Seybou Boureima Amadou

Doctorant en géographie (2019-2022), ses recherches portent sur les retours contraints dans la zone sahélo-saharienne du Niger, plus précisément sur les conditions d’insertion des migrants dans les communes d’Abala, de Tchin-Tabaraden et de Tanout.


Sous la direction de Harouna Mounakaila, Maitre de Conférences, Département de Géographie, Ecole Normale Supérieure, Université Abdou Moumouni de Niamey et de Florence Boyer, Chargée de Recherches à l’IRD.


Les migrations internationales sont caractérisés au Niger par des retours sous la contrainte, associés souvent aux mesures d’expulsions prises à l’encontre des migrants par certains pays d’accueil (Robin 1996 ; Bredeloup 2003). On peut citer les expulsions des milliers de Nigériens du Ghana en 1969, du Nigéria en 1981 (Arthur, 1991 ; Van Hear, 1998 ; Mounkaila, 2003) ; 1080 Nigériens rapatriés en 2005-2007 de l’Algérie et de la Libye (Rapports DST, 2005, 2006 et 2007). Et ces retours continuent d’affecter les migrants nigériens dans divers pays d’accueil. Les statistiques récentes font état de 114 500 rapatriés de Libye entre 2011 et 2012, de 6328 migrants expulsés de l’Arabie Saoudite entre 2012 et 2017 (Mounkaila, 2015 ; Boyer, 2017). Les facteurs de ces retours sont principalement la rentrée illégale et l’irrégularité du séjour dans un contexte de crises socioéconomiques et politiques dans le pays d’accueil (Petit, 2000 ; OIM, 2009).

 L’étude de la migration de retour et de la situation des migrants après leur retour notamment l’insertion mérite d’être approfondie. C’était le sujet de notre mémoire de Master qui s’est intéressé à l’étude de l’insertion des migrants nigériens de retour ou expulsés d’Arabie Saoudite à Niamey. Dans cette précédente étude, l’espace d’insertion des migrants est réduit seulement à Niamey et une seule provenance (Arabie Saoudite) a été prise en compte. Ce présent projet abordera certes la même thématique mais sur un espace d’insertion élargi (Abala, Tchin-Tabaraden, Tanout), tous les typologies de retour (refoulés, expulsés, rapatriés…) et toutes les destinations des migrants seront prises en compte. Il est intitulé : « Retours contraints dans la zone sahélo-saharienne du Niger : Conditions d’insertion des migrants dans les communes d’Abala, de TchinTabaraden et de Tanout »


-> Lire le projet de thèse


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.