Retraite d’écriture à Moulay Idriss – Maroc

Moulay Idriss, Maroc. © Sylvie Bredeloup

Dans le cadre de ses activités de formation, le Laboratoire Mixte International MOVIDA a organisé une résidence d’écriture du 16 au 26 juin 2019, à Moulay Idriss, au Maroc. Quatre doctorants, deux post-doctorants et quatre encadrants membres de l’équipe ont participé à cette rencontre. Compte rendu rédigé par Marie-Dominique AGUILLON, NdèyeCoumba DIOUF et Célia LAMBLIN.

Chaque participant avait formulé des attentes en amont de cette rencontre. Néanmoins, pour que le travail collectif puisse être fait à partir d’éléments concrets, chacun s’était engagé avant la tenue de la résidence d’écriture à produire des documents de travail devant être soumis à la discussion collective. C’est ainsi que les doctorants sont arrivés à Moulay Idriss avec leur problématique, leur plan de thèse et un chapitre rédigé. Les post-doctorants quant à eux, avaient initié une réflexion sur la manière de transformer leur thèse en livre, et avaient par conséquent rédigé une ébauche de leur plan d’ouvrage.

La retraite était organisée autour de moments d’échanges en plénière, de séances en petits groupes et de temps de travail individuel. Des moments de détente ont aussi été privilégiés (balades dans la région, séances de yoga). Ces temps de respiration pour s’aérer l’esprit, le libérer, permettent ainsi de mieux travailler.


Déroulement de la retraite d’écriture

Jour 1 : présentation des plans de thèse des doctorants et des plans d’ouvrage des post-doctorants.

Sans connaître le travail des uns et des autres, nous avons réalisé une lecture collective des plans envisagés par les doctorants pour leur manuscrit. Cette séance a été l’occasion pour chaque doctorant de soumettre son travail à la discussion, d’entendre les collègues réagir à leurs propositions, d’éprouver la solidité de la démonstration et en affiner la formulation.

Jour 2 : séance de travail entre doctorants et post-doctorants sur problématique et plan de rédaction.

Moulay Idriss, Maroc. © Hicham Jamid.

Sur la base des commentaires de la veille, chacun a bénéficié d’un temps pour réaliser un certain nombre de modifications. En plus de ce temps de travail individuel, des réflexions entre doctorants et post-doctorants ou entre doctorants et chercheurs-encadrants ont été privilégiées. Bien plus qu’un travail sur le plan proprement dit (le choix des titres, l’agencement des chapitres), il s’agissait de prendre le temps de repenser l’articulation générale, de dégager les idées fortes et de mettre en valeur un raisonnement scientifique en tenant au mieux le fil conducteur de la démonstration.

 

 

Jour 3 : les trucs et astuces pour mieux écrire

La première demi-journée sur les trucs et astuces pour mieux écrire a été consacrée aux manières d’améliorer et de relire nos propres textes, en attirant l’attention sur les tics de langage, sur les formulations maladroites.

Sur la base d’un article qu’un des encadrants s’apprêtait à relire, nous avons collectivement suivi de quelle manière les corrections et les commentaires étaient réalisés.

Les plans de thèses revus par les doctorants sur la base des commentaires des jours précédents ont été à nouveau présentés. Un travail sur les choix des titres de sous-chapitres, chapitres et parties a également été effectué.

Moulay Idriss, Maroc. © Sylvie Bredeloup.

Jour 4 : formation sur le logiciel de gestion de références bibliographiques Zotero

L’un des post-doctorants a réalisé une formation sur l’utilisation du gestionnaire bibliographique Zotero qui permet de classer, organiser ses références bibliographiques et générer une liste des références bibliographiques.

Jour 5 : relectures critiques et conseils d’écriture

Les participants ont relu les textes des uns et des autres (chapitres de thèse, d’ouvrage, articles ou synopsis d’ouvrage). Dans une démarche de critique positive, il s’agissait de discuter et d’échanger sur le propos, les formulations utilisées.

Jour 6 : formation sur le logiciel de correction orthographique Antidote

Ce temps a permis de se former à l’utilisation du correcteur orthographique et grammatical Antidote d’aide à la révision et à la correction des textes (dictionnaires, propositions de corrections linguistiques).

Jour 7 : retravailler les textes

Moulay Idriss, Maroc. © Sylvie Bredeloup.

Ces temps individuels, sur la base des retours critiques et discussions menés les jours précédents, ont permis de revenir sur les textes, à la fois sur le fond et la forme. Ce travail à consisté à retravailler les liaisons, les enchaînements logiques pour mieux structurer l’argumentation, raccourcir les phrases trop longues, remodeler la construction et l’articulation des parties, préciser et équilibrer les blocs. Ce temps a aussi permis de reformuler les titres pour les problématiser davantage, les rendre plus percutants. Certains ont retravaillé l’usage des extraits d’entretien afin de rendre leur traitement davantage analytique qu’illustratif. Plus globalement, il s’agissait de gagner en simplicité et en clarté pour affûter la démonstration du texte.

Jour 8 : formation sur le logiciel Word

Si la plupart d’entre nous utilise le logiciel Word, nous n’en faisons pas tous le même usage. Ce logiciel offre des fonctionnalités souvent peu connues qui permettent pourtant de gagner du temps et de travailler sur l’architecture même d’un ou de plusieurs documents. Ce temps a permis de revenir sur les trucs et astuces de Word pour la mise en page de la thèse. Nous avons abordé les questions liées à l’utilisation de la fonction « table des matières », du volet de navigation, des niveaux de titres, des fonctions saut de page, sauts de section, insertion de lettrine dans le texte, insertion d’entretiens. Nous avons discuté de l’organisation des documents, de la gestion des documents annexes et des sauvegardes.


Les acquis de cette retraite d’écriture

Au-delà des éléments techniques avec lesquels les uns et les autres se sont familiarisés, le travail en groupe a permis une saine émulation dans une chaleureuse ambiance. Nous avons passé des moments à la fois exigeants et agréables autour de l’écriture et de la réécriture. C’était une opportunité inédite et stimulante pour confronter nos textes, les faire relire, les discuter et les retravailler. Ces temps ont aussi permis de mieux connaître les sujets des uns et des autres. Au travers des échanges lors des séances de travail collectives, en binômes, mais également lors des échanges informels, nous avons pris le temps d’écrire et de réécrire et de nous poser pour retrouver le goût de retravailler nos textes.


Ont participé à cette résidence d’écriture

Marie-Dominique AGUILLON, Bachir AYOUBATINNI, Sylvie BREDELOUP, Zoubir CHATTOU, Mamadou DIME, NdèyeCoumba DIOUF, Hicham JAMID, Célia LAMBLIN, Jérôme LOMBARD, Régis MINVIELLE.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.