams par jour).

La plage d’Agadir, le souk El Had et le marché d’Inezgane sont les lieux où nous avons rencontré des ressortissants d’Afrique subsaharienne. La majorité de ceux que nous avons croisés sont des Sénégalais. Ils sont implantés dans la vente ambulante de produits contrefaits (parfums, lunettes), qui sont achetés au marché d’Inezgane dont les prix sont jugés plus accessibles que ceux du Souk El Had. Ils déambulent notamment le long de la plage, lestés de leurs sacs à dos remplis de ces produits, en faisant preuve de beaucoup de vigilance pour tenir compte de la présence policière. D’autres, issus de l’ethnie laobé, opèrent dans la vente d’objets d’art sénégalais (statuettes). Les entretiens menés avec quelques vendeurs à la sauvette révèlent que beaucoup d’entre eux proviennent de la ville de Diourbel, surtout du quartier de Keur Gou Mak.

Au souk El Had et près du marché d’Inezgane, on croise aussi des femmes sénégalaises vendant sur des tables pliables des produits de beauté destinés à la clientèle féminine : bijoux, crèmes éclaircissantes, produits aphrodisiaques.

Table d’une vendeuse sénégalaise au marché d’Inezgane / © Mamadou Dimé, Inezgane, avril 2019

Quant aux hommes sénégalais, essentiellement des jeunes qui investissent la vente de produits sur table, ils sont situés au marché d’Inezgane. Ils disposent leurs étals à l’extérieur du marché et à proximité de la gare routière et proposent essentiellement des téléphones portables, des montres et des bagues.

Étal d’un vendeur sénégalais près du marché d’Inezgane / © Mamadou Dimé, Inezgane, avril 2019

En raison de sa position géographique sur la route reliant Maroc, Mauritanie et Sénégal, la ville d’Agadir est le lieu de passage de voyageurs sénégalais ou maliens. Les plus nombreux à faire escale, surtout à Inezgane, sont des migrants en provenance d’Europe à bord de leurs véhicules personnels. Ils font halte avant d’emprunter la partie jugée la plus difficile de la route, celle débutant au sud d’Agadir et se dirigeant vers la frontière avec la Mauritanie, où il faut compter avec les tracasseries, les contrôles et la corruption.

Gare interurbaine d’Agadir, pôle de lignes par autocar vers le nord et le sud / © Jérôme Lombard, Agadir, juin 2019

Globalement, à Agadir, la présence des ressortissants subsahariens est récente. Elle témoigne d’une installation à distance des grands centres urbains de concentration, tels que Casablanca, Rabat et Tanger. La plupart des Sénégalais interrogés à Agadir font état du manque d’ouverture et des réactions d’hostilité à leur égard. Ils endurent au quotidien des actes de mépris et de dédain. Beaucoup d’entre eux ont indiqué avoir envisagé au départ de poursuivre leur route jusqu’en Europe et se retrouver aujourd’hui dans un processus d’installation de longue durée.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.